LE DIRECT
"'Okja", qui raconte une amitié sans faille entre une petite fille et un truie géante, menacée par l'industrie agro-alimentaire ne sera visible que sur Netflix.

A défaut de voir "Okja" en salles ce mercredi, allez voir "Memories of Murder" de Bong Joon Ho la semaine prochaine

5 min
À retrouver dans l'émission

Produit par Netflix, "Okja" du cinéaste sud-coréen ne sera visible que dans quelques salles en France. Il est revanche disponible sur la plateforme de SVOD ce mercredi. Pour se consoler, "Memories of Murder", le premier film de Bong Joon Ho ressort la semaine prochaine en version restaurée.

"'Okja", qui raconte une amitié sans faille entre une petite fille et un truie géante, menacée par l'industrie agro-alimentaire ne sera visible que sur Netflix.
"'Okja", qui raconte une amitié sans faille entre une petite fille et un truie géante, menacée par l'industrie agro-alimentaire ne sera visible que sur Netflix.

Produit par Netflix, "Okja" le nouveau film du cinéaste sud-coréen a posé un pavé dans la mare de la chronologie des médias et ne sera visible dans quasiment nulle part, ni dans les salles françaises ni dans les salles coréennes. Il est revanche disponible sur la plateforme de SVOD ce mercredi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour se consoler, "Memories of Murder", le premier film de Bong Joon Ho sera en salles la semaine prochaine en version restaurée.

A défaut de découvrir en salles "Okja" qui a emballé la critique, on peut découvrir en salles le premier film de Bong Joon Ho, "Memories of Murder" sortie en 2003, qui fut l'un des films phare du renouveau du cinéma sud-coréen. Boon Jong Ho, qui avait 35 ans à l"époque fait partie de cette génération de cinéastes aidée par des subventions mises en place alors par le ministre-réalisateur de la Culture, Lee Chang-Dong (Oasis, Secret Sunshine, Poetry). Avec "Memories of Murder", Boon Jong Ho revisite le thriller en se penchant sur un fait divers qui avait traumatisé la Corée dans les années 1980, une série de meurtres et de viols de jeunes femmes dans une petite ville rurale qui jusqu'à aujourd’hui n'a jamais été élucidée. Bien au-delà du polar, le film est un portrait saisissant d'une Corée du Sud alors en pleine transformation et une déclaration d'amour au cinéma.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

8H50
6 min

L'Actualité musicale

Reprendre c’est voler ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......