LE DIRECT
Planche issue de "La recomposition des mondes" d'Alessandro Pignocchi
Épisode 2 :

La nature et le Capital

52 min
À retrouver dans l'émission

Loin d’une histoire naturelle déconnectée des hommes et extérieure aux sociétés, l’histoire environnementale s’applique à révéler les pratiques et les rapports de force qui lient depuis toujours les sociétés humaines à leur environnement.

Planche issue de "La recomposition des mondes" d'Alessandro Pignocchi
Planche issue de "La recomposition des mondes" d'Alessandro Pignocchi Crédits : Alessandro Pignocchi

L’histoire, c’est drôlement chouette ! Déjà parce qu’elle permet de replacer sur le temps long, ce qui nous paraît une certitude et qui d’un coup ne l’est plus tellement. L’histoire, c’est drôlement chouette parce que nous pouvons regarder notre monde à travers le prisme d’autres civilisations. Voilà de quoi chambouler les idées reçues. 

La propriété privée par exemple : elle semble une évidence, et pourtant cela n’a pas été toujours le cas, ni chez nous, ni ailleurs : la propriété privée est un objet historique. En 1840, l’anarchiste Pierre-Joseph Proud’hon faisait mouche avec une formule restée célèbre : « La propriété, c’est du vol ! ». Il précisait alors avoir la certitude de na pas être entendu. D’ailleurs, qu’est-ce que la propriété privée dans un contexte de crise environnementale ? Est possible de posséder la nature ? Vraiment, la question se pose vivement aujourd’hui. 

Dans la première partie de l'émission nous verrons dans quelle mesure l’acte d’appropriation a-t-il caractérisé la relation des sociétés occidentales à leur environnement, avec Fabien Locher, historien au CNRS et au Centre de recherches historiques de l’EHESS, pour Posséder la nature. Environnement et propriété dans l’histoire (dir.), éditions Amsterdam, 2018 

L’émergence de la propriété individuelle et exclusive transforme radicalement le rapport à l’environnement puisqu’on peut dire que c’est un rapport désormais cadastral, géométrique qui s’instaure. Cela place la cosmologie des sociétés dans une sorte de face à face de l’individu, qui triomphe au même moment, et la nature, mais la nature vue comme appropriable, cadastrable, découpable en morceau géométriques. L’émergence de la propriété privée fait partie de l’émergence et de l’affirmation définitive du naturalisme, dans le sens où la nature est vue comme cet objet inerte qu’on peut s’approprier et qui se trouve désormais dans un face à face avec une foule d’individus. Fabien Locher

Les relations entre propriété et environnement sont complexes mais un certain type d’appropriation privatique et exclusive a des effets écologiques néfastes, en même temps que des effets sociaux néfastes. Il est important de garder à l’esprit cet entrelacement entre des effets écologiques et des effets sociaux. Une véritable pensée environnementale est une pensée qui lie toujours ces deux dimensions c’est-à-dire l’accès aux ressources pour les individus d’une société et par ailleurs la bonne santé de ces ressources et de cette nature qui fait vivre. Fabien Locher

Et si les dirigeants de la planète se convertissaient à l'animisme des Indiens d'Amazonie ? Et si notre culture de prédation de l’environnement devenait un mode de vie en voie d’extinction à préserver ? Ce sont des questions que pose Alessandro Pignocchi, chercheur en sciences cognitives et philosophie, auteur de bande-dessinées, que nous recevons en seconde partie d'émission.

La motivation première de mon travail est quand même de faire des blagues absurdes avec des concepts habituellement plutôt rébarbatifs ! Mais c’est ensuite d’utiliser l’exercice de penser élémentaire de l’anthropologie, de fonctionner par contre-points, pour rendre non-évidentes des choses qui le sont. Ici le naturalisme occidental, une pensée dominante dans le monde, qui distingue la nature de la culture, faisant de la nature un objet, est devenu la culture menacée de disparition. L’animisme a envahi la planète, et le personnage de l’anthropologue jivaro tente avec ferveur et passion de sauver les dernières enclaves sur le territoire français, où survie la cosmologie occidentale et donc le capitalisme, la propriété privée etc. Il est complètement fasciné par tous ces concepts qui jouent sur lui le même pouvoir de fascination que peuvent jouer sur nous les concepts en vigueur en Amazonie. Alessandro Pignocchi

Sons diffusés : 

Lecture par Elsa Dupuy : Extrait du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, de Jean-Jacques Rousseau, Flammarion

Musiques : 

  • Bande Originale du filme 21 grammes, composée par Gustavo Santaolalla 
  • Virus par Bjork 

Archives : 

  • René Cassin dans l'émission Heure de culture française, RTF, 05/02/1949
  • Incendies en Amazonie, Journal de 20h TF1 du 26/08/2019 et Quotidien, TMC, 04/09/2019
  • Extrait du documentaire L'expédition Jivaro de Hubert Budor, 2008
  • Archive Huffington Post 14/01/2018

Générique de l'émission : Origami de Rone

Pour aller plus loin : Le lien pour contribuer au fonds de dotation « la terre en commun ».

Rediffusion de l'émission du 10/09/2019, et première diffusion du Journal de l'histoire d'Anaïs Kien en fin d'émission, à réécouter ici :

Intervenants
  • auteur de BD, ancien chercheur en sciences cognitives et philosophie de l'art
  • Historien des sciences, chargé de recherche au CNRS, spécialiste de l'histoire environnementale, des sciences et des techniques.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......