LE DIRECT
Statue de Napoléon Bonaparte dans l'hôtel des Invalides (Paris).
Épisode 3 :

Que sont devenus les débris de la Grande Armée ?

50 min
À retrouver dans l'émission

Que sont devenus les soldats de Napoléon une fois l’Empereur renversé ? Ils ont vécu la violence des guerres de l'Empire, mais aussi d'extraordinaires aventures militaires à travers le continent. Quelle place et quelle considération pour ces vétérans de la Grande Armée rendus à la vie civile ?

Le vieux grognard racontant ses épopées - Nicolas-Toussaint Charlet (1792-1845). (Photo : J'aimelart. Wikipédia)
Le vieux grognard racontant ses épopées - Nicolas-Toussaint Charlet (1792-1845). (Photo : J'aimelart. Wikipédia)

Le 5 mai 1821, Napoléon meurt en exil, sur l’île de Sainte-Hélène. Voilà six ans déjà qu’il a été renversé, en 1815, après la bataille de Waterloo. Pendant ce temps, que sont devenus les débits de la Grande Armée ? Les petits, les obscurs, les sans grades, évoques par Edmond Rostand dans "L’Aiglon" ? Où sont passés les grognards, les grenadiers, sans grenades, sans fusils, ni souliers, chantés par Édith Piaf ? Que deviennent les soldats de l’Empire après la chute de l’Empire ? S’ouvre une autre épopée, celle de la mémoire. Xavier Mauduit

Le devenir des soldats napoléoniens dans la France du XIXe siècle est essentiel pour comprendre l’histoire de la France contemporaine. Des millions  d’hommes ont été envoyés dans toute l’Europe. Après 1815, les anciens soldats n’ont pas forcément droit à la reconnaissance. Nombre de vétérans, sans ressource, sont arrêtés pour vol, escroquerie ou vagabondage. Le passage de la vie militaire à la vie civile est délicat. Des structures d’entraide se mettent en place : les vétérans de l’Empire se retrouvent dans des sociétés de secours mutuel, qui forment peu à peu une société parallèle à celle des civils.

Nous vous proposons aujourd’hui de retracer le devenir des débris de la Grande Armée. Sont-ils restés fidèles à l’Empereur ? Quel rôle leur accorder dans la création de la légende napoléonienne ? Selon quelles modalités ? Quelle est l’attitude des différents régimes à leur égard ?

Avec Natalie Petiteau, professeure d’histoire contemporaine à l'Université d'Avignon. Elle a dirigé l’ouvrage Les Européens dans les guerres napoléoniennes (Privat, 2012) et écrit divers livres sur les guerres menées durant le Premier Empire, à l’instar de Lendemains d'Empire : les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle (La Boutique de l'Histoire, 2003), Guerriers du Premier Empire : expériences et mémoires (Les Indes savantes, 2011) et Napoléon Bonaparte, la Nation incarnée (Dunod, 2019). 

Et Jacques-Olivier Boudon, professeur d’histoire contemporaine à la faculté des Lettres de Sorbonne Université et président de l’Institut Napoléon. Il est notamment l'auteur de Napoléon, le dernier Romain (Les Belles lettres, 2020) et de Les quatre sergents de La Rochelle. Le dernier crime de la monarchie (Édition Passés/Composés, 2021). 

On parle beaucoup des gueules cassées de la Première Guerre mondiale, mais on a oublié celles des guerres de la Révolution et de l'Empire auxquels on n'a jamais rendu hommage. Pourquoi aujourd'hui, dans le cadre des commémorations, n'aurions-nous pas rendu, enfin, un véritable hommage à tous ces morts de la Grande Armée ? Comme les poilus de la guerre de 14 qui sont morts petit à petit, pour certains de longues années après, ces vétérans rappelaient dans la société française du XIXe siècle l'existence même de ces guerres. Nathalie Petiteau

On estime qu'environ deux millions cinq cent mille Français ont intégré à un moment donné l'armée napoléonienne entre 1800 et 1815. On estime aussi qu'entre huit cent cinquante mille et huit cent mille d'entre eux sont morts, cela signifie que plus d'un million cinq cents mille ont regagné leur foyer parfois pour de courte durée parce qu'ils reviennent blessés, invalides. C'est un chiffre considérable qui signifie que la société française est marquée par la présence de ces anciens combattants. Jacques-Olivier Boudon

Sons diffusés :

  • Archive - 1950 - ORTF - Extrait de L'Aiglon d'Edmond Rostan avec André Brunot. 
  • Archive - 1979 - FR3 - Extrait de la mini-série télévisée Le comte de Monte Christo d'après le roman d'Alexandre Dumas, réalisée par Denys de La Patellière. 
  • Archive - 1969 - FR3 - Extrait de la mini-série télévisée Jean-Roch Coignet d'après les Carnets du Capitaine Coignet réalisée par Claude-Jean Bonnardot. 
  • Lecture par Daniel Koenigsberg d'une lettre du 19 mars 1822 du préfet de Charente-Inférieure adressée au ministre de l'Intérieur. 
  • Lecture par Daniel Koenigsberg d'un extrait du Colonel Chabert d'Honoré de Balzac (1832)
  • Édith Piaf - Les Grognards
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

9H52
3 min

Le Journal de l'histoire

La nuit ou le rêve du passé
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......