LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Scène de vote typique d'une petite ville dans les isoloirs du comté d'Albany.
Épisode 3 :

Tropiques républicains : les combats de Toussaint Louverture

52 min
À retrouver dans l'émission

Général, législateur, chef providentiel, martyr, cet esclave affranchi de l'île de Saint-Domingue, aujourd'hui Haïti, est devenu la figure emblématique de la résistance contre les puissances coloniales. Nous explorons ce matin la vie de combat de Toussaint Louverture.

Combat et prise de la Crête-à-Pierrot (4 - 24 mars 1802). Gravure sur bois - 1839
Combat et prise de la Crête-à-Pierrot (4 - 24 mars 1802). Gravure sur bois - 1839 Crédits : originale dessinée par Auguste Raffet, gravée par Hébert

En octobre 1797, à Paris sur la Montagne-Sainte-Geneviève, Jean-Baptiste Coisnon installe une maison d’éducation au Collège de la Marche qui prend le nom d’Institut national des Colonies. La République française – le régime est alors le Directoire – souhaite éduquer les enfants de la colonie de Saint-Domingue. Toussaint Louverture, esclave affranchi devenu héros de l’émancipation des Noirs, y envoie deux de ses enfants accompagnés de cinq autres jeunes Noirs. Le 11 Brumaire an 7, autrement dit le11 novembre 1798, le Tableau général du goût, des modes et des costumes de Paris évoque cette maison d’éducation : « Il y eut un exercice public des élèves noirs, sang-mêlé et créoles blancs. L’assemblée brillante et nombreuse de personnes des deux sexes, offrait une variété intéressante des trois couleurs réunies ; sur le contour de la salle étaient exposés les dessins et les pièves d’écriture qui attestent les progrès des élèves ; au milieu on voyait le portrait du général noir Toussaint Louverture, dont les enfans (sic) sont au nombre des élèves ».  

Cinq ans plus tard, le 7 avril 1803, c’est dans le froid du fort de Joux, dans le Jura, que s’éteint Toussaint Louverture, héros emprisonné. Ses combats pour la république, aux, demeurent lumineux et universels.  

Avec Sudhir Hazareesingh, historien, professeur de Sciences Politiques au Balliol College d’Oxford, membre de la British Academy et membre du jury du prix Guizot. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire politique et intellectuelle de la France moderne, des époques révolutionnaire et napoléonienne à nos jours. Il est l'auteur de  Toussaint Louverture (Flammarion, 2020). 

Avec nous également Eric Sauray, juriste, avocat au barreau du Val d’Oise et politologue enseignant à Paris XIII. Auteur de pièces de théâtre, d'essais, de romans et de poèmes, il est l'auteur de Fort de Joux, avril 1803. Toussaint Louverture face à Napoléon Bonaparte (théâtre, L’Harmattan, 2003), Haïti : une démocratie en perdition : le peuple vote, le conseil décide (éditions Dauphin Noir, 2004).

Il y a une légende républicaine autour de l’histoire de l’abolition de l’esclavage qui tend à mettre l’accent sur la rupture entre l’Ancien Régime esclavagiste d’une part et la révolution abolitionniste d’autre part (…) En fait, la réalité est tout autre : ce ne sont pas les évènements en France qui sont déterminants pour Toussaint et pour les esclaves révolutionnaires, mais la situation locale. Sudhir Hazareesingh

Toussaint a une formation riche et diverse. D’une part il est vraiment imprégné de la culture africaine du peuple allada, il apprend la langue le fon et la culture politique, militaire et scientifique de son peuple, il tient cela de son père qui était un ancien grand notable du royaume. Il a aussi beaucoup d’éléments de sa culture natale de Saint-Domingue, le vaudou, ce qui reste de la culture des amérindiens Taïnos ainsi que la culture catholique. Il est surtout imprégné de la culture des esclaves rebelles qui s’étaient déjà manifesté à Saint-Domingue dès le milieu des années 1850. Ce sont toutes ces idées alliées au radicalisme des Lumières qui préparent Toussaint Louverture à faire le grand saut en 1791. Sudhir Hazareesingh

En parlant de fraternité,  Toussaint Louverture ne s’adresse pas seulement aux noirs, non, il parle aux colons, il parle aux métisses d’Haïti que l’on appelait les mulâtres et surtout, il donne des gages concrets de son engagement  sur ce concept de fraternité : pour rédiger sa constitution, les constituants sont français, espagnols, anglais et d’une manière paradoxale, il n’y a pas de noirs dans cette assemblée constituante […] Avec Toussaint Louverture, on est dans une conception méritocratique de la République, pour lui, il n’est pas question de ne retenir que la couleur. Eric Sauray

Archive – ORTF – 1971 - Extrait de l'émission « mémoire d’un continent »

France 2 - 2012 - Extrait du téléfilm « Toussaint Louverture » de Philippe Niang. 

Lecture -  L’exil vaut le voyage  par Dany Laferrière publié chez Grasset

Musique - Toussaint louverture (Toussaint à louverture),  Marius Gottin et Chyco Siméon

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
9H52
3 min
Le Journal de l'histoire
La sombre histoire du pétrole
Intervenants
  • Historien et professeur à Oxford.
  • juriste, politologue enseignant à Paris XIII, auteur de 3 ouvrages sur Haïti et d’une pièce de théâtre (autour de la figure de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines) : "Claire, Catherine et Défilé, les trois femmes les plus puissantes d'Haïti", éd. Kefema
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......