LE DIRECT
Le romancier V.S. Naipaul en 1982

La disparition de V. S. Naipaul, Nobel de littérature

6 min
À retrouver dans l'émission

Au menu de ce journal : la tombe oubliée de William Blake, de l’anthropophagie dans l’art contemporain, et la disparition d’un Nobel de littérature.

Le romancier V.S. Naipaul en 1982
Le romancier V.S. Naipaul en 1982 Crédits : STEFAN LINDBLOM / TT NEWS AGENCY / TT News Agency/AFP - AFP

La disparition de V. S. Naipaul, Nobel de littérature

Vidiadhar Surajprasad Naipaul est décédé samedi à l’âge de 85 ans. C’est l’un des plus grands écrivains britanniques. Booker Price en 1971 pour Dis-moi qui tuer, Prix Nobel de littérature en 2001, Sir Vidia avait même été anobli par la reine en 1990. D’origine indienne, il est né en 1932 dans les Antilles et a passé son enfance  sur l'île de Trinidad dans une communauté d’exilés hindous. À 18 ans, il arrive en Angleterre, à l’université d’Oxford pour des études de lettres. Il écrira : "j'essayais de me frayer un chemin comme écrivain dans un lieu qui n'avait vraiment aucune place pour moi, et qui au fond, avait sa propre idée de ce qu'était l’écriture." 

En 1957, il publie son premier roman Le Masseur mystique, les tribulations d'un jeune politicien indien dans les Antilles britanniques. Dès ce premier roman tout est déjà là : le déracinement, les sociétés post-coloniales, leurs dérives et les ravages de la corruption politique. Par la suite, en une trentaine d’ouvrages - fictions, essais historiques ou géopolitiques, biographies - la littérature de Naipaul va aux quatre coins du monde, dans l'ex-empire colonial britannique, en Inde, en Afrique, en Amérique du Sud. Il a souvent été qualifié comme "l’écrivain du déracinement".

L’académie Nobel avait d’ailleurs salué un "circumnavigateur littéraire". Globe-trotteur littéraire, Naipaul a lu les récits des grands  explorateurs britanniques de la fin du XIXe siècle comme Henry Morton Stanley et John Henning Speke. Il les cite et s’inscrit dans ce sillage.  Dans l’écriture aussi, il explore les territoires littéraires et traverse des frontières : il métisse les genres, mêle la fiction à la non-fiction, et croise sa vision satirique à un réalisme proche du documentaire.

Naipaul était aussi un auteur très contesté. C’est d'ailleurs l’un des rares exemples de Nobel qui soit une figure publique controversée. Réputé conservateur, ses prises de paroles ou ses écrits ont suscité de vives controverses. Si la quête identitaire, individuelle, collective,  culturelle ou sociale est le fil rouge de son écriture, on lui a aussi reproché de raconter la misère des anciens colonisés avec cruauté. Il a également été très critiqué pour sa vision sur l’islam chez les peuples non arabes avec Crépuscule sur l'islam et Jusqu'au bout de la foi. Polémiste, il disait : "L'idéologie, voilà le grand corrupteur de la vérité".

La Grande table d'été ce midi reviendra sur cette disparition.

" Désir Cannibale" à la Fondation Clément

Je vous emmène  à la Fondation Clément à le François en Martinique. Le centre d'art présente une exposition passionnante intitulé "Désir Cannibale". Elle présente le travail de neuf artistes contemporains guadeloupéens. Ils ont tous moins de 40 ans et sont les représentants d’une nouvelle scène émergente à l’international. 

Rappelons que le mot "cannibale" vient étymologiquement de cette région. Il vient du terme cariba, utilisé par les taïnos dont l’un des rituels était de manger l’ennemi vaincu, puis Christophe Colombe l'a ensuite transformé en cannibale puis caraïbe lors de son débarquement en Guadeloupe en 1493.

Aujourd’hui le cannibale est partout. On le voit dans la culture populaire, dans les contes pour enfants et les comptines ou le cinéma de  genre. L’anthropophagie fascine, même les artistes contemporains. Je voulais en savoir plus sur cette appétence et sur la nouvelle signification de ce mot. Le cannibalisme : un phénomène métaphorique et esthétique. Parole à l’artiste et au commissaire Jean-Marc Hunt :   

Le créole, par exemple, la langue créole se nourrit du français, du portugais... C’est ce que j’appelle un processus cannibale. En d’autres termes, qui se nourrit de l’autre. Il s'agit d'une hyper adaptabilité au monde en dévorant la culture colonisatrice pour en tirer sa force. Ce qui consiste non pas à singer une modernité européenne mais à la manger, à l’assimiler pour en forger une déclinaison singulière. 

On peut voir comment des peintres guadeloupéens comme Samuel Gélas ou Cyrille Ronald renouvelle la peinture figurative au moyen d’une symbolique créole.

La tombe oubliée de William Blake

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Figure majeure de la littérature anglaise décédée en 1827, on savait que le peintre et poète pré-romantique William Blake était enterré au  cimetière de Bunhill Fields à Londres, mais on ne savait pas où précisément. Sur une pierre, on pouvait lire "la dépouille de William Blake  repose près d’ici"… Deux passionnées ont mené à leur compte une enquête de deux ans et ont retrouvé sa tombe oubliée. Une nouvelle  pierre tombale a été dévoilée hier pour le 191ème anniversaire de sa mort. Ironie du sort : une étude montre que ses poèmes font parties des textes les plus appréciés des services funéraires lors des obsèques... Un comble pour un poète sans sépulture.
 

Une nouvelle pierre tombale pour William Blake se trouve sur sa tombe à Bunhill Fields Burial Ground, à Londres, le 12 août 2018.
Une nouvelle pierre tombale pour William Blake se trouve sur sa tombe à Bunhill Fields Burial Ground, à Londres, le 12 août 2018. Crédits : Daniel LEAL-OLIVAS / AFP - AFP

Chroniques

7H38
19 min

L'Invité des Matins d'été (1ère partie)

L'Odyssée de Claire Nouvian
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......