LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Paris, 1953. « Le peintre, surnommé Zazou, est à son aise, j’avais le vertige chaque fois qu’il se penchait pour tremper son pinceau »

Hommage au photographe "promeneur" Marc Riboud

6 min
À retrouver dans l'émission

L’immense photographe de presse Marc Riboud qui s’est éteint hier à l’âge de 93 ans, figure de l’agence Magnum. Avec lui, s’en va l’un des derniers grands repentant de la photographie humaniste.

Paris, 1953. « Le peintre, surnommé Zazou, est à son aise, j’avais le vertige chaque fois qu’il se penchait pour tremper son pinceau »
Paris, 1953. « Le peintre, surnommé Zazou, est à son aise, j’avais le vertige chaque fois qu’il se penchait pour tremper son pinceau » Crédits : Marc Riboud

Rien ne semblait destiner Marc Riboud à devenir le photographe, l' arpenteur, qu’il est devenu. Né dans d’une famille très aisée de sept enfants, il grandit à l’ombre de frères très brillants, (l’un Jean deviendra une grand industriel, un autre, un certain Antoine co-fondera et deviendra PDG de Danone), Marc Riboud se voit un offrir un appareil photo par son père qui, inquiet de sa grande timidité, lui dit : « si tu ne sais pas parler, tu sauras regarder ». C’est sur le tard, à 30 ans, après s’être ennuyé comme ingénieur qu’il devient photographe, en intégrant à l’invitation de Robert Capa et Henri Cartier Bresson la mythique agence Magnum, qui l’envoie dans le monde entier, explique Clément Chéroux conservateur de la Photographie au Centre George Pompidou.

Grâce à l’agence Magnum, Marc Riboud va parcourir le monde pour couvrir les grands événements du XXème siècle, retournant plusieurs fois dans les pays qu’il a couvert : la Chine, le Japon, l’Iran, la Pologne . Parmi ses clichés les plus célèbres il y a évidemment la jeune fille à la fleur , une photographie emblématique de la manière dont Marc Riboud travaillait, explique Alain Genestar , ancien journaliste et reporter, qui a organisé l’année dernière la dernière grande exposition consacrée au travail de Marc Riboud dans la galerie Polka qu’il a fondée.

Après avoir présidé l’agence Magnum Marc Riboud la quitte ne 1979, disant « ne pas aimer la compétition pour la gloire » . Il souhaite continuer à travailler en prenant donc son temps. Marc Riboud, qui disait avoir réussi ses plus grandes photos, comme celle du peintre de la tour Eiffel, car il était contraint à l’économie, ne s’autorisant que quelques poses, restait perplexe face à l’évolution du reportage, la multiplication des objectifs et des clichés. Il racontait à Laure Adler, dans l’émission « Hors Champs » de 2010 la quête de la bonne photo. Retrouvez d'autres archives exceptionnelles de Marc Riboud ici.

Chroniques
8H50
5 min
L'Actualité musicale
Anna Netrebko, very vériste
Intervenants
  • Fondateur et directeur de Polka magazine
  • historien de la photographie, Conservateur pour la photographie au Centre Pompidou depuis 2007. Commissaire de l’exposition Henri Cartier-Bresson au Centre Pompidou (12/02/14 - 09/06/14).
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......