LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dans l'atelier d'un tailleur (XVe-XVIe siècles). Fresque du château d'Issogne dans la Vallée d'Aoste en Italie
Épisode 2 :

Travailler en noir, une sombre histoire

51 min
À retrouver dans l'émission

Veston bleu-noir, uniforme gris foncé, costume ardoise. L'habillement professionnel apparaît à la fin du XIXe en même temps qu'il revêt des couleurs sombres. Il évoque à lui seul le sérieux, la discrétion, la décence et acquiert, très vite, une fonction de distinction sociale.

Groupe d'hommes vers 1870
Groupe d'hommes vers 1870 Crédits : Hulton Archive - Getty

La sombre histoire du travail en noir, encore faut-il réussir à obtenir un bel habit noir. En 1877 paraît un Traité de teinture des soies, écrit par Marius Moyret, chimiste à Lyon. Il y est question de la teinture en noir : « La charge ne jouant aucun rôle, le noir à obtenir est une véritable couleur. L’on peut faire des noirs anglais, ou des noirs ayant reçu un fond de bleu de Prusse et terminés en noir fin, si l’on veut des noirs plus profonds ; dans tous les cas, sur les opérations, il faut rincer soigneusement pour éviter les marbrures. » Voilà, nous sommes désormais vêtus d’un bel habit noir, il est temps maintenant de travailler à sa symbolique. Xavier Mauduit

Les vêtements professionnels s’uniformisent à partir des années 1870. Les fabricants rivalisent d’ingéniosité pour proposer des coupes, des couleurs et des modèles innovants et pratiques. Les couleurs sombres s’imposent peu à peu dans tous les corps de métiers, du magistrat au garçon de café, du cheminot au banquier. Le noir devient un symbole de rigueur, de sérieux, de confiance et de décence. En même temps, cette couleur invisibilise celui qui la porte, gomme les contours de son individualité jusqu’à le fondre dans la masse des employés d’une entreprise. 

Aux Postes ou dans les compagnies du rail, l'administration et les directions d'entreprise décident d'habiller les effectifs nombreux pour qu'on puisse les reconnaître. Imposer un uniforme a plusieurs avantages. En premier lieu, l'homme qui revêt l'uniforme va retrouver les codes acquis dans le monde militaire. Il endosse l'uniforme et doit respecter les ordres. Deuxièmement, l'uniforme permet d'entretenir une certaine image du service postal, d'autant que les postiers ont parfois entre les mains l'argent des usagers. Jérémie Brucker

L’habit noir devient l’apanage des chefs de service et des bourgeois. Les petits commerçants adoptent à leur tour des blouses et vestons sombres pour manifester leur désir d’élévation sociale. Comment les couleurs sombres se sont-elles peu à peu imposées comme des symboles de rigueur, de pouvoir et de décence dans le cadre professionnel ? Comment cette couleur, pourtant si difficile à fixer sur le tissu, a-t-elle été imposée par les fabricants de vêtements du XIXe siècle ? Aujourd’hui, le costume-cravate sombre est-il encore l’avenir du vêtement professionnel ?

Le costume ne va pas perdre la partie, à mon sens. On le desserre, on fait tomber la veste, mais il a encore de longues décennies devant lui. En revanche, la cravate a toujours eu une vie difficile. Je pense à celle des télégraphistes, par exemple, qui était obligatoirement noire aux PTT. Déjà au début du XXe siècle, on avait des difficultés à la faire porter aux agents. Ils ne veulent pas se faire passer la cravate autour du cou. Jérémie Brucker

Avec Jérémie Brucker, historien, spécialiste de l'histoire du vêtement de travail, du corps et des apparences, docteur agrégé, membre associé au laboratoire TEMOS CNRS de l’Université d'Angers et professeur au lycée Choiseul de Tours. Sa thèse, intitulée Avoir l'étoffe. Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 à nos jours, est publiée en novembre 2021 chez Arbre bleu éditions, avec une préface d’Isabelle Lespinet-Moret.

Références sonores

  • Archive sur le nouvel uniforme des postiers dans Interactualités - France Inter, 17 décembre 1987
  • Extrait des films Men in black de Barry Sonnenfeld, 1997, et La Classe américaine de Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, 1993
  • Musique Back to Black par Amy Winehouse - Album : Back to Black, 2007
  • Archive de Marcel Diebolt, préfet de Paris, avec Jacques Chancel dans Radioscopie - France Inter, 5 janvier 1971
  • Lecture de La Curée d'Émile Zola, 1871, par Marc Henri Boisse
  • Archive sur les hommes et le costume dans Aujourd’hui Madame - Antenne 2, 27 février 1978
  • Musique Noir c'est noir par Johnny Halliday - Album : La Génération perdue, 1966
  • Archive sur les uniformes de la SNCF créés par Ted Lapidus dans le Journal de 13h - France 2, 29 octobre 1996
Intervenants
  • Historien, docteur agrégé, membre associé au laboratoire TEMOS CNRS de l’Université d'Angers et professeur au lycée Choiseul de Tours
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......