LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Scénographie de la cosmographie de Ptolémée selon l'astronome Andreas Cellarius, vers 1660. Collection privée.
Épisode 3 :

La Société de Géographie, deux cents ans d’aventures

51 min
À retrouver dans l'émission

Élisée Reclus, Jules Verne, Anatole France... ces illustres personnages ont appartenu à la Société de Géographie, savante organisation fondée en 1821 pour porter les progrès de la géographie et encourager les découvertes. Retour sur deux cents ans d'histoire et d'aventures.

Dans les locaux du Congrès international des sciences géographiques, Paris, 1875
Dans les locaux du Congrès international des sciences géographiques, Paris, 1875 Crédits : Louis Alexandre Emmanuel Quinet, photographe de la Société de Géographie / Gallica.fr - Bibliothèque nationale de France (avec l'autorisation de la Société de Géographie)

Le 15 décembre 1821 à l'Hôtel de ville de Paris est fondée la Société de Géographie. Lisons son acte de naissance :

« La Société est instituée pour concourir aux progrès de la Géographie ; elle fait entreprendre des Voyages dans les contrées inconnues ; elle propose et décerne des prix ; établit une correspondance avec les Sociétés savantes, les Voyageurs et les Géographes ; publie des relations inédites ainsi que des ouvrages, et fait graver des cartes ».

Quel beau programme pour la Société de Géographie, et non la Société française de Géographie, car cette institution se veut universelle. Xavier Mauduit

L’expédition d’Égypte lancée en 1799 marque un tournant dans l’histoire de la géographie. Napoléon Bonaparte s’entoure de géographes, de cartographes, de botanistes et d’ingénieurs qui ont pour mission d’établir un relevé précis de la région et de collecter des données de toutes sortes. L’utilité politique de la géographie apparaît clairement et les scientifiques qui ont pris part à ce voyage expriment leur désir de faire de la géographie une science à part entière. En 1821, le rêve devient réalité et la Société de Géographie voit le jour.  

Au XIXe siècle, la cartographie, le récit de voyage, la maîtrise des territoires en Europe et ailleurs, la réflexion sur la façon dont on peut penser le monde, le découper et l'organiser, vont petit à petit former une discipline, au sens scolaire et universitaire du terme, qu'on va appeler la géographie. Au XVIIIe siècle, au contraire, les mots qui recouvraient la géographie étaient assez différents, essentiellement cartographiques. Les Sociétés de Géographie, qui se constituent sur le modèle de la société fondée à Paris, accompagnent cette mutation auprès du grand public, dans une vision libérale. Christian Grataloup

Dès le départ, ses membres fondateurs affirment leur volonté de faire de la Société de Géographie une institution universelle, tournée vers la diffusion et la vulgarisation du savoir géographique. Ses membres font la part belle à la géographie de terrain, à l’exploration et aux voyages. Des pôles à l’Amazonie, de Tombouctou au Caucase, les explorateurs sillonnent le globe et s’efforcent de collecter des données toujours plus précises. Les récits de ces aventuriers modernes passionnent le grand public et la géographie devient une science éminemment populaire. 

À partir de 1870, l’utilité politique de cette science tant aimée du grand public devient évidente ; la géographie peut permettre de renforcer le sentiment national des Français, mais elle peut aussi être la pierre angulaire du projet colonial qui s’esquisse. Les explorations scientifiques deviennent des entreprises de conquêtes menées par des figures charismatiques censées incarner l’aventure coloniale. 

On ne peut pas séparer la démarche coloniale de celle d'exploration. Il y a aussi, au XIXe siècle et dans les précédents, une démarche commerciale et une démarche religieuse (...). L'histoire de la géographie par les Espagnols ou les Portugais est faite en grande partie par des jésuites, par des missionnaires qui accompagnent les conquistadors. On ne peut donc pas séparer la partie scientifique de la partie politique, de la partie religieuse, de la partie économique. Jean-Robert Pitte

De quelle manière la géographie est-elle parvenue à s’imposer comme une science à part entière au XIXe siècle ? Comment la Société de Géographie a-t-elle accompagné les grandes explorations des XIXe et XXe siècles ? Comment ses membres ont-ils organisé la médiatisation de ces découvertes, jusqu’à susciter un engouement populaire durable autour de ces voyages scientifiques ? Retour sur deux cents ans d’explorations et d’aventures avec Christian Grataloup et Jean-Robert Pitte.

Après la guerre de 1870-1871, on a considéré que la défaite était en partie due au déficit de connaissances géographiques des Français sur leur propre territoire et la lecture des cartes. On a alors mis beaucoup de géographie à l'école avec l'intention d'en faire une géographie très environnementale, de connaissance du milieu, d'excursion... Christian Grataloup

Portrait de l'explorateur Duverne tiré du fonds de photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie
Portrait de l'explorateur Duverne tiré du fonds de photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie Crédits : Gallica.fr - Bibliothèque nationale de France (avec l'autorisation de la Société de Géographie)

Avec Christian Grataloup, agrégé et docteur en géographie, géohistorien, professeur émérite à l’Université de Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages qui mêlent géographie et histoire, parmi lesquels L’Atlas historique mondial (Les Arènes, L’Histoire, 2019), L'invention des continents et des océans (Larousse, 2020) ou encore L’Atlas historique de la France (Les Arènes, L’Histoire, 2020). Il participe aux nombreux débats et tables-rondes organisés à l’occasion du bicentenaire de la Société de Géographie en décembre 2021.

Et Jean-Robert Pitte, professeur émérite de géographie et d’aménagement à l’Université Paris-Sorbonne, dont il a été président de 2003 à 2008. Il crée en 2006 l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi. Membre de l’Académie des Sciences morales et politiques depuis 2008, il devient secrétaire perpétuel en 2017. Il est président de la Société de Géographie depuis 2009 et membre de l’Académie du Vin de France. Il a co-écrit avec Benoist Simmat L'Incroyable histoire de la géographie, une bande-dessinée qui retrace l’histoire de la Société de Géographie. Illustrée par Philippe Bercovici, elle paraît aux Arènes le 21 octobre 2021. 

Références sonores

  • Archive du géographe et directeur de la revue Hérodote Yves Lacoste dans À quoi servent les géographes - TF1, 13 mai 1981
  • Archive sur Pierre Savorgnan de Brazza - Actualités françaises, 1952
  • Lecture du premier bulletin de la Société de Géographie, publié en 1922, lu par Daniel Koenigsberg
  • Archive sur le club des explorateurs de la Société de Géographie dans le Journal national - Actualités françaises, 29 mars 1961
  • Extrait du film L'Œil de l'astronome de Stan Neumann avec Denis Lavant, 2012
  • Musique On the Road Again par Katie Melua - Album : Piece by Piece, 2005

Pour aller plus loin

Intervenants
  • Géographe, ancien professeur à l’université Paris-VII et à Sciences Po Paris, spécialiste de géohistoire.
  • Géographe spécialiste du paysage et de géographe historique et culturelle, professeur émérite de géographie et d’aménagement à l’Université Paris-Sorbonne, président de la Société de Géographie et de l’Académie du vin de France
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......