LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Enluminure de l'oiseau du Beatus de Saint-Sever, Musée d'art et d'histoire du Cap de Gascogne, XIe siècle
Épisode 2 :

Panthéon égyptien, quand les animaux étaient des dieux

51 min
À retrouver dans l'émission

Dans l'Égypte ancienne, hommes et animaux participent à l'équilibre cosmique : ibis, cobra, chat, ou chacal sont élevés au rang de divinité. Le panthéon pharaonique est-il une ménagerie ?

Figurine de crocodile à tête de faucon couché sur un naos avec momie, Egypte ancienne, Paris, musée du Louvre.
Figurine de crocodile à tête de faucon couché sur un naos avec momie, Egypte ancienne, Paris, musée du Louvre. Crédits : © Musée du Louvre-Hervé Lewandowski

« On peut dire qu’en général, les animaux d’Égypte ont moins de férocité qu’en d'autres climats ; le crocodile même y est plus timide ». Le féroce crocodile du Nil serait-il en réalité un être craintif, qui est un tantinet embarrassé quand il se trouve en compagnie des hommes ? C’est l’étrange analyse qu’avance Jacques-Joseph Champollion, dit Champollion-Figeac, le grand frère de l’autre Champollion, le célèbre égyptologue qui a déchiffré les hiéroglyphes. Il nous apprend aussi que « l’hippopotame habite les régions méridionales du Nil ; il ravage les récoltes, mais n’attaque pas l’homme. On le repousse dans le Nil avec des feux allumés et beaucoup de bruit ».  

Ces remarques sont publiées en 1839 dans le volume que L’Univers pittoresque consacre à l’Égypte dans son Dictionnaire encyclopédique ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs, coutumes, etc…  

Champollion-Figeac n’a pas été en Égypte, à l’inverse de son petit frère qui, hélas n’est plus là en 1839 pour corriger les propos de son aîné Champollion le Jeune est mort sept ans plus tôt, en 1832.  

Alors, les animaux du Nil sont-ils féroces ? Je déconseille de taquiner un crocodile ou un hippopotame. Une autre question se pose : les animaux d’Égypte sont-ils des dieux ? Sans doute pas, c’est plus subtil. Le panthéon égyptien n’est pas qu’une simple ménagerie. 

Avec nous pour parler des animaux en Égypte ancienne, Hélène Guichard, docteur est égyptologie et conservatrice en chef au département des Antiquités égyptiennes au Musée du Louvre. Elle a été commissaire de l’exposition Des animaux et des Pharaons, le règne animal dans l'Égypte ancienne présentée au musée du Louvre Lens en 2014. 

En Egypte, la valeur de la représentation est essentielle, elle est quasiment magique. C’est-à-dire que représenter quelque chose au même titre que de l’exprimer, le verbaliser, l’écrire équivalait à faire venir à l’existence ce qu’on nommait ou ce qu’on représentait d’où l’importance de ce souci du détail dans la représentation. 

Les animaux ne sont pas des dieux en Egypte ! Malheureusement c’est ce qui a donné aujourd’hui encore une idée déformée de la civilisation égyptienne et cela depuis la plus haute antiquité, les auteurs classiques, les auteurs chrétiens, les philosophes ont tous vu dans le rapport des égyptiens aux animaux une espèce de zoolâtrie complètement obscurantiste. En fait, ce n’est pas du tout le cas parce qu’on n’adore pas des animaux, on adore des réceptacles de la divinité […] On va comparer le comportement éthologique d’une espèce à un trait caractéristique d’une divinité. La nature profonde d’un dieu reste inaccessible, en revanche, il y a des manifestations divines qu’on peut expliquer par le comportement animal. 

On momifie des animaux pour deux raisons. Soit, c’est le plus fréquent, des dévots d’une divinité veulent lui rendre hommage, la remercier pour une faveur ou lui demander  une faveur et le meilleur moyen qu’ils avaient trouvé était de lui offrir une petite momie de l’animal qui lui était associée. Cette momie animal partant dans des contrées célestes auprès de sa divinité tutélaire servait de véhicule, d’intermédiaire entre le dieu et les dévots […] L’autre raison c’est que dans certains cas, certains animaux étaient considérés comme incarnant pendant leur vie la divinité sur terre. Hélène Guichard

Sons diffusés : 

  • Archive - 12.02. 1969 - deuxième chaîne de l'ORTF - Extrait de l’émission Les animaux du monde -  Fernand Méry, vétérinaire. 
  • Archive - 25.02.1995 - France 3 – Extrait de l’émission Le jardin des bêtes  - Christiane Desroches Noblecourt, égyptologue. 
  • Lecture par Daniel Koenigsberg – Hérodote, Histoire, Livre II, LXIX. 
  • Musique - Ah les crocodiles - Les Doudous Lyriques - chœur 43 :
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
9H52
4 min
Le Journal de l'histoire
Rangeons à la cave la Doomsday Clock, une minute et quarante secondes avant la fin du monde.
Intervenants
  • Conservateur en chef au Département des antiquités égyptiennes du Musée du Louvre de Paris
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......