LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.
Épisode 1 :

Un Mickey très politique

4 min
À retrouver dans l'émission

Raphaël Bourgois vous présente le 4e petit Mickey revisité par un dessinateur Français…

.
. Crédits : Dargaud

Pour ceux qui auraient trouvé des bons d’achat sous le sapin il faut se ruer dans une bonne librairie et se procurer de toute urgence l’album de Mickey dessiné par Régis Loisel… intitulé « Café Zombo ». C’est le 4e petit Mickey revisité par un dessinateur Français… à l’origine de cette série, un partenariat entre les éditions Dargaud et Disney.

De prime abord ça aurait plutôt de quoi dissuader… Mickey magazine, EuroDisney, le Disney Channel… bref la déferlante des années 80 que vous avez bien connue comme moi Nicolas… ont laissé le souvenir d’un univers passablement moralisateur et lisse avec un héros à grandes oreilles un brin énervant. La firme de Burbank est l’une de ces grosses machines américaines qu’il est de bon ton de détester en France… parce qu’elle inonde le marché du divertissement à grand coup de bons sentiments et de valeurs ultra libérales… suivez mon regard vers l’oncle Picsou.

Et pourtant… Loisel, qui avait déjà campé un Peter Pan très sombre et violent… a le génie de détourner complètement cette image pour proposer une véritable critique politique très actuelle… il nous parle du chômage, de la misère, de l’exploitation mais aussi de l’environnement et de la malbouffe. Pour ça il replonge Mickey dans son milieu originel… au cœur de la Grande Dépression des années 30… rappelons que la souris était apparue en 1928. La Bande dessinée s’ouvre sur une longue file d’attente de chômeurs qui font le pied de grue pour se faire engager sur un chantier. Pas de chance pour Mickey et son ami Horace… vous savez c’est le cheval… l’infâme Pat Hibulaire soudoie le contremaître afin qu’il refoule notre héros… de peur qu’il fasse capoter un mystérieux projet… l’intrigue est en place en à peine 3 planches.

Plus tard Mickey, Minnie, et tous leurs amis seront expulsés de chez eux… le mystérieux projet c’est celui d’un promoteur véreux, Rock Füller (avec tréma sur le u ça ne s’invente pas), qui veut construire un golf pour les « beaux messieurs de la ville ». Probablement sur une zone humide, le coquin. Pour s’assurer la docilité des travailleurs il a conçu une drogue… le café zombo… qui les transforme - vous l’aurez compris - en zombie. Le Füller envoie même femmes et enfants dans un camp… de vacances. Enfin, pour parfaire son méfait, il demande à deux chimiste de concevoir un hamburger irrésistible qu’il vend hors de prix aux ouvriers, récupérant ainsi le maigre salaire qu’il leur verse.

Ça ne ressemble plus trop à Mickey…

Rassurez-vous, les gags classiques sont bien là et s’enchaînent à un rythme soutenu : baffes, glissades et chutes dans l’eau… tous les personnages sont un peu crétins, Donald toujours aussi malchanceux… Dingo totalement accro au café Zombo… Mickey toujours aussi énervant. La lecture est totalement jouissive… pas une case sans un rebondissement… Loisel travaille les cadres, soigne les gros plans, joue sur des paysages qui disent la pauvreté à grand renforts de boites de conserve abandonnées, de fonds de culottes rapiécés et de terrains délaissés. Il y a aussi un petit plaisir pervers à voir salir ces personnages. Pour atténuer le côté lisse de Mickey le dessinateur a eu l’idée géniale de lui faire pousser du poil aux oreilles. L’album se présente dans un format à l’italienne… deux strips de 4 cases par page. Le dessin est magnifique… la mise en couleur soignée….

Tout ça est passé sous les fourches caudines de la censure Disne qui - on le découvre en lisant un peu sur le projet de Dargaud - est bien plus sensible à la morale qu’à la politique. Les auteurs des 3 autres albums… Lewis Trondheim et Nicolas Karmidias, Cosey et Tébo sont restés très sages. Par exemple dans l’album de Tébo, « Grand oncle » Mickey raconte ses aventures… toujours pas de pères ou de grands-pères dans le monde de Disney… toute idée de sexe y est prohibée.

Mickey Mouse « Café Zombo » est une réussite. Et pour ceux qui voudraient découvrir les planches originales, et qui seraient à Paris, ils peuvent se rendre à la Galerie Glénat dans le 3e arrondissement.

Chroniques
8H50
5 min
L'Actualité musicale
George Michael, monarque subversif de la variété internationale
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......