LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"A faut esperer q'eu jeu la finira ben tot". 1789, eau-forte coloriée. Musée Carnavalet, Paris.
Épisode 2 :

Prends ton château, on s’en va : naissance du système féodo-vassalique

52 min
À retrouver dans l'émission

La période carolingienne est marquée par l'émergence d'élites laïques et religieuses, intermédiaires entre le roi et Dieu. Comment exercent-elles leur domination politique, judiciaire, religieuse, économique et comment se démarquent-elles, se reconnaissent-elles ?

Le roi Charlemagne et ses missi dominici. Photo by API/Gamma-Rapho via Getty Image
Le roi Charlemagne et ses missi dominici. Photo by API/Gamma-Rapho via Getty Image Crédits : Getty

En l’an 800 – la date est facile à retenir –, Charlemagne est sacré empereur par le pape, à Rome. En 814, quand l’empereur meurt, son empire se délite, divisé entre ses fils et plus encore entre ses petits-fils. 1149 ans plus tard, c’est un autre empire qui menace d’être divisé, celui du Mexicain qui vient tout juste de mourir. Dans les Tontons flingueurs, le film de Georges Lautner en 1963, avec des dialogues écrits par Michel Audiard, l’empire du Mexicain va-t-il se déliter ? Les Volfoni font sécession, d’où cette phrase sublime de Maître Folace, le notaire du Mexicain, interprété par Francis Blanche : « On ne peut pas demander plus aux Volfoni qu'aux fils de Charlemagne ». (Xavier Mauduit)

Au IXe siècle en Occident, une crise politique profonde modifie le rôle dévolu aux élites qui, au haut Moyen Âge, occupent une place centrale dans la société : elles s’imposent comme les principaux médiateurs entre le pouvoir royal ou divin et le peuple. Qu’elles soient laïques ou ecclésiastiques, les élites médiévales déploient des stratégies de plus en plus sophistiquées pour se rapprocher du pouvoir et pour se distinguer du peuple, tout en assurant leur propre prestige. 

Mise en avant d’ancêtres mythiques, accumulation de richesses, déploiement d’une culture érudite et rapprochements avec la sphère du sacré, les moyens d’entrer en compétition avec les autres membres de l’élite se multiplient et se complexifient au gré des crises.

Nous recevons Régine Le Jan, professeure émérite d’histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est notamment l’autrice de La Royauté et les élites dans l'Europe carolingienne (début IXe siècle aux environs de 920) (Éditions du Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 1998) et de La Société du haut Moyen-Âge (Éditions Armand Colin, 2003).

La période de Charlemagne est considérée à juste titre comme la période d'apogée des carolingiens puisque c'est l'âge de la conquête et que c'est un empire qui s'est construit par la conquête et par la guerre, Faut toujours avoir ce phénomène à l'esprit : La guerre a soutenu l'entreprise carolingienne tout comme l'église. (Régine Le Jan)

La tripartition entre clercs, combattants et agriculteurs, ceux qui travaillent, est en fait une répartition entre dominant et dominé, C'est-à-dire entre les élites et les autres. (Régine Le Jan)Pour faire partie de l'élite il faut être reconnu comme élite c'est-à-dire que la reconnaissance d'autrui est fondamentale. Reconnaissance par les pairs, par les égos, C'est-à-dire au même niveau, donc participer aux échanges, au banquet etc. Mais, aussi, reconnaissance par ceux qui n'appartiennent pas à l'élite, donc ceux que l'on peut appeler d'une certaine manière les dominés. Et enfin reconnaissance aussi, en particulier pour le pouvoir, par une autorité qui légitime la position. (Régine Le Jan)

Pour faire partie de l'élite il faut être reconnu comme élite c'est-à-dire que la reconnaissance d'autrui est fondamentale. Reconnaissance par les pairs, par les égos, C'est-à-dire au même niveau, donc participer aux échanges, au banquet etc. Mais, aussi, reconnaissance par ceux qui n'appartiennent pas à l'élite, donc ceux que l'on peut appeler d'une certaine manière les dominés. Et enfin reconnaissance aussi, en particulier pour le pouvoir, par une autorité qui légitime la position. (Régine Le Jan)

Sons diffusés : 

  • Archive INA - Lecture par Henri Labussière, Astérix présente Charlemagne et les Carolingiens.
  • Lecture par Elodie Huber d'un extrait de la Vie de Brunon, archevêque de Cologne de Ruotger de Cologne.
  • Lecture d'un extrait deLa chanson de Roland par Sapho.
  • Extrait du film Les Tontons flingueurs (1963) de Georges Lautner.
  • Archive - 18/09/1966 - ORTF - Les Serments Strasbourg et le traité Verdun. 
  • Musique : Ensemble Cantilena Antiqua - Epos: Music of the Carolingian Era (2011). 
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
9H52
4 min
Le Journal de l'histoire
Quand les dentistes français essayaient de retaper les bouches britanniques
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......