LE DIRECT
24/10/1937. Un homme déguisé en bandit de grand chemin lors d'une collecte pour l'hôpital de Hounslow.  (Photo par Harry Todd)
Épisode 2 :

Mauvaise graine, la petite délinquance sous surveillance

52 min
À retrouver dans l'émission

Les dossiers judiciaires de la délinquance juvénile des années 1950 et 1960 mettent face à face la parole des travailleurs sociaux, des psychiatres, des psychologues et celle des mineurs. Victimes de préjugés, les propos de ces enfants révèlent des parcours douloureux.

Garçons jouant au gendarme et aux voleurs, au Royaume-Uni
Garçons jouant au gendarme et aux voleurs, au Royaume-Uni Crédits : Getty

Mauvaise graine, la petite délinquance sous surveillance. En 1803, Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière fait paraître « Voyage de M. Candide fils, au pays d'Eldorado vers la fin du dix-huitième siècle », un ouvrage qui se veut une suite à Candide, de Voltaire : « Monsieur, demanda Pangloss, comment faut-il traiter messieurs vos enfants, sous le rapport des mœurs et de la conduite ? Ma foi, dit M. Fricot, je crois qu’à cet égard vous pouvez leur laisser faire ce qu’ils voudront ; il faut bien que jeunesse ». L’expression se retrouve chez Balzac, chez  Richepin, et chez plein d’autres auteurs au XIXe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, les autorités reprennent cette devise à leur compte, avec une précision : il faut bien que jeunesse… sous surveillance. Xavier Mauduit

Mauvaise graine, apaches, voyous, blousons noirs, racailles : les mots changent mais la délinquance juvénile demeure. Issus des classes laborieuses, ces petits bandits vivent de quelques larcins, de friponneries, de fourberies… Une question revient sans cesse : quelle réponse apporter à la petite délinquance ?

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle philosophie judiciaire apparaît. Désormais, il faut tenter de comprendre, d’éduquer et non plus de réprimer : « Mieux vaut prévenir que punir ». Les centres d’observation voient alors le jour. Durant trois mois, le jeune délinquant y est placé et les professionnels essaient d’expliquer l’acte déviant. Nous vous proposons de plonger dans les archives de ces institutions et de découvrir qui étaient ces jeunes délinquants ? Comment vivaient-ils l’enfermement, l’éloignement, le regard inquisiteur des éducateurs ? L’observation était-elle neutre ou empreinte de stéréotypes ? Nous en parlons avec…

Véronique Blanchard, docteure en histoire, responsable du centre d’exposition « Enfants en justice » à Savigny-sur-Orge (École nationale de protection judiciaire de la jeunesse), co-rédactrice en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » (RHEI). Elle est notamment co-auteure avec David Niget de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles (Textuel, 2016), avec Frédéric Chauvaud de Vagabondes, voleuses, vicieuses. Adolescentes sous contrôle, de la libération à la libération sexuelle (François Bourin, 2019). Avec Mathias Gardet elle coécrit  Mauvaise graine. Deux siècles d'histoire de la justice des enfants (Textuel, 2019) et La parole est aux accusés (Textuel, 2020).  

Le juge pour enfants est central dans l'organisation de la justice des enfants à partir de 1945. En France, il y a non  seulement l'ordonnance de 1945 mais aussi la mise en place d'un juge spécifique pour les enfants (...) Un juge pour enfants qui va être là pour comprendre, connaître, et ensuite appliquer les mesures éducatives qui soient le plus appropriées à l'individualité du jeune qui va être dans son cabinet. Tout ne se passe pas au tribunal pour enfants mais beaucoup dans l'intimité du cabinet du juge. Celui-ci a aussi une casquette très paternaliste puisqu'il est là d'une manière très imposante, dans une relation individuelle avec le jeune et un peu avec sa famille. Les années 50-60 marquent les prémices du travail avec la famille. Véronique Blanchard

Sons diffusés :

  • Archive - 01/01/1965 - ORTF - Juge des enfants, L’avenir est à vous - Bilan 20 ans après la mise en place du juge des enfants. 
  • Archive - 15/12/1963 - Les grandes conférences - Maurice Garçon parle de "la correction paternelle" (1804 - 1958) une loi qui permet aux pères d'envoyer leurs enfants en prison. 
  • Archive - 17/05/1961 - En direct avec vous - La délinquance filles à Lyon.
  • Archive - 1963 - Paris Inter - Dix questions à … - Les blousons noirs vus par Jacques Brel.
  • Archive - 27/09/1966 - RTF - Zoom - Avoir 18 ans à Fresnes.
  • Archive - 01/20/1975 - Mercredi Jeunesse, Montreuil sur Hollywood - Reportage de Paula Jacques sur les blousons noirs. 
  • Extrait du film Les 400 coups (1959) réalisé par François Truffaut.
  • Lecture par Sandy Boizard de la « Conclusion du rapport d’observation du centre de Savigny-sur-Orge, 23 février 1960 », extrait de La parole est aux accusés (Textuel, 2020).  

Chroniques

9H52
3 min

Le Journal de l'histoire

Un tour du monde du cinéma historique grâce à Hevé Dumont
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......