LE DIRECT
Drapeau algérien
Épisode 4 :

L'indépendance algérienne, une voie, des voix

52 min
À retrouver dans l'émission

L’entre-deux-guerres déçoit les colonies françaises. Leur engagement dans le conflit n’est que peu récompensé, et en Algérie, ce ressentiment encourage le développement de courants indépendantistes et autonomistes.

Algérie en 1960
Algérie en 1960 Crédits : Photo de Dominique BERRETTY / Gamma-Rapho - Getty

Notre monde est peuplé d’acronymes, ces groupes d’initiales qui, mises bout à bout, forment un nouveau mot. C’est souvent le cas des marques, dans l’industrie. AUDI est "Automobile Union Deutschland Industrie" ; SEAT est "Sociedad Española de Automoviles de Turismo" ; FIATc’est "Fabbrica Italiana Automobili Torino". La politique aussi a produit beaucoup d’acronymes, mais attention, tout ce qui est formé d’initiales ne peut pas se targuer d’être un acronyme. Par exemple, le RPF, le Rassemblement du peuple français (le parti que le général de Gaulle fonde en 1947) n’est pas un acronyme puisque chaque lettre se prononce : R.P.F. c’est juste un sigle. Souvent le sigle n’évoque pas grand-chose, il est obscur. Tiens, restons au temps de Mon général, mais de l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie : UDMA, MTLD, FLN… Peu évident tout ça, mais quand les sigles retrouvent leurs mots complets, nous y voyons beaucoup plus clair. Derrière ces sigles se trouve les combats pour l’indépendance : Union démocratique du manifeste algérien, Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, Front de libération nationale. Enfin, y voyons-nous vraiment plus clair ? Quelles furent les voix et les voies de l’indépendance algérienne ? Pour nous éclairer, il y a les historiens et les historiennes, CQFD !

Les courants indépendantistes et autonomistes vont se multiplier, croître, se distinguer les uns des autres et imaginer autant de destins différents pour leur pays. Nous revenons sur ces visions concurrentes et sur leurs devenirs, avant et après la guerre d’indépendance avec Malika Rahal, historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS), elle est notamment l’auteure de L'UDMA et les Udmistes. Contribution à l'histoire du nationalisme algérien, aux éditions Barzakh, 2017

Sons diffusés : 

Archives : 

  • Albert Camus à la Conférence à l’Association l’Algérienne, novembre 1958
  • Ferhat Abbas, dans l'émission Tribune de Paris, RDF, 1946
  • Les événements d'Algérie, dans Les actualité françaises, le 11 novembre 1954

Lecture par Elodie Huber : Extrait de la Résolution votée au congrès de l'UDMA, les 25-27 septembre 1948

Musique : La Fugitive - Algérie la mer retrouvée (Bande originale du film) par The legacy

Chroniques

9H52
4 min

Le Journal de l'histoire

Démonter les mythes fondateurs d'un fascisme "bienfaiteur"
Intervenants
  • historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent. Spécialiste de l’histoire algérienne depuis l’indépendance et du Maghreb contemporain.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......