LE DIRECT
La toile retrouvée à Toulouse

Le Caravage de Toulouse est-il un Caravage?

9 min
À retrouver dans l'émission

La "Judith tuant Holpherne", retrouvée dans un grenier à Toulouse pourrait bien être un tableau du Caravage, que l'on croyait perdu depuis 1607. C'est ce que pense l'expert Eric Turquin, après avoir travaillé dessus pendant 18 mois. Mais tous les experts ne sont pas de son avis.

La toile retrouvée à Toulouse
La toile retrouvée à Toulouse Crédits : Eric Turquin

C'est une incroyable histoire que celle de cette "Judith tuant Holopherne". Elle a été retrouvée par une famille toulousaine, dans un grenier scellé depuis 150 ans, à l'aune d'une simple fuite d'eau, comme l'a révélé la Tribune de l'Art. Elle évoque tout de suite un tableau du Caravage dont on sait qu''il a été peint en 1607, mais que l'on ne connait que grâce à une copie, réalisée par Louis Finson.

Une peinture disparue depuis 1617

En 1607, le Caravage est en fuite. Poursuivi pour assassinat à Rome, il a trouvé refuge à Naples. Il y peint en 1607 une "Madone du Rosaire", toile monumentale aujourd’hui exposée à Vienne, mais aussi une "Judith tuant Holopherne" de plus petite dimension. Un émissaire chargé  d'acquérir des œuvres pour le duc de Mantoue les voit, et  en fait, à l'époque,  mention dans ses écrits. Mais, la même année, le Caravage décide de fuir à Malte. Il laisse les toiles à son ami mais aussi agent, le peintre-marchand Louis Finson, originaire de Bruges. Finson fait alors une copie de cette la toile, qui est était jusqu'ici la seule version connue de l'oeuvre. Car lorsque Finson meurt à Amsterdam il est encore en possession de dette Judith, qu'il cède à son associé en affaire, le marchand Abraham Vinck. Mais lorsque celui-ci meurt à son tour, deux ans plus tard en 1617, la toile ne figure pas à l'inventaire de ses biens. Elle a donc été vendue entre-temps. Elle ne réapparaît plus jamais ensuite.

Comment est-elle arrivée à Toulouse ? 

Difficile d'expliquer comme elle est arrivée à Toulouse. Mais, si la famille toulousaine qui a fait cette découverte a tenu à rester anonyme, on sait que l'un des ses ancêtres était un officier napoléonien, et a fait la campagne d'Espagne, où il aurait pu acquérir l'oeuvre à bas coût, comme le firent beaucoup d'officiers à cette époque.

Le débat sur l'authenticité de l'oeuvre  

Tête de Judith
Tête de Judith Crédits : Eric Turquin

Eric Turquin est l'expert à qui l'oeuvre a été confiée en 2014. Pendant dix-huit mois, il a travaillé dessus, à l'aide des technologies de pointe (infrarouge, radiographie). Pour lui cela ne fait pas de doute: il s'agit bien d'une peinture originale du Caravage.

C'est simple, une copie c'est une dictée. Quand vous prenez sous la dictée, vous n' inventez rien. Mais avec un devoir sur table, vous inventez. Vous créez. Il y a des ratures. La radiographie nous révèle un tableau très différent de celui que nous voyons. La main d'Holopherne, qui s'ouvre, a six doigts, si on la regarde soigneusement. C'est ce qu'on appelle un repentir. Car le peintre a changé d'idée. Il a d'abord fait une main ouverte, pour exprimer la surprise, et a changé pour dessiner ce geste horrible, de quelqu'un qui est en train de mourir. Et des repentirs, il y en a partout. En aucun cas, cela ne peut être une copie.

Les doutes des experts italiens. 

Malgré les arguments d'Eric Turquin, deux des plus éminents spécialistes du Caravage, Mina Gregori et Gianni Papi refusent de croire à l'authenticité de l'oeuvre, comme le rapporte le Figaro. Tous admettent qu'il s'agissent là d'un chef-d'oeuvre du XVIIème siècle, mais estiment qu'il s'agit probablement d'une autre copie de l'oeuvre par Louis Finson. Ou bien carrément de l'oeuvre d'un autre artiste. Les experts sont perplexes devant un style jugé trop peu dynamique pour le Caravage.  Pour Eric Turquin, ses collègues sont certainement troublés par l'état exceptionnel et inhabituel de ce tableau, qui n' a pas été ni touché ni restauré depuis 150 ans. Mais aussi par le caractère expérimental de cette oeuvre:

Détail du doigt d'Holopherne
Détail du doigt d'Holopherne Crédits : Eric Turquin

Le Caravage de son vivant a toujours suscité des polémiques. C’est un artiste qui n'est pas dans les clous. Il en sort toujours. Dans la peinture non plus, il ne fait pas toujours la même chose. Ce tableau est passionnant car il est expérimental. Je comprends les interrogations de mes collègues, c'est normal; c'est un tableau nouveau, différent de beaucoup de tableau que nous connaissons de cet artiste, mais l'écriture est bien la sienne.

Eric Turquin a reçu le soutien du restaurateur du musée de Capodimonte de Naples, qui a restauré plusieurs Caravage. Il indique avoir aussi le soutien de plusieurs experts du peintre italiens issu du monde des musées, et tenus de ce fait à un devoir de réserve.

L' Etat français a quant à lui décidé de classer ce tableau trésor national, et dispose aujourd'hui de deux ans et demi pour trouver les moyens financiers de l'acquérir. S'il s'agit bien d'un Caravage, il vaudrait plus de 100 millions d'euros.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......