LE DIRECT
Emmanuel Macron en visite au Musée du Bardo à Tunis

Emmanuel Macron: "Aujourd’hui notre politique culturelle, c’est une politique d’assignation à résidence"

6 min
À retrouver dans l'émission

Où sont les grands projets culturels présidentiels, comme le furent la BNF ou le Quai Branly ? Alors que le Centre Georges Pompidou fête ce weekend ses 40 ans, et que les fondations privées fleurissent en France, la question se pose. Emmanuel Macron réagit.

Emmanuel Macron en visite au Musée du Bardo à Tunis
Emmanuel Macron en visite au Musée du Bardo à Tunis Crédits : FETHI BELAID / AFP - AFP

40 ans après son ouverture, le Centre d'Art Georges Pompidou s'impose comme le projet culturel présidentiel le plus signifiant de la Vème République. Le Centre fête cette années ses 40 ans, anniversaire auquel le candidat malheureux aux primaires de la gauche Arnaud Montebourg était convié. Novateur, voire provocateur en son temps, il a été voulu et pensé par un président passionné par l'art contemporain, Georges Pompidou. N'est-il pas le dernier grand projet culturel présidentiel ? Valéry Giscard d'Estaing a bien porté le projet du Musée d'Orsay, François Mitterrand la rénovation du Louvre et la BNF, Jacques Chirac le musée du Quai Branly, mais aucun de ces projets n'a eu l'impact politique et artistique du Centre Georges Pompidou. François Hollande et Nicolas Sarkozy n'ont quant à eux pas développé de projets culturels majeurs, puisque la Philharmonie et le Musée de l’Immigration étaient des projets serpents de mer qui les précédaient largement.

Emmanuel Macron: "'Une grande infrastructure culturelle ? Ce n’est pas ma priorité"

Comment expliquer cette absence de grand projet présidentiel lors des deux derniers quinquennats? Ces"paquebots" culturels, qui pèsent plusieurs millions d'euros de budget par an sont-il trop chers ? Est-ce simplement le signe d'un manque de volonté politique? Manuel Valls promet de relancer les grands projets s'il est élu. Pas Emmanuel Macron.

J'ai un projet pour la culture. Mais je pense que chaque époque a ses moment. Ma vision des choses, c’est aujourd’hui, on a besoin de soutenir, de renforcer la création en France et la vitalité de cet écosystème culturel. Est-ce qu’il y a besoin d’une grande infrastructure coûteuse pour ce faire? Je crois que ce n’est pas la priorité. (…) Dans ce monde qui se numérise et change, on a des lieux de créativité, ils existent aujourd’hui, alors qu’il y avait un vrai besoin au moment de la création du Centre George Pompidou. La clef c’est de les ouvrir, c’est d’attirer les plus talentueux et de s’assurer qu’on a les meilleurs artistes, français et étrangers.

"Le rôle de l'Etat c'est d'ouvrir les bibliothèques, car le secteur privé ne le fera pas à sa place"

En l'absence de grand projets publics, notamment en matière de musées, le quinquennat de François Hollande a vu fleurir les projets privés, avec l'ouverture de la Fondation Louis Vuitton en 2016, et celles annoncées de François Pinault et des Galeries Lafayette prochainement à Paris. Et par ailleurs, dans un contexte budgétaire contraint, les grandes institutions publiques sont invitées à recourir de plus en plus au mécénat et aux partenariat public-privé. Faut-il laisser le secteur privé façonner les grandes instituions culturelles de demain ? La réponse d'Emmanuel Macron.

Ce n’est pas le secteur privé qui façonne , ce sont les artistes qui façonnent. Et le rôle de l’Etat aujourd’hui, c’est en fait d’ouvrir les bibliothèques. Ça, c’est fondamental parce que si vous ne la faites pas, le privé ne le fera même pas à votre place ! Quand vous laissez des enfants enfermés chez eux, sans accès à la culture, ça c’est un crime. Le rôle de l’Etat, il est d’ouvrir les accès, de permettre ce 'Pass Culture' auquel je crois. Parce qu'aujourd’hui on dit aux gens : 'On vous a mis le Louvre Lens, mais ne venez pas nous embêter ce sujet-là, il n’est pas pour vous.' (…) Aujourd’hui notre politique culturelle, il faut le dire, c’est une politique d’assignation à résidence. C’est une politique où l'on dit à un jeune : 'Tu viens d’où, tu viens de quel quartier ? Tu vas voir on va te faire du djembé c’est très sympa.' Et où l'on dit à l’autre, 'Toi tu peux y aller, tes parents vont t’emmener au musée.' Le rôle de l’Etat, c’est de casser ces injustices-là.

Emmanuel Macron et la culture : le grand entretien

Chroniques

8H50
3 min

L'Actualité musicale

Mustang se lâche : « Salauds de Pauvres »
Intervenants
  • Huitième président de la République, fondateur du mouvement En marche ! Ancien ministre de l'économie, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......