LE DIRECT
M. Morrel apprenant le naufrage de son navire, le Pharaon

Les registres des prisons

29 min
À retrouver dans l'émission

Dantès, déguisant toujours son identité, finit d'entendre le témoignage de Caderousse sur les responsables de sa mise au cachot, mais aussi sur ses amis. Une fois les responsabilités tirées au clair, c'est à Marseille qu'il se rend, pour aider monsieur Morrel, en fâcheuse position financière.

M. Morrel apprenant le naufrage de son navire, le Pharaon
M. Morrel apprenant le naufrage de son navire, le Pharaon Crédits : PHOTO12 - AFP

"Sans doute le bonheur et la fortune auront souri à monsieur de Villefort, comme à Fernand et Danglars" commente Caderousse, amer, lorsqu'il confie son ignorance sur ce que le procureur est devenu.

C'est parce que le pauvre ancien voisin n'a eu qu'une part mineure dans la conspiration, pour laquelle le sort l'a déjà été sévèrement puni, que Dantès l'épargne et le prend en pitié au point de lui offrir un diamant.

Lors de cet échange, Edmond en a beaucoup appris sur le devenir de ses anciens compagnons et adversaires. Aussi, en revenant à Marseille, il décide de faire d'une pierre deux coups en rendant visite à l'inspecteur des prisons qui était venu dans sa cellule quelques années plus tôt : celui-ci détient une partie de la dette de monsieur Morrel, qui est proche de la faillite, qu'il rachète donc. Mais il cherche aussi des informations et à avoir accès à son dossier afin de confirmer les dires de Caderousse et les théories de l'Abbé.
Se faisant passer pour le commis d'une prestigieuse, bien qu'inconnue, compagnie anglaise, il fraternise avec l'inspecteur de prisons, qui lui déclarera au fil de la conversation :

Je n'oublierai jamais le visage de cet homme, de cet Edmond Dantès !

Il apprend qu'il est déclaré mort par l'administration du château d'If et qu'il a donc les mains libres. Il retourne voir monsieur Morrel, ayant racheté toutes ses dettes, mais conservant sa fausse identité. Accablé par les dettes, au bord de la banqueroute, l'armateur n'en reste pas moins profondément aimable et honnête, au point que, apprenant que le Pharaon, son dernier navire et ultime espoir, vient de couler, la première chose dont il s'enquiert est du devenir de son équipage. Dès qu'on lui dit que tous ses hommes sont sains et saufs, il s'écrie :

Oh merci mon Dieu, au moins vous ne frappez que moi !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......