LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nature morte aux livres dans une niche, fragment supérieur d'un panneau latéral du ''Triptyque de l'Annonciation d'Aix'' attribué à Barthélemy d'Eyck, peinte entre 1442 et 1445 - Amsterdam, Rijksmuseum.
Épisode 1 :

Généalogie du livre, à l'origine était le papyrus

50 min
À retrouver dans l'émission

L’apparition de l’écriture, il y a 5 000 ans, correspond à des besoins comptables. Très vite, elle est utilisée pour des récits. D'abord pictographique elle évolue vers des alphabets consonatiques. Bien avant le livre, tablettes d'argile et papyrus sont témoins de sa naissance et de ses évolutions.

 Papyrus de Hounefer, Livre des Morts daté de la XIXe dynastie, 1300 av. J.-C., British Museum, Londres.
Papyrus de Hounefer, Livre des Morts daté de la XIXe dynastie, 1300 av. J.-C., British Museum, Londres. Crédits : Getty

Cette émission ne serait pas la même sans les livres. D’ailleurs, pour savoir ce qu’est un livre, le mieux est de regarder dans… un livre, un ouvrage essentiel dans notre bibliothèque : le dictionnaire. Prenons le Trésor de la langue française, le dictionnaire du CNRS et de l’Université de Lorraine, et pourquoi dans sa version informatisée, car il est possible de le lire sur tablette tactile. Qu’est-ce qu’un livre. Il s’agit d’un "ouvrage écrit (le plus souvent d'un seul côté) sur un support varié et se présentant sous la forme d'un rouleau". Voilà la définition du livre dans sa version antique. Sinon, le livre est un "ensemble de feuilles de parchemin ou de papier écrites des deux côtés et rassemblées en cahiers". Nous nous approchons du livre tel que nous le connaissons. Le livre est-il né à Byblos, dans le Liban actuel ? Quels furent les premiers supports ? Tablette d’argile, papyrus, parchemin, rouleau, codex ? Remontons la généalogie du livre, toujours proche de nous, car il y a plusieurs milliers d’années, et aujourd’hui encore, il est possible de lire sur des tablettes ! (Xavier Mauduit)

Au cinquième millénaire avant notre ère, l’écriture apparaît. Cette pratique, récente à l’échelle de notre espèce, ne cesse de se perfectionner et de se transformer pour mieux s’adapter aux besoins des hommes. Si la nécessité de tenir des comptes et des inventaires est à l’origine des premiers textes, le besoin de coucher sur papyrus ou sur tablette des mythes, des épitaphes et des incantations se fait rapidement jour. Bientôt, les écrits littéraires cohabitent avec les écrits pratiques, et de nouveaux systèmes graphiques sont inventés pour évoquer aussi bien les choses matérielles que les concepts abstraits. 

L’alphabet cunéiforme cède sa place à l’alphabet linéaire, et les signes ont désormais une valeur sonore plutôt que visuelle. Ce sont ces changements qui permettront l’émergence de langues internationales et des premiers livres largement lus et diffusés, jusqu’à constituer des ères culturelles d’une ampleur inédite.

Avec nous, Françoise Briquel-Chatonnet, historienne et directrice de recherche au CNRS au laboratoire Orient et Méditerranée. Spécialiste des mondes phénicien et syriaque, elle a notamment écrit avec Muriel Debié Le Monde syriaque, sur les routes d'un christianisme ignoré (Les Belles Lettres, 2017) et, avec Christian Julien Robin  L'Arabie chrétienne (Les Belles Lettres, 2017). 

Le papyrus n'est produit qu'en Égypte donc hors d'Égypte il doit être importé ce qui est cher et, même en Égypte, c'est un support qui avait un certain coût donc il ne faut pas imaginer qu'en Égypte on a écrit toutes les choses de la vie courante, "jetables", sur papyrus. On écrivait aussi à l'encre sur des fragments de poterie cassé ce qu'on appelle des ostraca. (Françoise Briquel-Chatonnet)

Le codex apparaît au début de notre millénaire. On découpe alors le support, le papyrus ou le parchemin, en grands feuillets que l'on pliait en deux, que l'on superposait faisant des cahiers et que l'on reliait ce système permettait d'écrire des deux côtés, ce qu'on ne faisait pas avec un rouleau. (Françoise Briquel-Chatonnet)

Sons diffusés : 

  • Archive - 27/02/1964 - ORTF - Extrait de l’émission Visa pour l’avenir - La plus vieille ville du monde avec Jean Bottero,  assyriologue.
  • Archive - 20/12/1949 - Extrait de l’émission Heures de culture française - Les écritures sur papyrus avec Georges Posner, égyptologue. 
  • Archive - 27/09/1998 - Extrait de l’émission Maman les petits bateaux - Marc-Alain Ouaknine nous parle de la lettre A. 
  • Lecture par Daniel Koenigsberg d’un extrait d'Histoire et sagesse d’Ahiqar, d’après la version araméenne : extrait des Maximes de sagesse, Ve siècle avant JC. 
  • Extrait du film Astérix et Obélix mission cléopatre - Film d’Alain Chabat (2020)
  • Musique - Radio Elvis, Au loin les pyramides
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
9H52
3 min
Le Journal de l'histoire
Une visite au musée ? Non, une exploration de leur histoire si controversée
Intervenants
  • docteur en histoire et directrice de recherche au CNRS au laboratoire Orient et Méditerranée (CNRS, Paris IV, Paris I, École Pratique des Hautes Études). Femme scientifique de l’année 2016
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......