LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le duel d'Albert de Morcerf et le comte de Monte-Cristo au cinéma en 1976

Coup de théâtre sur les prés

29 min
À retrouver dans l'émission

Le comte est provoqué en duel par Albert de Morcerf, il n'est pas une cible de sa vengeance, Monte-Cristo sacrifiera-t-il le jeune homme sur l'autel de celle-ci ?

Le duel d'Albert de Morcerf et le comte de Monte-Cristo au cinéma en 1976
Le duel d'Albert de Morcerf et le comte de Monte-Cristo au cinéma en 1976 Crédits : ARCHIVES DU 7EME ART / PHOTO12 - AFP

A Jamina, j'ai été tout naturellement chez le premier banquier pour prendre des informations, c'est ainsi que j'ai appris que quinze jours auparavant, il avait été interrogé sur le même sujet par un banquier de Paris, son correspondant, le baron Danglars.  
Beauchamp à Albert de Morcerf.

Danglars a révélé à Albert de Morcerf que c'est le comte de Monte-Cristo qui était à l'origine du déshonneur qui vient de frapper son père, Albert provoque alors le comte en duel. 

Quelqu'un m'a poussé à écrire à mon correspondant à Jamina, votre ami, le comte de Monte-Cristo.  
Le baron Danglars à Albert de Morcerf alors que celui-ci le menace d'un duel.

Au cours d'un entretien pathétique, la comtesse de Morcerf supplie le comte de Monte-Cristo d'épargner la vie de son fils, en fait c'est Mercédès qui supplie Edmond Dantès, car il y a longtemps qu'elle a deviné qui se cachait sous les traits du comte. Touché, Monte-Cristo promet de laisser la vie sauve à Albert, mais pour que l'honneur soit sauf, c'est lui qui mourra. 

Que demandez-vous ? Que votre fils vive ? Eh bien il vivra. D'autant mieux que le pauvre Edmond n'aura pas longtemps à être aimé par vous, le mort va rentrer dans la tombe, le fantôme va rentrer dans sa nuit. Puisque vous l'ordonnez Mercédès, il faut mourir.  
Le comte de Monte-Cristo.

Pourtant, sur le pré, survient un coup de théâtre : au moment de la rencontre, le jeune homme présente des excuses à son adversaire. Les amis d'Albert ne comprennent pas son attitude car ils ignorent que la comtesse de Morcerf, pour sauver les deux hommes, a livré à son fils le secret de sa vie. 

Monsieur, dit Albert d’une voix tremblante d’abord, mais qui s’assura de plus en plus ; monsieur, je vous reprochais d’avoir divulgué la conduite de M. de Morcerf en Épire ; car, si coupable que fût M. le comte de Morcerf, je ne croyais pas que ce fût vous qui eussiez le droit de le punir. Mais aujourd’hui, monsieur, je sais que ce droit vous est acquis. Ce n’est point la trahison de Fernand Mondego envers Ali-Pacha qui me rend si prompt à vous excuser, c’est la trahison du pêcheur Fernand envers vous, ce sont les malheurs inouïs qui ont été la suite de cette trahison. Aussi je le dis, aussi je le proclame tout haut : oui, monsieur, vous avez eu raison de vous venger de mon père, et moi, son fils, je vous remercie de n’avoir pas fait plus !  
Albert de Morcerf.

Toujours la Providence ! murmura-t-il : ah ! c'est d'aujourd'hui seulement que je suis bien certain d'être l'envoyé de Dieu !  
Le comte de Monte-Cristo.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......