LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Que faut-il attendre des emplois francs ?

4 min

C'était l'une des rares promesses de campagnes d'Emmanuel Macron en faveur des quartiers défavorisés. Les emplois francs seront expérimentés à partir d'avril. Le dispositif aide financièrement les entreprises qui embauchent des habitants des quartiers concernés.

Crédits : PHILIPPE HUGUEN - AFP

Il aura fallu l'insistance de quelques députés, et la nécessité politique d'annoncer des mesures en faveur des banlieues. Finalement les emplois francs seront lancés en avril prochain. Avec ce dispositif, ce qui est proposé aux entreprises du secteur privé, c'est une aide de 15000 euros par an sur trois ans pour une embauche en CDI ou de 5 000 euros répartie sur 2 ans pour un CDD d’au moins 6 mois.  Seule condition : embaucher un habitant de l'un des quartiers prioritaires de la politiques de la ville.   Dans un premier temps, la mesure sera expérimentée dans une douzaines de territoire : à Marseille, Lille, Angers et dans certaines villes de banlieue parisienne.  
Si les promoteurs du dispositif nouvelle version sont déjà à l'oeuvre pour le faire connaître et communiquer, c'est qu'il faut faire oublier un échec. Celui des emplois francs déjà  expérimentés en 2013 sous François Hollande, avec il est vrai des contours un peu différents.  La mesure avait finalement été arrêtée prématurément, au vu des seuls 280 contrats signés sur les 2 000 visés. En cause, un nombre de bénéficiaires potentiels trop limité, des conditions d'embauches contraignantes, des formes de concurrence entre les dispositifs et contrats aidés.

Les emplois francs version Macron répondent néanmoins à certaines des critiques formulées contre les précédents.En particulier, l'exécutif met en avant un ciblage moins grand, puisque le dispositif sera accessible à tous les demandeurs d'emploi sans autres critères.
En termes de création d'emplois net, l'effet de ce type de dispositifs est assez faible. Ils favorisent plutôt les effets d'aubaine : quand il sont destinés à des entreprises privées, les contrats aidés bénéficient majoritairement à des embauches qui auraient eu lieu de toute façon. Reste l'effet d'encouragement éventuel et la réduction des inégalités. Dans les quartiers concernés, la population plus pauvre, plus jeune, moins diplômée et plus enclavée. Le chômage y est jusqu'à deux fois et demie plus élevée que la moyenne nationale.

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......