LE DIRECT
 A gauche : Jean-François Bauret, Enfants, 1970 (©Jean-François Bauret) et à droite, Jeff Koons, Naked, 1988 (©Jeff Koons).

Jeff Koons condamné pour plagiat, l'art de l'appropriation contre la propriété intellectuelle

5 min
À retrouver dans l'émission

Jeff Koons a été condamné pour avoir plagié dans sa sculpture "Naked" un cliché du photographe français Jean-François Bauret. C'est la troisième condamnation pour Koons, qui revendique un art de l'appropriation et fait souvent fi du droit d'auteur.

 A gauche : Jean-François Bauret, Enfants, 1970 (©Jean-François Bauret) et à droite, Jeff Koons, Naked, 1988 (©Jeff Koons).
A gauche : Jean-François Bauret, Enfants, 1970 (©Jean-François Bauret) et à droite, Jeff Koons, Naked, 1988 (©Jeff Koons).

C'est la veuve de Jean-François Bauret, Claude Bauret-Allard qui a remarqué la ressemblance plus que frappante entre la photo de deux enfants réalisée par son mari dans les années 70 , qui avait à l'époque rencontré un grand succès sur carte postale, et Naked, une statue de l'artiste américain Jeff Koons, star des maisons de vente aux enchères, qui s'apprêtait à être exposée au Centre Georges Pompidou à Paris lors d'une grande rétrospective consacrée à l'artiste américain en 2014. Elle demande alors au Centre de retirer l’œuvre de l'expo, et attaque la société Jeff Koons LLC, dont l’artiste est le gérant pour plagiat.

Jeff Koons a fait "l'économie d'un travail créatif"

Près de deux ans plus tard, la justice française lui donne raison: il s'agit bien ici de plagiat. Les variations apportées par Jeff Koons dans sa sculpture par rapport à la photo « n’empêchent pas de reconnaître et d’identifier les modèles et la pose », qui sont « des éléments essentiels protégés » de la photo originelle. L’artiste américain s’est donc «servi des modèles de la photographie en faisant l’économie d’un travail créatif, ce qui ne pouvait se faire sans l’autorisation de l’auteur". Mais le TGI de Paris s'est aussi montré plutôt clément ; la veuve du photographe réclamait 3 millions d'euros de dommages et intérêts à Koons, rappelant qu'un exemplaire de cette œuvre avait été vendu 8 millions de dollars en 2008 par Sotheby’s à New York. Jeff Koons n'est condamné à ne verser "que" 20 000 euros. Le Centre Pompidou est conjointement condamné pour avoir publié des visuels de l’œuvre dans son catalogue et sur son matériel de promotion de la rétrospective.

Jeff Koons, multirécidiviste du plagiat

La sculpture "Fait d'hiver" de Jeff Koons, qui présente de grandes ressemblances avec une image issue d'une publicité de la campagne pour Naf Naf elle aussi intitulée "Fait d'hiver"
La sculpture "Fait d'hiver" de Jeff Koons, qui présente de grandes ressemblances avec une image issue d'une publicité de la campagne pour Naf Naf elle aussi intitulée "Fait d'hiver" Crédits : EMMANUEL DUNAND / AFP - AFP

L'artiste américain est en effet un multirécidiviste. Il avait déjà été condamné dans un cas très similaire en 1992 pour sa sculpture String of Puppies, qui reprenait exactement le sujet d'un cliché du même nom du photographe Art Rodgers, puis à nouveau en 1993 pour avoir représenté le personnage de bande dessinée de la série Garfield, Odie, dans Wild Boy and Puppy. Et une action est encore en cours, toujours devant la justice française, autour de sa sculpture Fait d'hiver, réalisée en 1988, et qui présente de grandes ressemblances avec un film publicitaire d'une campagne de la marque française Naf Naf, elle aussi intitulée Fait d'Hiver, réalisée par le publicitaire Franck Davidovici en 1985. Elle aussi a dû être retirée in extrémis de la rétrospective du Centre Georges Pompidou.

Plagiat ou art de l'appropriation ?

New Portraits, série de Richard Prince qui emprunte des clichés Intsagram à des inconnus sans leur demander leur autorisation.
New Portraits, série de Richard Prince qui emprunte des clichés Intsagram à des inconnus sans leur demander leur autorisation. Crédits : Richard Prince/ Gagosian Gallery

Toutes ces sculptures sont issues de la même série, Banality, où Koons revendiquait clairement un travail de citation, voire d'appropriation d'images croisées dans la presse ou la publicité. Un autre artiste américain, Richard Prince, revendique aussi cette méthode. Il utilise régulièrement des clichés sans demander ni payer aucun droit à leurs auteurs. Sa dernière exposition à la Gallery Gagosian de New York a fait scandale: il y exposait des photos trouvées sur Instagram, et assorties d'un commentaire écrit par lui.

Les deux artistes ont-ils le droit de créer ainsi ? La justice française comme américaine continue de sanctionner, même si elle est de plus en plus indulgente, cet art de l'appropriation. Les textes ne tolèrent en effet les atteintes au droit d’auteur que dans les cas de caricature ou de citation, et c'est cette notion qu'il est très difficile de distinguer du plagiat pur, notamment en matière d'images (et non de texte). Et face à cette tendance que doivent faire les musées? Exposer, au risque d’être condamné ou se faire juge. Au moment de la rétrospective Koons et de la polémique sur les deux statues retirées, le patron du musée, Alain Seban s'était défendu dans le journal Libération: "Une large part de la création moderne et contemporaine repose sur le concept de citation, voire d’appropriation. Il est essentiel que les musées puissent continuer à rendre compte de ces démarches artistiques"

Et aussi …

Le Centre de Création Contemporaine de Tours rénové et rebaptisé en l’honneur du peintre Olivier Debré. Ce centre d’art fondé en 1977, qui fait figure de pionnier a déménagé dans un bâtiment flambant neuf, inauguré le vendredi 10 mars par le président de la République et la ministre de la culture, il se rebaptise en CCC OD. « OD », pour Olivier Debré. Frère de Michel et oncle de Jean-Louis et Bernard Debré, Olivier Debré est un représentant majeur du courant de de l’abstraction lyrique. Il a donné au centre 5 peintures monumentales 140 tableaux et 150 dessins au CCC de Tous, qui donnent aujourd'hui au centre un rayonnement d’envergure nationale.

Chroniques

8H50
5 min

L'Actualité musicale

Ondatrópica : retour de vague colombienne
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......