LE DIRECT
 Inauguration du timbre "Marianne" designée par la street artist Yseult Digan aka YZ

Du mur au timbre poste : la nouvelle Marianne

6 min
À retrouver dans l'émission

Au menu de ce journal : du nouveau pour les philatélistes, un festival qui ne mâche pas ses mots et le cahier des charges de la réforme de l’audiovisuel public.

 Inauguration du timbre "Marianne" designée par la street artist Yseult Digan aka YZ
Inauguration du timbre "Marianne" designée par la street artist Yseult Digan aka YZ Crédits : NICOLAS TUCAT - AFP

La réforme de l’audiovisuel public.

Depuis hier on connaît le montant des économies demandé à l’audiovisuel public. Le ministère de la culture a publié les détails du budget de la réforme. La coupe budgétaire s’élève à… 190 millions d’euros d’ici 2022. De plus, il est demandé aux chaînes de trouver les ressources en interne pour autofinancer les 150 millions d'investissements prévus dans le numérique. Le numérique est "l’axe prioritaire" de ce vaste chantier de réforme.  

Aujourd’hui notre consommation des médias a changé, de plus en plus, on regarde la télévision sur le web en replay. C’est le moteur même de cette réforme : rendre l’audiovisuel public plus concurrentiel face au marché de la vidéo à la demande, tel que Netflix ou Amazon. Dans cette perspective, le ministère espère donc "un changement d’état d’esprit radical" et se libérer "des cases et des durées".  

Les investissements alloués à la création pour les chaines de France Télévision sont maintenus. En juin la ministre avait déclaré que c’était l’une de ses priorités. Elle ne touche pas aux 560 millions d’euros consacrés à la production de séries, de documentaires ou de films d’animation. "Les médias de service public resteront les premiers partenaires de la création audiovisuelle française" avait-elle déclarée. Mais l’arbitrage budgétaire vient à peine d’être fait, on reste dans l’expectative pour la suite.

Du mur au timbre poste : la nouvelle Marianne

Depuis hier on connaît la nouvelle œuvre et le nouveau visage de la Marianne sur les timbres. C’est une tradition : à chaque président son timbre et sa nouvelle Marianne. Le premier à en avoir fait un outil de communication politique, c’est le général Charles de Gaulle. En 61 il choisit l’un des artistes les plus sulfureux du moment : le surréaliste Jean Cocteau.   

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Après la Marianne au visage tourné à gauche de François Mitterrand, après l’activiste Femen pour celle de François Hollande, Emmanuel Macron fait le choix lui du street-art. C’est un portrait réalisé sur une façade d’immeuble dans un quartier populaire de Périgueux. Il a été réalisé par l’artiste de rue franco-anglaise Yseult Digan, alias YZ, une femme - elles sont peu nombreuses dans cette discipline. C’est une représentation très classique, un dessin figuratif et sobre, un bonnet phrygien, une cocarde et le regard déterminé…  Rien de révolutionnaire pour une Marianne.  L’image est partie pour l’impression et sera diffusée dans toute la France le 23 juillet.

Le festival " Voix vives" : ôde à la poésie

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Voici une lecture de poème par Ghérasim Luca, grand poète apatride disparu en 94, pour parler du lancement ce soir de " Voix vives" à Sète, le festival international de poésie contemporaine. C’est le 2e plus grand festival de poésie au monde. Contrairement aux idées reçues, le secteur se porte bien : en France 300 éditeurs publient des recueils de poésie. Cette 21e édition reçoit 80 poètes de 50 nationalités différentes. Parole à la marraine du festival, la chanteuse et poétesse franco-marocaine Sapho.

Chroniques

7H38
20 min

L'Invité des Matins d'été (1ère partie)

Festival, une industrie comme une autre ?
Intervenants
  • Romancière, poètesse et chanteuse
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......