LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Quitter Nordhausen. Un détenu du camp de concentration de Mittelbau-Dora à Nordhausen après la libération du camp par l'armée américaine, 1945.

Face au nazisme : récits de destins croisés

52 min
À retrouver dans l'émission

Il y a ceux, tel Ernst Hanfstaengl, ami d’Hitler, qui veulent à tout prix faire partie de l’histoire. Il y a ceux, tels les 9 000 déportés français à Mittelbau-Dora, qui n’ont pas baissé la tête et qui ont font partie de l’histoire. Comment raconter des destins opposés sous le nazisme ?

Quitter Nordhausen. Un détenu du camp de concentration de Mittelbau-Dora à Nordhausen après la libération du camp par l'armée américaine, 1945.
Quitter Nordhausen. Un détenu du camp de concentration de Mittelbau-Dora à Nordhausen après la libération du camp par l'armée américaine, 1945. Crédits : FPG/Hulton Archive/Getty Images - Getty

Dans les années 1860, le lexicographe Émile Littré fait paraître son Dictionnaire de la langue française, un chef d’œuvre qui demeure une référence. Il y donne la définition du mot biographie : « Sorte d’histoire qui a pour objet la vie d’un seul homme ».  

« Sorte d’histoire », l’expression jolie. En effet, la biographie est une narration qui s’avère souvent évidemment nécessaire : qui était où ? qui a fait quoi ? quand at-il vécu et quand est-elle morte ? 

La biographie a ses limites et surgit aussitôt une formule efficace du sociologue Pierre Bourdieu : c’est « l’illusion biographique ». Entre la vie telle qu’elle est vécue et le récit qui la raconte, l’écart peut être sidérant. Quand l’historien, le chercheur, le curieux s’empare d’une existence, la biographie est-elle seulement une « sorte d’histoire qui a pour objet la vie d’un seul homme » ? Non, car c’est l’histoire qui se raconte à travers des individus. 

Avec Laurent Thiery, historien au centre d'histoire et de mémoire La Coupole d'Helfaut-Wizernes dans le Nord-Pas-de-Calais, il est aussi membre du comité scientifique de la Fondation de la Résistance et président du comité scientifique pour le projet de rénovation du Mémorial de l’internement et de la déportation de Compiègne-Royallieu. Il est directeur scientifique du Livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora paru aux éditions Cherche Midi en 2020. Céline Thiery, enseignante-documentaliste, formatrice à l’INSPE, autrice de 60 biographies dans cet ouvrage.

Avec aussi Thomas Snégaroff, historien et journaliste qui publie Putzi aux éditions Gallimard.

Certains considéraient Ernst Hanfstaengl (Putzi) comme un monstre, d'autres comme un clown, c'est tout l'enjeu d'ailleurs du mystère Putzi. On l'appelle "le pianiste d'Hitler", c'est très très réducteur. Il a joué du piano à Hitler, c'est vrai et puis il est resté dans l'histoire comme le seul être humain a avoir été le confident d'Hitler entre 1922 et 1924/25, un peu plus loin, mais encore dans "la machine", jusqu'en 1937 et puis, par les truchements de la grande Histoire, il devient l'informateur de Roosvelt. Donc, il est vraiment passé d'un monde à l'autre mais se sont les deux mondes de son propre corps parce qu'il est allemand et américain, allemand par son père et américain par sa mère. Thomas Snégaroff

En 1998 on était toujours incapable de donner l'identité et de savoir combien de personne avaient été arrêtées, déportées depuis la France et étaient passées par ce camps (Dora). L'idée, c'était d'aller dans les archives pour identifier ces personnes, connaitre leurs destins et écrire leurs histoires pour leur rendre hommage, rappeler leur passage sur terre parce que beaucoup de ces personnes ont disparu et étaient de simples anonymes. Mais aussi pour l'histoire parce que travailler sur des parcours individuels, des biographies, c'est aussi combler les lacunes archivistiques sur certaines thématiques et donc, multiplier ces parcours par 10, par 100, par 1000, vont nous permettre aujourd'hui d'expliquer des phénomènes plus larges, historiques, liés à l'histoire de la résistance, de la répression en France et surtout du fonctionnement du système concentrationnaire. Laurent Thiery

C'est un travail qui a été fait essentiellement par des bénévoles. Environ 70 bénévoles ont travaillé sur ce projet, la plupart d'entre eux sont des professeurs d'histoire-géographie, professeurs d'allemand, pour certains en retraite, pour d'autres, toujours en activité. Je crois que cet engagement du monde de l'éducation dans le projet du livre des 9000 déportés est à souligner parce que c'est un objet scientifique, un objet mémoriel mais cela va être aussi un formidable outil pédagogique. Céline Thiery

Sons diffusés : 

  • Archive - 1935 - Source inconnue -  Ernst Hanfstaengl parle en anglais, il présente une sculpture, buste d'Hitler et et joue du piano. 
  • Archive - 09/0/1981 - Extrait de l'émission Apostrophe - George Steiner présente son roman Le transport d'A.H. (Julliard, 1981).
  • Archive :  14/11/2019 - France Culture - Extrait des Matins - Christian Boltanski parle de son intérêt pour les anonymes. 
  • Extrait du documentaire de Fabrice Jazbinsek, les 9000 vies perdues du camp nazi de Dora. 
Chroniques
9H52
4 min
Le Journal de l'histoire
Le casse tête de l'après déboulonnage
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......