LE DIRECT
Chanteur britannique, acteur et musicien David Bowie, 1974. (Photo par Terry O'Neill / Iconic Images / Getty Images)

Le premier enregistrement de David Bowie

6 min
À retrouver dans l'émission

Au menu de ce journal : un monument en danger, un pianiste-percussionniste, des peintures abstraites très précieuses et la découverte du premier enregistrement de David Bowie.

Chanteur britannique, acteur et musicien David Bowie, 1974. (Photo par Terry O'Neill / Iconic Images / Getty Images)
Chanteur britannique, acteur et musicien David Bowie, 1974. (Photo par Terry O'Neill / Iconic Images / Getty Images) Crédits : Getty

Le premier enregistrement de David Bowie

En 1963, à Londres, David Jones a 16 ans, il vient de quitter son lycée technique, il porte les cheveux longs et vit de petits boulots. Fan de John Coltrane, l’adolescent s’est offert un saxophone et vient de rejoindre son premier groupe de rock : "the Konrads". David Jones n’a pas encore changé de nom pour devenir David Bowie. Il enregistre sa première bande-démo. À l'époque, la maison de disques Decca ne reconnaît pas le potentiel de sa voix et les rejette. Pour se faire une idée, les Konrads c’est ça :

50 ans plus tard, David Hadfield, l’ancien batteur et manager des Konrads, vient de retrouver cette fameuse bande lors d’un déménagement. Elle était au fond d’une vieille corbeille à pain précise-t-il. Pour pouvoir l’écouter, un peu de patience encore : elle sera vendue aux enchères en septembre. L’enregistrement est estimé à plus de 11 000 euros. Selon les spécialistes, c’est une pièce historique importante. La chanson «  Never Dreamed » sur laquelle chante David Bowie est inconnue de ses biographes. Et surtout, il s’agit de la toute première trace de la voix d’un des plus grand chanteur du XXe siècle.

Rappelons que lorsque David Dowie est mort en janvier 2016, les enchères de sa collection d'art personnelle avaient généré plus de 43 millions d'euros – le triple des prix estimés.

Et l’autre événement, c’est la sortie le 22 octobre prochain de « Loving The Alien » : un coffret de la période années 80 de Bowie. Avec des albums live pressés pour la première fois en vinyle, des versions inédites de certains de ses titres, ainsi que des archives exclusives.

Six peintures inédites de Willem de Kooning

 Le peintre Willem de Kooning (1904 - 1997) dans son atelier, entouré de ses peintures abstraites, Long Island, New York, 1er novembre 1987. (Photo par Robert R. McElroy / Getty Images)
Le peintre Willem de Kooning (1904 - 1997) dans son atelier, entouré de ses peintures abstraites, Long Island, New York, 1er novembre 1987. (Photo par Robert R. McElroy / Getty Images) Crédits : Getty

Hier aussi, la trouvaille d’un trésor d’un autre type : un galeriste new-yorkais a fait la découverte de 6 nouvelles peintures de l’artiste americano-hollandais Willem de Kooning. Décédé en 1997, il est un artiste majeur de la peinture américaine, c’est l’un des représentants avec Jackson Pollock de l’expressionnisme abstrait. On le connaît moins bien en France, mais aux Etats-Unis ses œuvres battent régulièrement des records lors des ventes aux enchères. En 2015 par exemple, l’une de ses toiles avait été vendue à 300 millions de dollars. 

Pour se faire un ordre de grandeur, le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci - l’oeuvre la plus cher du monde- a été adjugé en novembre 2017 pour 450 millions de dollars.

Pour anecdote le galeriste a fait cette découverte en achetant un vieux casier contenant un lot de 200 tableaux pour la somme de… 15 000 dollars.

Le Taj Mahal en danger 

Le Taj Mahal, Le joyau de l'art musulman en Inde est menacé de fermeture. La justice indienne se dit prête à fermer le lieu si le gouvernement ne fait rien contre sa dégradation. Ce palais de l’amour en marbre blanc classé au patrimoine mondiale de l’Unesco a en effet changé de couleur. A cause de la pollution atmosphérique et d’une invasion d’insectes, il est passé au jaune voire au marron. Autre danger : le Taj Mahal attire jusqu'à 70 000 visiteurs par jour et s'effondre également. Une information qui met en perspective la problématique mondiale de surfréquentation touristique.

Bachar Mar Khalifé aux Nuits de Fourvière

Les Nuits de Fourvière se poursuivent à Lyon jusqu’à dimanche. Depuis 1946, l'événement est pluridisciplinaire. Et ce soir une programmation spéciale, la nuit du Moyen-Orient. « La ville aux deux collines » reçoit les Palestiniens du trio Joubran. Le concert ensuite du franco-libanais Bachar Mar Khalifé :

Bachar Mar Khalifé arrive en France à l’age de 6 ans. Avec sa famille, il fuit la guerre du Liban. Son père est le légendaire chanteur Marcel Khalifé. Après une formation classique au Conservatoire de Paris, il est pianiste et percussionniste pour l’Orchestre national de France et l’Ensemble inter-contemporain. Depuis son premier album en 2010, il croise sonorités jazz, électro, rock, hip-hop et musiques traditionnelles orientales. Un métissage qui fait partie de son ADN musical.  

Je me souviens avoir écrit sur la partition ma date de naissance : '12 ans" un peu comme un compositeur classique. J’avais pour ambition d’écrire une symphonie tout a fait classique pour orchestre. Avec les cordes, les bois etc. J’avais un penchant pour la percussion assez fort. Tout petit je passais du temps avec les percussionnistes de l’ensemble de mon père... Et dans cette symphonie rêvée, que je n'ai jamais achevée, il y avait une grande part pour la percussion. Je crois que secrètement, je rêvais déjà qu’il y ait des percussions traditionnelles dans l’orchestre classique.

Je ne me suis jamais considéré comme pianiste. Je dis toujours, un peu par provocation, que je suis percussionniste puisque le piano c’est un instrument à percussion : ce sont des marteaux qui frappent des cordes. Pour moi le piano est l’instrument à percussion ultime.

Musicalement, c’est très riche, et, en concert, Bachar Mar Khalifé est un performer. Il continue de tourner un avec un 4e album « The Water Wheel». 

Ses transes scéniques sont à retrouver au festival "Plan B" le 1er août à Marseille. 

Chroniques

7H38
19 min

L'Invité des Matins d'été (1ère partie)

Négocier avec Trump, mission impossible ?
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......