LE DIRECT
Sarojini Naidu avec le leader nationaliste indien Mahatma Gandhi lors de la Marche du sel pour protester contre le monopole du gouvernement sur la production de sel, en 1930
Épisode 4 :

Cachemire, la déchirure originelle

52 min
À retrouver dans l'émission

Quels retours au passé faut-il opérer pour comprendre la situation du Cachemire aujourd’hui ? Comment le sort des Cachemiris est-il devenu une crise nationale en Inde, et non plus seulement un enjeu géopolitique et diplomatique entre deux puissances régionales ; l’Inde et le Pakistan ?

Des femmes cachemiries scandent des slogans pendant une manifestation le 11 ocotbre 2019, à Srinagar
Des femmes cachemiries scandent des slogans pendant une manifestation le 11 ocotbre 2019, à Srinagar Crédits : Saqib Majeed / SOPA Images / LightRocket - Getty

Des Indes à l'Inde, les avatars du nationalisme hindou, du nationalisme indien. Pourquoi s'intéresser à l'Inde en ce moment? Parce qu'il s'agit de la plus grande démocratie du monde avec 1,3 milliard d'habitants ; parce que les nationalistes au pouvoir, et Narendra Modi à leur tête, soufflent sur les braises et que des émeutes secouent le pays ; parce que nous nous souvenons qu'il y a 90 ans, le 12 mars 1930, la Marche du sel, conduite le Mahatma Gandhi, est une grande manifestation sans violence, une étape essentielle sur la route qui mène l'Inde à l'indépendance en 1947. Aussi parce qu'en cette période d'épidémie, il est sage de recevoir des historiennes, des historiens, des écrivains, de chercheurs, qui connaissent les traditions indiennes et notamment le Namasté. Vous savez, le salut des Indiens, les mains jointes devant le visage, mais sans contact. Mieux que les coups de coude, que les coups de talons et que les révérences, il y a le Namasté, signe de respect et de politesse. Ainsi, toute la semaine, nous nous sommes salués, mais sans nous toucher.

Nous recevons ce matin Charlotte Thomas, directrice du programme "Asie du Sud" au sein du collectif de chercheurs NORIA. Spécialiste des minorités musulmanes en Inde, elle a soutenu en 2014 une thèse à Sciences Po Paris portant sur les conséquences des pogroms anti-musulmans survenus à Ahmedabad (Gujarat, Inde). Aujourd’hui, Charlotte Thomas poursuit l’étude des mobilisations politiques et/ou violentes de la minorité musulmane indienne. Elle a publié en 2018 Pogroms et ghetto : les musulmans dans l'Inde contemporaine aux éditions Karthala

Au Cachemire, nous sommes à l'extrême nord de l'Inde. C'est un état frontalier entre l'Inde et le Pakistan, qui est aussi bordé par la Chine au dessus. Et effectivement, ce qu'on appelle aujourd'hui le Jammu et Cachemire, on parle aujourd'hui de la partie indienne. Mais avant 1947, le Cachemire était un État princier qui était dans l'Empire britannique des Indes et qui est un territoire qui, au moment de la Partition, a fait l'objet d'un premier conflit entre le futur Pakistan et la future Inde et qui a été divisé en 1949 autour de ce qu'on appelle aujourd'hui la LOC, la ligne Off Control, qui est de fait une frontière, mais qui a hérité d'un conflit et trois autres conflits par la suite. Et donc, c'était un territoire partagé entre entre deux États, où il y a également une population à majorité musulmane et dont une partie est rattachée à l'Inde. Charlotte Thomas

Cet Etat à majorité musulmane est gouverné par un souverain hindou et en plus, au sein de cette architecture, il y a plusieurs sortes de musulmans et les musulmans cachemiris sont ceux qui se perçoivent comme les plus discriminés dans leur accès aux ressources économiques, dans leur accès aux ressources politiques. Donc, très tôt, vers la fin du XIXème siècle et vers les années 1930 également, il va y avoir des mouvements de demande de plus de liberté, de reconnaissance d'une identité cachemirie et de droits pour les Cachemiris au sein de cet État. Charlotte Thomas

Nous verrons également comment la création artistique indienne a été profondément bouleversée par la Partition de l’Inde et la tragédie de millions de réfugiés qu’a entraîné cette dernière, en compagnie d'Anne Castaing, chargée de recherches au CNRS et membre du Centre d'Études - Inde - Asie du Sud (CEIAS). Elle est également traductrice littéraire du hindi. Elle participe actuellement au projet DELI : Le Dictionnaire encyclopédique des littératures de l’Inde; un projet collaboratif qui vise à offrir une vue d’ensemble des littératures du sous-continent indien en plus de 1000 articles inventoriant l’ensemble des littératures indiennes et leur réception en France. Elle a dirigé l’ouvrage Raconter la partition de l'Inde paru en octobre 2019 aux éditions Peter Lang ainsi que Travestissements : performances culturelles du genre, paru le 16 janvier 2020, aux Presses universitaires de Provence.

Sons diffusés : 

Archives : 

  • Voyage sans passeport, réalisé par Solange Peter, Radiodiffusion Télévision Française (RTF), 26/12/1959
  • Extraits des Actualités françaises du 20/11/1947 et du 18/09/1947
  • Mahatma Gandhi en 1947 ou 1948 (Date d'enregistrement approximative), Radiodiffusion Française (RDF)
  • Extrait du film La rivière Subarna de Ritwik Ghatak

Musique : Baeil Graavan par Mehmeet Syed 

Lecture par Camille André : J’invoque aujourd’hui Varis Shah, poème d’Amrita Pritam, traduit du Panjabi par Denis Matringe, publié dans la revue Europe en 2001

Chroniques

9H52
4 min

Le Journal de l'histoire

Disposer de leurs corps, l’interminable combat des femmes
Intervenants
  • directrice du programme Asie du Sud du collectif de chercheurs Noria, spécialiste des minorités musulmanes en Inde
  • chargée de recherches au CNRS et membre du Centre d'Études - Inde - Asie du Sud (CEIAS)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......