LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Illustration issue de la série documentaire "Décolonisations" de Marc Ball, Karim Miské et Pierre Singaravélou

Des colonisés et décolonisations

53 min
À retrouver dans l'émission

La colonisation passe et se manifeste à travers les corps colonisés et la sexualité. Mais qu'en est-il alors à l'heure des décolonisations ? Et où commencent ces décolonisations ? Autant de questions que nous soulèverons ce matin en compagnie de Christelle Taraud, Karim Miské et Marc Ball.

Illustration issue de la série documentaire "Décolonisations" de Marc Ball, Karim Miské et Pierre Singaravélou
Illustration issue de la série documentaire "Décolonisations" de Marc Ball, Karim Miské et Pierre Singaravélou Crédits : Arte

Il y a beaucoup de visages dans cette histoire. Ce sont ceux d’hommes et de femmes qui sourient dans les publicités, sur les affiches de films, en couverture des romans policiers, et sur les photographies quand il s’agit de poser à côté de l’homme blanc. Il y a beaucoup de fantasmes dans cette histoire : les Vahinés, la fille du Bédouin, la puissance sexuelle de l’homme africain, le déhanché de Joséphine Baker, et le rire la petite Tonkinoise. Il y a beaucoup de sexe dans cette histoire, avec des corps bafoués, exhibés, utilisés, violés, des corps colonisés et des visages qui ne sourient pas. 

Nous recevons aujourd'hui Christelle Taraud, spécialiste de l'histoire des femmes, du genre et des sexualités en contexte colonial et tout particulièrement au Maghreb, elle enseigne les programmes parisiens de Columbia University, de New-York University et de CUPA. Depuis octobre 2008, elle est aussi membre du Centre d'histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris IV). Elle nous parlera aujourd'hui de sa participation à l'ouvrage collectif Sexualités, identités & corps colonisés, paru aux éditions du CNRS, en novembre 2019.

Les femmes peuvent être une manière d'acclimater les hommes, notamment dans les premières phases coloniales où on ne pense pas forcément immédiatement à l'occupation totale. Et donc, on observe que dans les premiers empires et jusqu'au milieu du 19ème siècle, il y a cette idée que ce n'est pas une mauvaise chose que les colonisateurs puissent avoir accès aux femmes. Parce que précisément, ces femmes vont leur permettre de mieux connaître, de mieux comprendre et donc d'être plus à même d'exploiter les colonies. Ensuite, effectivement, quand on passe à des empires coloniaux de domination totale, les problèmes deviennent différents puisque pour certaines parties de l'Empire on pense à créer des sociétés nouvelles. Là, la question de la sexualité interraciale devient plus compliquée avec la mise en place de lignes sexuelles, qui s'appuie aussi sur des lignes raciales. Christelle Taraud

La photographie a un statut particulier dans le monde iconographique colonial parce que la photographie est née simultanément aux colonisations contemporaines. Donc, on peut dire que la photographie a été le média qui a accompagné en fait les colonisations du 19ème siècle. Effectivement, on observe une volonté d'utiliser la photographie pour des raisons diverses. D'abord, pour des raisons ethnographique, je dirais, c'est à dire de fixer ces populations alors même que nous savons que notre présence va considérablement modifier leurs habitus de vie et parfois même leur environnement. Et puis, évidemment, la photographie devient une arme idéologique extrêmement importante dans la fabrique à fantasmes, qui est une fabrique non pas seulement de fantasmes de la différence, mais il s'agit là de hiérarchiser la différence. Christelle Taraud

Dans la seconde partie de l'émission Xavier Mauduit s’entretiendra avec les réalisateurs Karim Miské et Marc Ball au sujet de Décolonisations une série documentaire en 3 épisodes écrite avec Pierre Singaravélou et mise en voix par Reda Kateb. À contre-courant de l'histoire officielle des colonisateurs, les trois auteurs dressent une fresque percutante en inversant le regard pour raconter, du point de vue des colonisés, cent cinquante ans de combat contre la domination.

On a essayé d'avoir un récit qui soit efficace, tenu, ce qui était effectivement un défi dans la mesure où on traite de trois continents, c'est à dire l'Asie, l'Afrique et l'Europe, le continent colonisateur. Et pour ça, on s'est dit qu'on allait partir sur beaucoup d'histoires très précises. Un événement qui s'est passé en Inde parle pour d'autres événements qui se seraient passés en Indochine ou même en Algérie, et dont on ne parle pas dans la mesure où on raconte aussi l'histoire de cette libération, mais de la libération d'un impérialisme très particulier, qui est ce que certains historiens appellent maintenant l'impérialisme collectif européen. Karim Miské

Ce qui donne la force de ce récit est d'entendre ces citations, c'est de les entendre du point de vue du tirailleur sénégalais ou du point de vue du colonisé. On le ressent beaucoup plus dans la chair. Ce n'est pas juste une posture intellectuelle, un débat sur le racisme, c'est quelque chose qu'on ressent, qui est vécu. Tous nos personnages ont ça en commun : de vivre chacun une des facettes du colonialisme. C'est ce que permet aussi cette myriade de personnages, c'est de voir tous les aspects de la colonisation, de voir par quels biais elle s'est imposée, de voir la multiplicité d'expériences et de sensations à travers nos personnages, pour enfin, finalement, rendre la libération et la victoire encore meilleure. Marc Ball

Sons diffusés : 

Musiques : 

  • La Tonkinoise de Lina Margy
  • 365 cicatrices par La Rumeur

Extrait de film : La Canonnière du Yang-Tsé, 1966 par Robert Wise 

Extraits du documentaire Décolonisations, disponible sur Arte : 

  • Ça commence comment la lutte contre la colonisation ?
  • L’enfer de la Première Guerre mondiale pour Lamine Senghor
  • L’obsession de la craniométrie
  • Témoignage d’Alice Seeley Harris sur les massacres au Congo sous Léopold II de
Chroniques
9H52
4 min
Le Journal de l'histoire
Des musées contre Darwin
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......