LE DIRECT
L'amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne, a Paris, France. (Photo : Thierry Borredon).
Épisode 2 :

Robert de Sorbon, l’université s’installe à Paris

51 min
À retrouver dans l'émission

Au XIIIe siècle, Robert de Sorbon, maître en théologie, "tient école" à Paris où il se consacre à la création du collège de Sorbonne. Voici donc un excellent guide pour nous faire découvrir le monde universitaire au Moyen Âge.

Cours de théologie à la Sorbonne au XVe siècle, à Paris, France. Miniature extraite d'un ouvrage de Nicolas de Lyre.
Cours de théologie à la Sorbonne au XVe siècle, à Paris, France. Miniature extraite d'un ouvrage de Nicolas de Lyre. Crédits : Getty

Le 8 octobre 1888, dans l’église du petit village de Sorbon dans les Ardennes, au Nord-Est de la France, un monument est inauguré par Monseigneur Langénieux, archevêque de Reims. Il s’agit d’une œuvre d’un architecte de Charleville, agrémentée d’un buste réalisé par un statuaire ardennais. Il est érigé à la mémoire de Robert, l’enfant du village. Une plaque indique : « À la mémoire de Robert de Sorbon, né à Sorbon le 9 octobre 1201, mort à Paris le 15 août 1274. Savant, théologien, moraliste et prédicateur célèbre, chanoine de Cambrai, puis de Paris, il fut l'un des chapelains familiers de Saint Louis dont les largesses l'aidèrent en 1256 à fonder la Sorbonne, cet humble asile des pauvres maîtres et étudiants, qui devint une pépinière d'illustres docteurs, la plus fameuse corporation séculière de l'université, et reste l'une des gloires de la France chrétienne » et pas seulement chrétienne, disons-le, tant le prestige de la Sorbonne est grand. Partons à la rencontre de Robert de Sorbon. Xavier Mauduit

En 1257, Robert de Sorbon ouvre un collège à Paris qui donne son nom à la plus célèbre université de France : la Sorbonne. À l’origine pourtant, le collège de Sorbon n’est pas un lieu d’enseignement. Il permet seulement à des étudiants, souvent boursiers, d’être logés et nourris le temps de leurs études. L’université de Paris naît au début du XIIIe siècle et elle attire des jeunes venus de toutes les provinces du royaume, désireux de profiter d’un enseignement prestigieux en rhétorique, en théologie ou en logique. 

L’université médiévale a peu de choses à voir avec l’institution que nous connaissons aujourd’hui : dirigée collégialement par des assemblées de maîtres, elle n’a pas de bâtiments. Maîtres et étudiants travaillent en plein air ou dans des salles louées. Le premier diplôme est obtenu à l’âge de 21 ans et il faut attendre quinze années supplémentaires avant de devenir maître en théologie. Pourtant, l’université médiévale n’est pas si éloignée de la nôtre : révoltes d’étudiants, grèves, et réflexions sur un accès plus méritocratique à l’enseignement supérieur ponctuent le XIIIe siècle. Alors, comment l’université, comme cadre administratif et comme lieu d’enseignement, se constitue-t-elle lors de ce premier siècle d’existence ? Pourquoi Robert de Sorbon, à l’apparence fondateur d’un simple lieu d’hébergement, est-il une figure centrale de cette histoire de l’université au point d’avoir légué son nom à la plus célèbre université française ? L’université de Paris du XIIIe siècle est-elle une spécificité française ou s’inscrit-elle dans une histoire européenne ?

Avec nous pour répondre à ces questions, Nathalie Gorochov, historienne, spécialiste de l’université au Moyen Âge et professeure d'histoire médiévale à l'Université de Paris-Est Créteil. Elle est l’autrice de nombreux articles et ouvrages parmi lesquels Naissance de l’université. Les Écoles de Paris d’Innocent III à Thomas d’Aquin, (v. 1200 - v. 1245) (Honoré Champion, 2012) et L'université et la ville : les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle (Presses Universitaires de Rennes, 2018), dont elle a co-dirigé la rédaction avec Florence Bourillon, Boris Noguès et Loïc Vadelorge.

Le début du XIIIe siècle est l'époque de l'invention de l'université. Elle n'existe ni dans les siècles précédents, ni dans d'autres civilisations. Elle est inventée à peu près au même moment à Paris, à Bologne et à Oxford. Dans ces villes il y a des écoles : des groupes formés par un professeur et des étudiants. Ces écoles se fédèrent et forment une institution qu'on appelle l'université. À Paris, elle s'est probablement organisée entre 1200 et 1210. Elle était donc toute jeune quand Robert de Sorbon est arrivé. Nathalie Gorochov

Sons diffusés :

  • Archive - 16/02/1959 - Extrait de l'émission L'Heure de culture française - Robert Larrieu, professeur agrégé d'espagnol parle de l'université de Salamanque. 
  • Lecture par Daniel Koenigsberg d'un sermon de Philippe le Chancelier, professeur de théologie et chancelier de Notre-Dame. (1220).
  • Archive - Extrait du film documentaire Les escholiers réalisé par Marcel Gibaud (Armor Films, 1963).
  • Archive - 17/10/1950 - Extrait de l'émission L'Heure de culture française - 700e anniversaire de la Sorbonne. 
  • Lecture par Daniel Koenigsberg d'un extrait du discours d'Élie Méric, ecclésiastique, docteur en théologie, philosophie et lettres et professeur à la Sorbonne, prononcé à l'occasion de l'inauguration du monument à Robert de Sorbon. Sorbonne, 08/10/1888. 
  • Musique - Henri Decker - Quartier latin.

Chroniques

9H52
3 min

Le Journal de l'histoire

Génocide des Tutsis au Rwanda : la France impliquée mais pas forcément là où on l'attendait
Intervenants
  • professeur d'histoire du Moyen Age à l'université Paris-Est Créteil
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......