LE DIRECT
Manifestation à Paris, mars 1936
Épisode 2 :

1936, ainsi front, front, front les partis de gauche

51 min
À retrouver dans l'émission

"Y'a d'la joie" chante Charles Trenet en 1936. La même année, à quelles grandes espérances répond le programme d'une gauche unie, dans un contexte de crise économique et politique, et alors que les régimes antidémocratiques s'agitent en Europe ?

À Paris, un ouvrier lève le poing lors des grandes grèves d'avril-mai 1936 qui ont abouti à l'accord de Matignon comprenant des congés payés et une semaine de 40 heures.
À Paris, un ouvrier lève le poing lors des grandes grèves d'avril-mai 1936 qui ont abouti à l'accord de Matignon comprenant des congés payés et une semaine de 40 heures. Crédits : AFP

Front populaire ! Parfois, quelques mots suffisent pour évoquer une ambiance, une atmosphère : "Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?" s’écrie Arletty dans le film "Hôtel du Nord" en 1938. Deux ans plus tôt, en 1936, le Front populaire s’était installé au pouvoir pour quelques années, pas plus, mais quelles années ! quelle atmosphère ! Charles Trenet constate alors que – bonjour, bonjour les hirondelles - y a d’la joie ! Jean Gabin, lui, s'promène au bord de l'eau, comme tout est beau, quel renouveau. Quant à Ray Ventura, il se demande ce qu'on attend pour être heureux ? Allez, n’attendons pas : direction le Front populaire, quand les forces de gauche décident de faire front ! (Xavier Mauduit)

Mai 1936. Le Front populaire remporte les élections législatives. Une véritable explosion sociale accompagne sa victoire :  dans tout le pays, les travailleurs se mettent en grève et occupent les usines. Les salariés espèrent une amélioration de leurs conditions de vie et de travail grâce à ce gouvernement. Dans la nuit du 7 au 8 juin 1936, les accords Matignon sont signés et concrétisent cette vague d’espoir. Ils changent durablement la vie des Français : congés payés, semaine de quarante heures, hausse des salaires, droit syndical… « Ce fut une espèce d'embellie, d'éclaircie dans des vies difficiles et obscures », résume Léon Blum. 

Le Front populaire est un mouvement social, culturel autant qu’une expérience gouvernementale. Dans un contexte de crise généralisée, cette union pour « le pain, la paix, la liberté » répond à la nécessité de faire front face à une menace fasciste toujours plus présente. Revenons sur ces années qui ont conduit socialistes, radicaux et communistes à s’unir. Pourquoi les forces de gauche ont-elles décidé de faire front ? Quelles circonstances politiques ont rendu possible une telle union ? En quoi l’expérience du Front populaire a-t-elle contribué à redéfinir la gauche française ?

Avec Danielle Tartakowsky, professeure émérite d'histoire contemporaine à l'Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, spécialiste des mouvements sociaux dans la France contemporaine. Elle est notamment l’autrice de Le Front populaire. La vie est à nous (Gallimard, 1996), On est là ! La manif en crise (Éditions du Détour, 2020), Le pouvoir est dans la rue. Crises et manifestations politiques en France, XIXe-XXe siècle (Flammarion, 2020), et avec Michel Maigaraz, Le Front populaire (Larousse, 2009). 

La manifestation du 14 juillet 1935 marque notre histoire politique. À partir de cette journée, on voit surgir une nouvelle définition de la gauche qui va désormais se définir par la double relation qu’elle entretient avec la culture de classe ( l’internationale, le drapeau rouge) et la culture républicaine (la Marseillaise, le drapeau tricolore). Je crois que ce qu’on appelle la culture du Front populaire c’est cette symbiose (…) À partir de cette date et jusqu’aujourd’hui nous aurons toujours dans notre histoire et, dès lors qu’il s’agira de la gauche, ce phénomène de tension entre ces deux cultures.  Danielle Tartakowsky

Sons diffusés : 

  • Lecture de Marc-Henri Boisse d’une affiche ardennaise du Cartel des gauches pour les élections législatives du 11/05/1924. 
  • Extrait du film La vie est à nous réalisé par Jean Renoir (1936). 
  • Archive – 01/05/1936 - Discours de campagne de Léon Blum. 
  • Archive - 14 juillet 1935 - Discours de Jacques Duclos, qui proclame l'union du drapeau rouge et du drapeau tricolore tandis que 500.000 manifestants défilent de la Bastille à la Porte de Vincennes. 
  • Extrait du film documentaire Trente-six, le grand tournant réalisé par Henri de Turenne (1970).  
  • Musique – Francis Marty – L'Internationale.  
  • Musique - Ray Ventura & ses collégiens - Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux (1938) 
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

9H52
3 min

Le Journal de l'histoire

Sétif, l'autre 8 mai 1945
Intervenants
  • historienne, spécialiste de l'histoire des mouvements sociaux, ancienne présidente de l'université Paris VIII
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......