LE DIRECT
Le comte en pleine conversation avec de Villefort

Le banquier et le procureur

29 min
À retrouver dans l'émission

Les machinations du comte continuent et les mailles de son filet se referment lentement sur ses proies.

Le comte en pleine conversation avec de Villefort
Le comte en pleine conversation avec de Villefort Crédits : Photo12 - AFP

C'est donc un prince que ce monsieur, qu'on l'appelle Excellence, et qu'il n'y ait que son valet de chambre qui ait le droit de lui parler ; n'importe, puisqu'il a un crédit sur moi il faudra bien que je le voie quand il voudra de l'argent.  
Danglars, maintenant baron, lorsqu'il se fait renvoyer sommairement de chez Monte-Cristo

Edmond se prépare à rencontrer ses autres adversaires, Danglars et de Villefort, mais tient à ce que ce soit sur son terrain, dans ses conditions.
Pour le premier, puisqu'il est banquier, il lui fait miroiter sa fortune ainsi que les espérances de gains qu'il pourrait avoir en s'associant au comte. Le baron étant très avide, ce stratagème fonctionne à merveille et Monte-Cristo rentre très aisément dans les petits papiers du banquier et de sa femme, le premier pour sa richesse, la seconde pour sa galanterie. 

Mais pour de Villefort, c'est à une machination bien plus complexe à laquelle il recourt, qui aboutit par le sauvetage de la femme et du fils de ce dernier. Lorsque Villefort vient pour le remercier, c'est une intense joute verbale sur le sens de la justice qui s'engage entre les deux.

C'est encore cette loi des peuples primitifs, c'est-à-dire la loi du talion, que j'ai le plus trouvée selon le cœur de Dieu.  
Le comte de Monte-Cristo

Edmond Dantès projette toute son arrogance et son désir de vengeance, poli par les années et dissimulé par son éducation aux mains de l'abbé Faria, sur Villefort, qui ne l'a pas reconnu, mais se trouve pris de court momentanément face à l'extraordinaire personnage.

Je suis un de ces êtres exceptionnels, oui, Monsieur, et je crois que, jusqu'à ce jour, aucun homme ne s'est trouvé dans une position semblable à la mienne. Je n'ai que deux adversaires ; je ne dirai pas deux vainqueurs, car avec la persistance je les soumets : c'est la distance et le temps. Le troisième, et le plus terrible, c'est ma condition d'homme mortel. Celle-là seule peut m'arrêter dans le chemin où je marche et avant que j'aie atteint le but auquel je tends : tout le reste, je l'ai calculé.

C'est après cette réplique que de Villefort met en garde Monte-Cristo que sa trop grande arrogance pourrait le mener à sa perte et il prend l'exemple de son père, qui, ayant souffert d'une crise d'apoplexie quelques années plus tôt, est maintenant un infirme. Une fois l’échange terminé, de Villefort s'en va, laissant Edmond seul avec ses ruminations.

Assez de poison comme cela maintenant que mon cœur en est plein, allons chercher l'antidote.

Il convoque alors son esclave grecque : Haydée.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......