LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Benjamin Lay par William Williams (1750)
Épisode 3 :

Benjamin Lay, un abolitionniste au temps des Lumières

51 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec Marcus Rediker, à l’occasion de la publication de sa biographie de Benjamin Lay, grande figure de l’abolitionnisme à l’époque moderne.

Benjamin Lay par William Williams (1750)
Benjamin Lay par William Williams (1750) Crédits : via Wikipédia

Il s’appelle Benjamin Lay… Qui est-il ? Pour le savoir, regardons dans un dictionnaire et pourquoi pas le Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique, contenant les vies des hommes illustres, de Messieurs Chaudon et Delandine, dans son édition de 1812 : « LAY (Benjamin), quaker distingué par sa bienfaisance, était Anglais, et destiné à la marine ». Benjamin a vécu de 1682-1759. Le dictionnaire ajoute que « partout il attestait comme témoin oculaire la mauvaise conduite des propriétaires d’esclaves ». Serait-il un des premiers abolitionnistes ? Le Dictionnaire ajoute : « Il était d’une sobriété rare, ne vivait que de légumes, ne buvait que de l’eau ». Serait-il vegan avant l’heure ? Surtout, « les courageux et constants efforts contre la pratique de l’esclavage lui font le plus grand honneur ». Il est donc une de ces consciences qui donne des lumières à son siècle. Pour finir l’article consacré à Benjamin Lay, le dictionnaire note que « l’âpreté et la sévérité de son caractère convenaient assez au temps où il a vécu ».
Abolitionniste et végétarien au début du XVIIIe siècle, Benjamin Lay était-il un homme de son temps ? Oui, évidemment, il est bien un homme qui a vécu dans son siècle, c’est factuel. Cependant, il était hors-norme et, pour cela, c’est un plaisir de le rencontrer !

Nous recevons aujourd'hui Marcus Rediker, historien et écrivain, professeur d’Histoire atlantique à l’Université de Pittsburgh, pour son ouvrage Un activiste des Lumières, le destin singulier de Benjamin Lay, paru aux éditions du Seuil, 2019. 

Je pense qu'à son époque, Benjamin Lay était probablement la personne la plus radicale sur terre. Parce qu'il croyait à l'égalité des classes, à l'égalité de race, à l'égalité des sexes, à l'égalité entre les êtres humains et les animaux, et il avait une conscience environnementale. L'une de ses phrases célèbres c'est : "faites attention, riches qui empoisonnez la Terre pour votre avidité." C'était il y a 300 ans, il est remarquable qu'il ait dit une chose pareille. La plupart des gens aujourd'hui penseraient que cette association de convictions ne pouvaient être possibles que depuis les années 1970. Il était extrêmement en avance, d'ailleurs il l'est toujours par rapport à nous aujourd'hui. Marcus Rediker

Il est important que tout le monde comprenne que les personnes réduites en esclavage étaient les premiers abolitionnistes, ils luttaient chaque jour contre cette institution, ils luttaient pour la survie. Et au cours de cette lutte ils trouvaient des alliés, des gens comme Benjamin Lay, ils ont mis énormément de temps à avoir des alliés réellement engagés à leurs côtés. Mais je pense que ce qui est crucial dans l'expérience de Benjamin Lay ça a été le moment où il a vécu à la Barbade, le fait qu'il ait connu, rencontré, discuté avec des personnes réduites en esclavage dans la petite boutique qu'il avait sur le port avec sa compagne Sarah Lay. Marcus Rediker

Quand Benjamin arrive en Amérique en 1732, il pensait arriver au paradis des Quakers. C'était une colonie fondée sur les idées Quakers, sur ces idéaux de liberté, de tolérance, d'un traitement équitable pour toutes les personnes. Et quand il arrive là, il découvre qu'il y a aussi de l'esclavage, exactement comme à la Barbade, il est indigné. Il commence alors un vaste "théâtre de guerilla" contre l'esclavage. Son acte le plus célèbre, c'est la fois où il est allé à une grande assemblée de Quakers en 1738, des centaines étaient réunis, et en particulier les plus puissants, ceux qui possédaient le plus d'esclaves. Benjamin voulait leur délivrer une prophétie, il se considérait comme un prophète, et donc pour leur délivrer cette prophétie il a porté un uniforme de militaire - ce qui est très étrange car les Quakers étaient des pacifistes- il portait une épée à la taille, puis a pris une vessie d'animal qu'il a rempli de jus de fruits rouges et il l'a placé dans le compartiment secret d'un livre. Il a passé un manteau par-dessus tout cet uniforme, cette épée, ce livre pour que personne ne le voit. Il s'est ensuite placé très proche de ces Quakers les plus riches, puis il s'est levé en pleine assemblée et a dit que l'esclavage était le plus grand péché du monde. Alors, il a rejeté en arrière son manteau et a révélé son uniforme. Tout le monde a retenu son souffle. Et là, il a levé le livre au-dessus de sa tête, a sorti son épée et il a dit : "Dieu se vengera de tous ceux qui oppressent les créatures comme eux." Puis, il a planté son épée dans le livre et le sang a commencé à dégouliner le long de ses bras et il en a arrosé la tête des propriétaires d'esclaves. Ça a été sa manière d'incarner ses idées, par l'action, de montrer que si on possède des esclaves, on est voué à la catastrophe. Marcus Rediker

La traduction de cet entretien est assurée par Marguerite Capelle 

Sons diffusés : 

Archives : 

  • Extrait de l'émission Dossier secret, RDF, 14 novembre 1957
  • Lecture de "Ceux qui n'ont inventé ni la poudre ni la boussole poème" d'Aimé Césaire issu du recueil Cahier d'un retour au pays natal écrit en 1939, diffusé sur la RDF, le 16 janvier 1963
  • Lecture de Jean Vilar, issu de l'album El cimarron

Lecture par Mélodie Orru : Extrait de All Slave-keepers that keep the Innocent in Bondage, Apostates, de Benjamin Lay, 1737

Musique : Chaine gang de Sam Cooke, 1961

Chroniques
9H52
3 min
Le Journal de l'histoire
Chichinette, la petite casse-pieds
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......