LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bucentaure au Môle, le jour de l'Ascension, vers 1732
Épisode 3 :

Venise, ce n'est pas la taille qui compte

51 min
À retrouver dans l'émission

Union de coeur et d'intérêts, Venise est symboliquement mariée à la mer. Comment cette lagune inhospitalière prospère jusqu'à devenir la plaque tournante du commerce médiéval, entre Orient et Occident ?

Bucentaure au Môle, le jour de l'Ascension, Canaletto vers 1732. La cérémonie du sposalizio del mare (mariage avec la mer) est reconduite à Venise à l'ascension pendant plus de six siècles. Wikipédia
Bucentaure au Môle, le jour de l'Ascension, Canaletto vers 1732. La cérémonie du sposalizio del mare (mariage avec la mer) est reconduite à Venise à l'ascension pendant plus de six siècles. Wikipédia

En 1977, un Italien nous annonçait que Venise n’est pas en Italie : Venise, c’est chez n'importe qui ! 

Sublime chanteur et acteur Serge Reggiani est né à Reggio d’Émilie, une ville située en Parme et Modène, à environ 200 km de Venise. Quand Reggiani nous dit que Venise n’est pas en Italie, il veut signifier que nous pouvons transformer de chaque lieu de notre vie en petite Venise :  

Venise n’est pas là où tu crois   Venise, aujourd'hui, c’est chez toi   C’est où tu vas, c’est où tu veux   C’est l’endroit où tu es heureux 

Serge Reggiani ne croit pas si bien dire, à moins que, et c’est probable, il sache très bien ce qu’il dit : au Moyen Âge, Venise était partout, entre l’Orient et l’Occident, une toute petite cité, mais un centre économique majeur. D’ailleurs, Venise est présent dans notre imaginaire. Alors, puisque Venise est partout, suivons le sage conseil de Serge Reggiani : 

Fais-lui l’amour dans un grenier   Et foutez-vous des gondoliers ! 

Avec Élisabeth Crouzet-Pavan, historienne, spécialiste de l’Italie médiévale et renaissante et professeure à l’Université Paris-Sorbonne. Elle a notamment publié une réédition de sa thèse soutenue en 1989, Le Moyen Âge de Venise, des eaux salées au miracle de pierres (Albin Michel, 2015), Venise triomphante, les horizons d'un mythe (Albin Michel, 2004) et, avec Jean-Claude Maire Vigueur, Décapitées : trois femmes dans l'Italie de la Renaissance  (Albin Michel, 2018).

Venise n'est en Italie qu'à la fin du 19e siècle. Venise n'appartient ni au royaume lombard, ni au monde carolingien, ni au Saint-Empire romain germanique, ni au royaume d'Italie. Venise au Moyen âge commence par dépendre de l'empire byzantin puis s'en émancipe peu à peu mais conserve de cette appartenance première des liens particuliers avec la méditerranée orientale et, parce qu'elle prête des services de sa flotte à Byzance, elle va tôt obtenir des privilèges commerciaux qui permettent l'épanouissement de son commerce. Élisabeth Crouzet-Pavan

Au Moyen âge, à Venise, ce qui devient la noblesse, la classe dirigeante, le groupe social qui a le monopole du pouvoir est un groupe social qui s'est enrichi par les trafics. Cela ne l'empêche pas d'avoir des propriétés et des terres dans la terre ferme mais la principale source de son enrichissement c'est le commerce. Il y a là une sorte de liaison essentielle qui ne s'interrompt pas et qui va durer jusqu'à la fin du 15e ou au début du 16e siècle. Élisabeth Crouzet-Pavan

Cette ville change à l'époque moderne, bien sûr l'architecture évolue, un certain nombre de palais sont reconstruits mais dès la fin de l'époque moderne Venise connait une sorte de "glaciation" urbanistique ce qui fait que la ville aujourd'hui a très peu de monuments contemporains. Toute attaque à l'urbanisme est considérée comme un attentat extraordinaire. Cette ville s'est en quelque sorte fossilisée et l'image qu'elle renvoie sur le plan de l'urbanisme est assez similaire à celle qu'elle pouvait renvoyer à la fin du Moyen âge ou à l'époque moderne. Élisabeth Crouzet-Pavan

Sons diffusés :

  • Archive - 2009 - Des racines et des ailes - Visite d'un palais en compagnie de Donatella Calabi, Professeure à l'Institut Universitaire d'architecture de Venise.
  • Archive - 06/10/1954 - RTF - Françoise Sagan. 
  • Lecture Par Daniel Koenigsberg d'un extrait du traité De origine, situ et magistratibus urbis Venetae, 1484-1570, ouvrage de Mario Sanudo.
  • Lecture Par Daniel Koenigsberg  des Mémoires, 1464-1498, ouvrage de Philippe de Commynes
     
  • Musique : Louis Mariano, Le secret Marco Polo.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
9H52
4 min
Le Journal de l'histoire
L’histoire de nos émotions
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......