LE DIRECT

Les Grecs disent non à leurs créanciers

8 min
À retrouver dans l'émission

Un sacré « non » ! Net et sans appel. Un « OXI », en grecque, qui résonne comme un énorme coup de tonnerre dans l'Europe de l'austérité. À plus de 61%, les Grecs ont signifié leur rejet des propositions des créanciers de la Grèce et leur soutien à leur Premier ministre Alexis Tsipras.

Manifestation de joie après la victoire du non au référendum grec - Le 5 juillet 2015.
Manifestation de joie après la victoire du non au référendum grec - Le 5 juillet 2015. Crédits : Reuters

Le cœur l'a donc emporté hier soir sur la raison et l'inconnu. Le reportage à Athènes de notre envoyé spécial Annabelle Grelier , après l’annonce des résultats :

Écouter
1 min
Écouter

Depuis hier soir, le coup de poker d'Alexis Tsipras est devenu le casse tête de la zone euro :

Ce résultat ne signifie pas une rupture avec l'Europe mais le renforcement de notre pouvoir de négociation avec les créanciers , union européenne et FMI.
Ce sont les premiers mots hier soir du Premier ministre grec Alexis Tsipras à la télévision . Avant le référendum, nombre de dirigeants européens s'étaient entendus pour assimiler le « non » grec à un non à l'Euro et à l’Union européenne. La zone euro qui vit aujourd'hui sa crise la plus profonde.

Un sommet de la zone euro doit se tenir demain mardi. Les précisions à Bruxelles de notre correspondant Quentin Dickinson :

Écouter
54 sec
Écouter

Quelle va être la position du couple franco allemand ?
François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel se rencontrent ce lundi soir à l'Elysée avec des positions vis-à-vis de la Grècé difficile à concilier. La France ne souhaite pas lâcher la Grèce alors que la chancelière allemande doit composer avec ceux qui dans son pays veulent depuis longtemps fermer ce qu'ils appellent le « Club Med » grec.

A Berlin, la correspondante de Nathalie Versieux :

Écouter
46 sec
Écouter

Une nouvelle gouvernance européenne ?
Dans un très court communiqué, la Commission européenne dit prendre note et respecter le résultat du référendum grec. Son président Jean Claude Juncker, qui a fait campagne pour le « oui », s'exprimera demain lors d'une session plénière à Strasbourg. Il s'entretiendra au téléphone dans la journée avec Mario Draghi le patron de la BCE , la Bbanque Centrale Européenne.

Son prédécesseur, le Français Jean-Claude Trichet estime de son côté que la crise grecque incite à revoir la gouvernance européenne. Pour qu'à l'avenir un pays seul ne mette pas tout l'édifice européen en danger.

Jean Claude Trichet répond à Anne-Laure Chouin :

Écouter
1 min
Écouter

Retrouvez notre dossier complet sur la dette grecque en cliquant sur l'image ci dessous

Bandeau Grèce
Bandeau Grèce Crédits : Annett Seidler - Fotolia
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......