LE DIRECT
La ministre française de la Culture, Françoise Nyssen, part après une réunion hebdomadaire du cabinet à l'Elysée à Paris le 3 août 2018.

La politique présidentielle affaiblit-elle le ministère de la Culture ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Au menu de votre journal : le cinéma d’auteur flirte avec l’ésotérisme, un grand classique cubain et un état des lieux de la politique culturelle française très critique.

La ministre française de la Culture, Françoise Nyssen, part après une réunion hebdomadaire du cabinet à l'Elysée à Paris le 3 août 2018.
La ministre française de la Culture, Françoise Nyssen, part après une réunion hebdomadaire du cabinet à l'Elysée à Paris le 3 août 2018. Crédits : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP - AFP

La politique présidentielle affaiblit-elle le ministère de la Culture ?

Dans le journal Le Monde hier, une tribune accuse Emmanuel Macron et son Premier ministre de délibérément démolir le ministère de la Culture. Depuis l’investiture de Françoise Nyssen, son ministère est régulièrement critiqué dans des tribunes, mais là, le texte va plus loin, ici c’est l’exécutif qui est directement visé. Signée par le comédien Robin Renucci et par plusieurs associations du spectacle vivant, la tribune accuse un démantèlement qui ne dit pas son nom.

Le texte attaque très vivement le fond de réformes engagées : le pass culture mais aussi  le "Plan Culture près de chez vous" initié par la ministre en mars pour lutter contre les déserts culturels. Robin Renucci dénonce une décentralisation inversée et un État de moins en moins engagé en régions.

Le développement local peut partir de territoire, il s’agirait de valoriser ce qu’il s’y passe plutôt que de penser que tout viendrait de la capitale.

En avril, une tribune dans libération s’intitulée "Culture près de chez vous, mais sans nous". Les centres dramatiques nationaux y dénonçaient déjà les discriminations géographiques de ce projet. Le chiffre des iniquités des aides entre les régions est connu : en moyenne en île-de-France, on estime que les aides s’élèvent à 150 euros par habitants et à 15 euros par habitant sur le reste de la France.

Rappelons que même un festival aussi célèbre que le festival d’Avignon connaît des difficultés de financements. Olivier Py son directeur dénonçait en juin dernier une politique de retrait des subventions publiques ainsi que l'absence de soutien dans la décentralisation culturelle.

La tribune rappelle que l’Etat se doit d’être le garant d’une politique culturelle nationale.

Le texte du Monde évoque également le manque de moyens consacrés au sein du Ministère. Entre les réductions d’effectifs en son cabinet ou l’externalisation de ses missions préconisée par le CAP 22 - le Chantier Action Publique 2022 -, l’institution ne peut qu'avoir du mal à défendre les valeurs qui la fonde. 

La tribune propose néanmoins des solutions. Elle reprend d’ailleurs une des propositions suggérée par Françoise Nyssen dans une tribune publié le 18 juillet dernier dans Libération.  Elle y déclarait : "j’aspire à des actions interministérielles fortes". 

On sait que dans chaque ministère, des crédits sont alloués à la culture, Robin Renucci propose de mieux les coordonner :

Il y a eu de grandes histoires des politiques culturelles, qui ont toujours été interministérielles : le ministère de la Jeunesse et des Sports unis avec le ministère de la Culture, unis avec celui de l’Education. Cela a donné des grands moments d’université d’été, pour les éducateurs ou pour les artistes.

La tribune conclut en rappelant que ce désengagement de l'Etat met en danger l’exception culturelle française.

"Fraise et Chocolat" : le classique du cinéma cubain

Aujourd'hui, sort en version restaurée un grand classique cubain. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le film multi-primé Fraise et chocolat de Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio. En 1993, à sa sortie, le film devient un phénomène de société à Cuba. Il met en scène la relation entre Diego artiste et homosexuel avec David, étudiant et militant castriste. Sous des allures de comédie légère comme ça, le film questionne la place de l’intellectuel et de l’homosexuel dans la société cubaine, et la foi ou le désenchantement en sa révolution. Fraise et chocolat est aussi un très beau portrait de la Havane des années 90 en plein redéploiement idéologique.

Ésotérisme et cinéma d'auteur

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le nouveau représentant du cinéma américain indépendant, David Robert Mitchel sort aujourd'hui son troisième film. Under the silver lake est un drôle d’objet cinématographique. Le thriller est un jeu de piste pour une promenade surréaliste dans Los Angeles. En compétition au dernier festival de Cannes, on a beaucoup entendu dire qu'il était inclassable. Laurent Aknin, historien du cinéma pense au contraire que le film prolonge une tradition cinématographique : celle du film cabalistique et de l'ésotérisme dans le 7ème art.  

La pensée ésotérique c’est une pensé symbolique, philosophique qui joue sur le symbole, sur les analogies que seules certaines personnes pourrait comprendre ; soit par des codes, des clés, des symboles. Le cinéma est à l’aise pour traiter ça, tout en prenant le risque d’en laisser certains sur le chemin, mais ça c’est la voie classique de l'ésotérisme.

Le réalisateur David Robert Mitchel se déclare dans la droite lignée de cinéastes comme David Lynch. Il affirme lui-même que ce film est un mystère.

Par exemple dans le film, il y a les vieux signes des vagabonds, signe de piste que les hobos, le gens de la route, traçaient à certains endroit pour dire "ceci est un endroit sûr" ou "attention là on peut trouver à manger". Hors seul les gens de la route connaissaient ces signes.  Cela aussi, c’est un ésotérisme. 

Pour percer les secrets de Under the silver lake, mais aussi de toute une longue tradition cinématographique, je vous invite aussi à lire l'essai très rigoureux de Laurent Aknin, Ésotérisme et cinéma parue en avril dernier.

Chroniques

7H38
18 min

L'Invité des Matins d'été (1ère partie)

La transition écologique est-elle vraiment possible ?
Intervenants
  • Historien, critique de cinéma
  • Directeur des Tréteaux de France, Centre dramatique national. Comédien, metteur en scène et réalisateur.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......