LE DIRECT
Fernand Mondego de Morcerf s'excusant sans un mot de l'enquête parlementaire le visant

L'implacable témoignage

29 min
À retrouver dans l'émission

Caderousse est mort, Danglars va marier sa fille à un voleur et un assassin sans le savoir. Maintenant, c'est au tour de Fernand d'être déshonoré en étant mis en examen, et condamné par une commission d'enquête parlementaire.

Fernand Mondego de Morcerf s'excusant sans un mot de l'enquête parlementaire le visant
Fernand Mondego de Morcerf s'excusant sans un mot de l'enquête parlementaire le visant Crédits : Gallica/BNF

Il y a une Providence, il y a un Dieu, dit Monte-Cristo, et la preuve, c'est que tu es là gisant, désespéré, reniant Dieu, et que moi, je suis debout devant toi, riche, heureux, sain et sauf, et joignant les mains devant Dieu auquel tu essaies de ne pas croire, et auquel cependant tu crois au fond du cœur. Regarde-moi bien, comme ceci, sans ma perruque. Je ne suis ni l'abbé Busoni, ni lord Wilmore. Regarde mieux, plus loin, dans tes premiers souvenirs... Eh oui, eh oui, tu m'as connu, je suis Edmond Dantès.  
Edmond Dantès à Caderousse alors qu'il va mourir, assassiné par Benedetto

Mort. Le premier.  
Le comte de Monte-Cristo

Peu de temps après la mort de Caderousse, le journaliste Beauchamp se rend chez Albert de Morcerf avec de mauvaises nouvelles.

J'arrive de Janina, la note parue dans le journal avait, hélas, raison. Tenez, en voici les preuves. Il n'y a pas d'erreurs, cet officier-instructeur, ce Fernand élevé par Ali au titre de général-gouverneur n'est autre que Fernand Mondego, comte de Morcerf.

Mais puisque Beauchamp est ami d'Albert, il détruit les preuves qu'il a collectées et propose qu'ils aillent se détendre en compagnie du comte de Monte-Cristo. En arrivant, ce dernier propose qu'ils partent quelques jours en Normandie, prétextant d'être fâché contre les Danglars et Andrea Cavalcanti parce que les premiers n'auraient pas tenu compte de ses mises en garde contre le second. 

Trois jours plus tard, Albert de Morcerf est convoqué d'urgence à Paris : la trahison de son père vient d'être rendue publique par un journal, et cette fois-ci, le comte de Morcerf est directement attaqué. Membre de la chambre des pairs, les adversaires politiques du comte en profitent pour lancer une commission d'enquête contre Fernand. Mais alors qu'il réussit presque à convaincre qu'il n'a pas trahi, c'est Haydée, la fille du Pacha que Fernand a trahi, qui se rend, de son plein gré, témoigner.   

Ce n'est pas le comte de Monte-Cristo qui m'a conseillé cette démarche, il est en Normandie depuis quelques jours, mais mon respect et ma douleur. Quoique chrétienne, j'ai toujours songé, Dieu me pardonne, à venger mon illustre père. Je vis dans la maison de mon noble protecteur et je savais que le traître habitait Paris. Quand j'ai appris par les journaux ce qui s'était passé à la chambre des pairs et ce qu'il allait s'y passer ce soir, j'ai écrit.  
Haydée

Face au témoignage accablant d'Haydée, Fernand Montego de Morcerf reste sans voix et part de la salle dans laquelle la commission se trouvait réunie. Le président de la commission prononce la sentence :

Messieurs, Monsieur le comte de Morcerf est-il convaincu de félonie, de trahison et d'indignité ?  
(unanimement) Oui.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......