LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"A bras ouverts" met en scène la rencontre entre un intellectuel de gauche et un patriarche  Rom

Cinéma : déluge de critiques pour "A bras ouvert" de Philippe de Chauveron qui accumule les clichés sur les Roms

6 min
À retrouver dans l'émission

Le nouveau film du réalisateur de "Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu?" s'est attiré les foudres de la quasi totalité des critiques et des associations de Roms, qui dénoncent les "clichés dangereux" et gratuits qu'il véhicule sur la communauté Rom, déjà très stigmatisée.

"A bras ouverts" met en scène la rencontre entre un intellectuel de gauche et un patriarche  Rom
"A bras ouverts" met en scène la rencontre entre un intellectuel de gauche et un patriarche Rom

Après le succès de « Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », qui jouait déjà sur les clichés communautaires sur les Juifs, les musulmans et les asiatiques, Philippe de Chauveron s’attaque aux Roms dans son nouveau film « A Bras ouverts »,qui met en scène un intellectuel de gauche fictif aux faux airs de Bernard Henri Levy, incarné par Christian Clavier, qui au cours d’un débat télévisé face à un candidat d’extrême droite s’engage à accueillir chez lui une famille de Roms. Et il est pris au pied de la lettre par un chef de famille Rom, qui s’invite alors dans dans sa villa cossue de Marne la Coquette.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Depuis la sortie du film mercredi, la quasi intégralité des titres de presse, à l’exception notable du Figaro, ainsi que les associations de représentation et de défense des Roms dénoncent unanimement l’accumulation e clichés au scénario. Le personnage principal Rom vole, ment, se montre violent, mendie, mange des taupes, boit du kérosène, vit avec des poules et un cochon, et n’envisage que le mariage forcée pour sa fille…

Dès le début de la production, le film est problématique, son titre original était en réalité « Sivouplééé », et avait finalement avait été changé sous la pression des associations Roms. Autre signe de malaise plusieurs comédiens se sont investis puis désengagés du projet, et notamment le Belge François Damiens, qui devait incarner le rôle du chef de famille Rom, finalement remplacé Ary Abittan. Déjà très attaqué Christian Clavier défendait son la semaine dernière, dans l’émission C à vous, en expliquant que le film ne riait par « contre, mais avec les Roms ».

Faux estiment les associations Romeurope et La voix des Roms. Le jeune Spartacus Ursu, installé en France depuis qu'il a sept ans, et qui a vu le film, précise:

On rit contre nous, et je trouve hallucinant que l’acteur principal ne soit pas Rom. Il n’y a dans son personnage rien de notre culture, uniquement les clichés. Les seuls Roms qui jouent dans le film sont d’ailleurs des figurants et ne parlent quasiment pas.

L’association la Voix des Roms estime que le film de Philippe de chauvirons est d’autant plus dangereux qu’il sort dans les derniers moments d’une campagne présidentielle où la xénophobie a été un thème majeur, mais lui concède presque ironiquement un mérite. Le film présente un miroir parfait de la manière dont la communauté Rom est aujourd’hui stigmatisée en France.

Chroniques
8H50
5 min
L'Actualité musicale
Sarah Vaughan inédit : tout change
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......