LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jeune garçon devant une mine et fonderie de cuivre dans le Montana aux États-Unis vers 1910
Épisode 1 :

Le Moyen Âge était-il écolo ?

51 min
À retrouver dans l'émission

Dès la Préhistoire, les hommes brûlent des plaines ou abattent des arbres pour créer des zones de culture. Alors que le christianisme et la féodalité se développent au Moyen Âge, une nouvelle perception de l'espace sauvage se met en place. Retour au temps médiéval entre moulte bestes et forests.

Des arbres sont abattus pour construire une route. D'après les "Chroniques de Hainaut", XVe siècle
Des arbres sont abattus pour construire une route. D'après les "Chroniques de Hainaut", XVe siècle Crédits : Ann Ronan Pictures/Print Collector - Getty

Histoire de l’écologie politique : quelles relations liaient nos ancêtres du Moyen Âge avec ce que nous appelons aujourd’hui "la nature" ? C’est une histoire avec des loups, des ours et des aurochs ; c’est une histoire avec des forêts défrichées et des espaces sauvages ; c’est une histoire avec une lecture religieuse de la nature, teintée de surnaturel, mais avec aussi de solides connaissances sur ce qui nous entoure. Alors, fallait-il se prémunir de la nature, la protéger, ou simplement l’exploiter ? Xavier Mauduit

Si les origines de la crise écologique actuelle sont souvent reliées aux développements de la science, de la technique et surtout de l’industrialisation au XIXe siècle, les rapports entre l’homme et son environnement avant le XIXe siècle sont encore trop rarement envisagés dans le débat public. Avant le XIXe siècle, et notamment au Moyen Âge, les hommes vivaient-ils en parfaite harmonie avec la "nature" ? Étaient-ils, comme des animaux sauvages, soumis à ses cataclysmes et à son bon vouloir ? 

Dans les textes du haut Moyen Âge, le mot « nature » relève davantage de la pensée philosophique, de la théologie, que d'une définition du monde physique tel qu'on le conçoit aujourd'hui. Le terme "natura" va être utilisé plutôt à la fin du XIIIe siècle. Dans "Le Roman de la rose", Dame nature est une allégorie qui incarne les éléments naturels et qui en fait une espèce de principe. À la fin du XIIIe siècle, au moment où on a réinvesti les connaissances antiques, notamment d'Aristote et la mécanique du monde, la nature est pensée comme un corpus d'éléments agissant en autonomie, avec leur système et leurs règles, mais toujours liés à la création divine. Fabrice Guizard

Bien sûr, il n’en est rien : l’aménagement de l’environnement par l’homme remonte au moins à l’Antiquité. Au Moyen Âge, en particulier, émergent de nouvelles manières de penser les rapports de l’homme à la nature, liées au développement du christianisme, du système féodal ou encore des puissances étatiques. Ces approches médiévales de l’environnement sont-elles prédatrices, productivistes, protectionnistes voire écologistes ? Nous en parlons avec nos invités Pauline Guéna et Fabrice Guizard.

Le Moyen Âge s'ouvre sur une déstructuration de l'Empire romain. On a une sorte de relocalisation des productions, en tout cas, une baisse du commerce. Le couvert forestier, sans devenir l'espèce de forêt chevelue qu'on a imaginée, doit croître jusqu'au début du VIe siècle. La croissance reprend vers le VIIe siècle, la féodalité met un vrai coup d'accélérateur puisque chaque petit seigneur terrien, qui hérite son fief de la déstructuration de l'Empire carolingien, a intérêt à en tirer le maximum.

Au XIIIe siècle, on a un monde "plein". L'Occident est beaucoup plus peuplé. Pour se donner une idée, il y aurait vingt millions d'habitants dans les frontières de la France actuelle. À ce moment-là, il y a de vrais progrès de l'agriculture, un aménagement de l'espace complet, des polders, des cours d'eau de plus en plus exploités, des assèchements des terres de plus en plus nombreux, etc. Le monde est si plein qu'on repousse le bétail vers des terres de moins bonne qualité. Les gens recommencent à avoir faim, des famines réapparaissent. En 1347 survient la peste. Près d'un tiers de la population aurait disparu. Mais la peste n'est pas un choc suffisant pour endiguer cette croissance, qui reprend dès le XVe siècle. Pauline Guéna

Avec Pauline Guéna, chargée de recherche au CNRS, chargée de cours à l'Université PSL (Paris Sciences et Lettres). Docteure en histoire médiévale (Sorbonne Université - 2019), sa thèse s’intitule Entre Venise et l’Empire ottoman : administrer le contact en Méditerranée (1453-1517), dont la publication chez Garnier est prévue en 2022. Elle est membre associée du laboratoire Roland Mousnier, ainsi que cofondatrice puis membre du collectif de diffusion de la recherche Actuel Moyen Âge de 2016 à 2020.   

Pauline Guéna signe avec Florian Besson, Catherine Kikuchi et Annabelle Marin Actuel Moyen Âge I. Et si la modernité était ailleurs (Arkhê, 2017) et avec Florian Besson, Tobias Boestad, Maxime Fulconis, Simon Hasdenteufel et Catherine Kikuchi Actuel Moyen Âge II, l’aventure continue (Arkhê, 2019). Elle publie également avec le collectif Questes Le Bathyscaphe d’Alexandre : l’homme et la mer au Moyen Âge (Vendémiaire, 2018).

Et Fabrice Guizard, maître de conférences en Histoire médiévale à l'Université Polytechnique Hauts-de-France. Il a notamment publié Les Terres du sauvage dans le monde franc (IVe-IXe siècles) (Presses universitaires de Rennes, 2009), La Bête captive au Moyen Âge et à l’époque moderne (avec Corinne Beck, éditions Encrage, 2012), Lisières, landes, marais et friches : les usages de l’inculte de l’Antiquité au XXIe siècle (avec Corinne Beck et Bernard Bodinier, hors série de la Revue du Nord, n°18, 2013), Une bête parmi les hommes : le chien. De la domestication à l’anthropomorphisme (avec Corinne Beck, éditions Encrage, 2014). Il a été directeur scientifique de l'ouvrage Le Loup en Europe du Moyen Âge à nos jours (Presses universitaires de Valenciennes, 2009).

Références sonores

  • Archive "Français, d'où venez-vous ? L'épopée paysanne" dans l'émission Heure de culture française - RTF, 1959
  • Archive d'un reportage sur l'éboulement historique du Mont Granier en 1248 - France Info, 2016
  • Archive de Jean-Luc Déjean à propos de la chasse au sanglier, "Les objets de l'histoire : Le livre de chasse de Gaston Phoebus" dans l'émission Caractères - FR 3 Toulouse, 1976
  • Lecture d'un extrait de la vie de saint François, Vita prima, 58 de Thomas de Celano par Pierre-Marie Baudoin
Intervenants
  • Docteure en histoire médiévale, chargée de recherche au CNRS, chargée de cours à l'Université PSL (Paris Sciences et Lettres)
  • Maître de conférences en histoire médiévale à l'Université Polytechnique Hauts-de-France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......