LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel Macron à Berlin, le 10 janvier 2019

Chaises vides aux sommets de la Culture

5 min
À retrouver dans l'émission

Depuis son élection, Emmanuel Macron rencontre des difficultés à renouveler les têtes des grandes institutions culturelles françaises. Et aussi, au menu de ce journal : un livre mystère, des cahiers, une spectaculaire donation et de la danse à Vaison-la-Romaine.

Emmanuel Macron à Berlin, le 10 janvier 2019
Emmanuel Macron à Berlin, le 10 janvier 2019 Crédits : Getty

Bastille, la plus grande salle lyrique d’Europe, qui brille par les chiffres de sa fréquentation, a annoncé l’ouverture d’une nouvelle salle de 800 places pour 2023. L’institution a fêté ses trente ans samedi alors qu’on attend toujours que son prochain directeur soit nommé. Et cette latence n’est pas une exception. Depuis vendredi, le Centre National du Cinéma se retrouve pour la première fois de son histoire sans capitaine à la barre. Il manque aussi une ou un super-intendant à la Villa Médicis depuis un an. Vacance également au Palais de Tokyo : le plus grand centre d’art contemporain d’Europe vacille dans sa programmation, depuis que Jean de Loisy en est parti  pour prendre la tête de l’École des Beaux-Arts à Paris. Au Château de Versailles, Catherine Pégard atteindra la limite d’âge légal au mois d'août, et rien n’est pour l’heure officiellement avancé. Même inertie au Centre National du Livre, où Vincent Monadé n’a pas non plus été renouvelé dans ses fonctions, et assure son propre intérim. 

Une situation inédite qui met en cause les modalités de sélection de ces patrons de la Culture, aujourd’hui encore soumis à la discrétion de l’Elysée.

L’identité mystère d’un livre qui devrait être tiré à plus de 250 000 exemplaires fait tourner la tête des éditeurs 

Un tirage hors norme et un nom de code : Versailles. De quoi inonder les librairies et mettre la pagaille dans la rentrée littéraire de Septembre. L’insistante rumeur produit son lot de spéculation, raconte le M Magazine. L’ouvrage sous X pourrait être un livre révélation de Brigitte Macron ou un roman de Michel Houellebeq sur le Président. Mais nous pourrions nous aussi spéculer à notre  tour : la biographie amoureuse du Pape François ou la révélation de l’identité mexicaine de Donald Trump. Alors que certains éditeurs évalue déjà la possibilité de décaler certaines de leurs sorties pour éviter l’embuscade, reste à savoir si la rumeur, comme toute rumeur, est bien fondée. 

106 œuvres d'art : donation exceptionnelle au Musée d'Orsay 

Sous les applaudissements et sans mystères, 106 peintures dessins et sculptures ont été donnés la semaine dernière au Musée d’Orsay par Marlene Hays. La collectionneuse texane, qui avait déjà fait don au musée de 187 œuvres d’art en 2016, cède cette fois-ci des œuvres majoritairement Nabis, cette avant-garde post-impressionniste qui questionne la figuration à la fin du XIXe siècle. Un ensemble dans lequel on peut aussi compter une femme au pain très impressionniste de Robert Delaunay, une jeune femme à la Rose de Modigliani, une femme en jaune de Matisse et la jeune fille au chien du "Nabi très japonnard" Pierre Bonnard. De quoi ravir les visiteurs et l’Etat, qui augmente sa collection publique nationale pour trois fois rien.  

Gallimard publie les Cahiers de Prison de Louis Ferdinand Céline

L’intégrale des cahiers tenus en prison à Copenhague de février à novembre 1946 par l'écrivain paraît chez Gallimard. L’écrivain français, considéré comme un génie de la littérature depuis la publication de Voyage au bout de la nuit en 1932, était aussi un collaborateur convaincu des nazis et un fidèle de la dernière heure du régime de Vichy. En 1945, l’auteur du pamphlet antisémite Bagatelle pour un massacre se fait arrêter à Copenhague. Dans ces cahiers résident les ébauches de ses romans à venir autant que le ressassement des délires paranoïaque de l’écrivain. Des publications qui trouveront  leur écho cette semaine sur France culture, dans les cinq épisodes de  La Grande Traversée consacrée à Louis Ferdinand Celine, intitulée Au Fond de la Nuit.

Sur la route des festivals : halte à Vaison, qui danse 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le rock n’est pas qu’une affaire d’homme. C’est ce que nous rappelle My ladies Rock de Jean-Claude Gallotta, présenté mercredi à Vaison-la-Romaine. La 23e édition du festival, en péril il y a deux ans, parie cette année sur des grands noms de la danse et du répertoire. Après un Don Quichotte dansé par le Ballet de Nice, c’est le Sacre du Printemps qui sera présenté ce samedi par Emmanuelle Gat. 

Vaison Danse, jusqu'au 27 juillet 2019 à Vaison-la-Romaine.

Chroniques
8H35
17 min
L'Invité culture
Splendeur et tristesse du Vietnam de Jon Swain
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......