LE DIRECT
Un maire, Paris
Épisode 1 :

Administrateurs, administrés

52 min
À retrouver dans l'émission

Depuis 1884, les maires sont élus par leurs concitoyens. Comment ces figures politiques sont-elles devenues indispensables pour la population locale et pour l'Etat ?

Un maire, Paris
Un maire, Paris Crédits : Universal Images Group - Getty

Passons devant Monsieur le maire ! Comprenez le premier officier municipal d’une ville, d’une commune. Le maire d’aujourd’hui, celui de nos villes et de nos villages, est bien loin d’une autre vedette de l’histoire, le maire du palais qui, au Moyen Âge, était l’intendant de la maison des rois mérovingiens. Ce maire-là était le major domus, le plus grand de la maison. 

Major et majeur, le maire l’est resté car il est un personnage essentiel de la vie locale par sa proximité avec la population : il assiste aux naissances, aux mariages, aux décès. Figura paternelle, il est toujours présent. Il est Monsieur le maire… ou parfois Madame. Comment l’appeler dans ce cas ?  « Madame le maire », « Madame la maire », « le maire », « la maire ». Certains osent encore « Monsieur le maire ». Il existe bien le mot « mairesse », mais dans la subtilité toute masculine de la  langue française, ce mot a désigné l’épouse du maire. Pour s’en arranger, comme bien souvent, le mot femme a été accolé : une femme-maire. C’est pauvre. La maire – ou pour éviter la confusion avec « la mère » – Madame la maire est bien suffisant. Féminiser, ce n’est pas la mer à boire !

Nous retracerons l'histoire de la fonction mayorale et de son exercice en compagnie d'Emmanuel Bellanger, co-directeur de la rédaction de Métropolitiques, chercheur CNRS et directeur du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) de l’université Paris‑1/CNRS (UMR 8058)

L’élection des maires remonte à l’adoption de la Chartes municipale du 5 avril 1884, qui marque incontestablement un tournant dans l’histoire de la démocratie locale. Le notable, avec sa dignité et sa charge symbolique, a une reconnaissance politique et démocratique. C’est un homme jusqu’aux municipales d’avril et mai 1945 et c'est un homme qui est – Maurice Agulhon, ce grand historien de la République, a une très belle expression lorsqu’il parle des maires, il dit que c’est une « figure sympathique » - et l’on peut ajouter également « intouchable », puisque jamais le législateur et le technocrate n’ont pu réformer la carte des communes de France par la fusion. Au contraire, il y a une résistance du fait municipal qui tient en particulier à l’enracinement de cette personnalité politique, sympathique, aimée, qu’incarne le maire. Emmanuel Bellanger

A partir de l’élection du maire la municipalité devient un enjeu politique, un lieu du débat démocratique avec au même moment l’apparition de formation politiques. Des formations politiques qui vont se décliner territorialement avec la création par exemple du socialisme municipal dès la fin du XIXe siècle, puis au début des années 1920 la création du communisme municipal ou du conservatisme municipal. Donc on voit bien que se présentent aux électeurs des choix, des projections qui visent à transformer leur espace de vie, à savoir la commune. Emmanuel Bellanger

Au Moyen-Âge, l’air de la ville rendrait-il les femmes plus libres ? Peut-être bien à Amiens entre 1380 et 1520, et nous recevons pour en parler Julie Pilorget, docteure en histoire médiévale, professeure agrégée dans le secondaire, en prenant appui sur sa thèse, Femmes au travail, femmes au pouvoir, femmes en ville : l’exemple d’Amiens à la fin du Moyen Âge, sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan (soutenue en 2018, et en cours de publication).

Il faut absolument en finir avec l’idée d’un espace qui serait masculin, productif et public que l’on opposerait à un espace domestique, féminin, de reproduction. En réalité, la ville médiévale fonctionne tout à fait différemment ne serait-ce que parce que c’était une ville de contacts. Le cœur de l’économie c’est la maison-atelier, et donc la femme étant présente dans cette espace domestique, qui est également un espace de production, participe de fait à l’économie médiévale.  Par ailleurs, en Picardie on a la particularité d’avoir une coutume très égalitaire qui établit le fait que la femme possède la moitié des biens du ménage. Il y a donc des communautés de biens entre époux, qui font des femmes des actrices à part entière dans la société. Julie Pilorget

Sons diffusés : 

Lecture par Olivier Martinaud : extrait du roman Le rouge et le noir de Stendhal, publié chez Gallimard

Musique : 

  • Frédéric Chopin, Concerto n°2 en fa min op 21, dirigé par Jurek Dybal
  • Voulez ouyr les cris de Paris de Clément Janequin par l'Ensemble Clément Janequin

Archives : 

  • Maurice Agulhon dans Les chemins de la connaissance de Patrice Freydieu, France Culture, 02/10/1997
  • Stéphane Gatignon, Le parisien, 27/03/2018

Extraits de films : 

  • La soupe aux choux de Jean Girault 
  • Alice et le maire de Nicolas Pariser 
  • Le moine et la sorcière de Suzanne Schiffman 

Chroniques

9H52
4 min

Le Journal de l'histoire

Quand l'heroic fantasy rattrape l'histoire
Intervenants
  • chercheur au CNRS. Spécialiste de l'histoire politique, sociale et urbaine des banlieues parisiennes, il est l'auteur de plusieurs monographies sur la Seine-Saint-Denis et le Grand Paris
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......