LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le comte de Monte-Cristo, habillé à la manière d'Edmond Dantès pour Fernand puisse le reconnaître

Face à face

29 min
À retrouver dans l'émission

Et de deux. Il ne reste plus que Danglars et Villefort pour que tous les ennemis du comte aient subi sa vengeance.

Le comte de Monte-Cristo, habillé à la manière d'Edmond Dantès pour Fernand puisse le reconnaître
Le comte de Monte-Cristo, habillé à la manière d'Edmond Dantès pour Fernand puisse le reconnaître Crédits : Gallica/BNF

Albert,    
Je sais que vous allez quitter tous deux la maison de la rue du Helder sans rien emporter. Comment je l’ai appris, ne cherchez point à le découvrir. Je le sais ; voilà tout.    
Il y a vingt-quatre ans, je revenais bien joyeux et bien fier dans ma patrie. J’avais une fiancée, Albert, une sainte jeune fille que j’adorais, et je rapportais à ma fiancée cent cinquante louis amassés péniblement par un travail sans relâche. Cet argent était pour elle, je le lui destinais, et sachant combien la mer est perfide, j’avais enterré notre trésor dans le petit jardin de la maison que mon père habitait à Marseille, sur les Allées de Meilhan.    
Eh bien ! Albert, cet argent qui autrefois devait aider à la vie et à la tranquillité de cette femme que j’adorais, voilà qu’aujourd’hui, par un hasard étrange et douloureux, il a retrouvé le même emploi. Oh ! comprenez bien ma pensée, à moi qui pourrais offrir des millions à cette pauvre femme, et qui lui rends seulement le morceau de pain noir oublié sous mon pauvre toit depuis le jour où j’ai été séparé de celle que j’aimais.     
Vous êtes un homme généreux, Albert, mais peut-être êtes-vous néanmoins aveuglé par la fierté ou par le ressentiment ; si vous me refusez, si vous demandez à un autre ce que j’ai le droit de vous offrir, je dirai qu’il est peu généreux à vous de refuser la vie de votre mère offerte par un homme dont votre père a fait mourir le père dans les horreurs de la faim et du désespoir.     
La lettre du comte de Monte-Cristo à Albert de Morcerf et sa mère.

Mercédès accepte et compte utiliser la somme afin de pouvoir rentrer dans un couvent. Le comte de Morcerf quant à lui rend visite à Monte-Cristo.

Fernand ! lui cria-t-il, de mes cent noms, je n’aurais besoin de t’en dire qu’un seul pour te foudroyer ; mais ce nom, tu le devines, n’est-ce pas ? Ou plutôt tu te le rappelles ? Car, malgré tous mes chagrins, toutes mes tortures, je te montre aujourd’hui un visage que le bonheur de la vengeance rajeunit, un visage que tu dois avoir vu bien souvent dans tes rêves depuis ton mariage… avec Mercédès, ma fiancée !    
Le comte de Monte-Cristo au comte de Morcerf

Épouvanté par la révélation, Fernand s'enfuit, rentre chez lui et prend sa vie d'un coup de pistolet.
Pendant ce temps, chez les Danglars, Eugénie tente de négocier sa liberté avec son père. 

Père, je ne veux pas épouser Monsieur Andrea Cavalcanti, j'ai essayé jusqu'au bout de mes forces et maintenant que le moment est arrivé, je me sens incapable d'obéir. Ce n'est point que l'homme soit plus laid, plus sot ou plus désagréable qu'un autre, non, ce n'est pas non plus que mon cœur soit moins touché de celui-là que de tout autre, je n'aime absolument personne, je ne vois pas pourquoi j'irais m'embarrasser la vie d'un éternel compagnon.    
Eugénie Danglars

Mais le baron a misé le reste de sa fortune sur ce mariage, et sur la dot qu'il suppose obtenir de celui-ci, et finit donc par la convaincre de poursuivre.
Chez les Villefort, Valentine semble ne pas aller très bien, victime de l'empoisonneur qui sévit là. Heureusement, le vieux Noirtier semble avoir compris qu'elle est l'une des victimes potentielles et tente de la mithridatiser, ce qui lui sauve la vie. 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......