LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les photos et selfies sont autorisés dans l'expo permanente du Louvre

Peut-on ou non prendre des photos dans les musées ?

6 min
À retrouver dans l'émission

La question se pose, alors que le Louvre interdit aux visiteurs de prendre des photos dans l'expo Vermeer. Pourtant, juridiquement, cette interdiction n'est pas fondée, et le ministère de la culture encourageait même les visiteurs à photographier avec sa campagne "Tous photographes".

Les photos et selfies sont autorisés dans l'expo permanente du Louvre
Les photos et selfies sont autorisés dans l'expo permanente du Louvre Crédits : Grigoriy Sisoev / Sputnik - AFP

Alors que l’expo Vermeer fait polémique, car , victime de son succès, elle force les visiteurs à patienter dans de longues files d’attentes, même quand ils ont réservé, mais aussi car les photos y sont interdites. Le Louvre fait en effet partie des musées qui autorisent les visiteurs à photographier les œuvres figurant dans les collections permanentes, mais pas dans les expositions temporaires, comme de nombreux établissements culturels . La colère des usagers est grande. Pourquoi ? Parce que, juridiquement, les musées mais aussi les fondations et même les galeries (dans la plupart des cas) n’ont pas le droit de vous interdire de prendre des photos, quelle que soit la configuration de l’exposition et la nature des œuvres présentées.

Juriquement, impossible aux musées d'interdire de prendre des photos

Le juriste Pierre Noual, a d’ailleurs publié un petit fascicule accessible en ligne intitulé « Photographier au musée », qui se penche sur le droit et rappelle, ce qu’il en est réellement. Dans le cas de Vermeer, les œuvres sont tombées dans le domaine public depuis bien longtemps, vous avez donc normalement tout à fait le droit de les prendre en photo. Mais même quand ce n’est pas le cas, Pierre Noual rappelle que deux régimes de propriété différents sont associés aux œuvres d’art : la «propriété corporelle», l’objet matériel (par exemple la toile), et la «propriété incorporelle» à laquelle est attaché le droit d’auteur. Or, dans les faits, il est très rare que le propriétaire, qu’il s’agisse d’un collectionneur – public ou privé – d’une œuvre physique détienne également les droits de propriété intellectuelle, comme le droit de reproduction, à l’exception de certaines galeries qui représentent des artistes. Dès lors que ce n’est pas le cas, il ne peut pas s’opposer à la prise de vue.

Le Ministère de la Culture en faveur de la photo dans les musées

Prendre des photos au musée est donc tout à fait légal, d’ailleurs le ministère de la culture encourage depuis 2014 tout le monde à le faire avec la campagne « Tous photographe ». Elle est née après la mobilisation de plusieurs personnalités du monde de la culture, comme Jean-Michel Raingeard, président de la Fédération Française des Sociétés d’Amis de Musées, ou Bernard Hasquenoph, Louvre pour tous, OrsayCommons, qui dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Culture d'alors, Frédéric Mitterrand, exigeaint qu’il se penche sur la question de la photographie dans les musées, devenue de plus en plus importante et considérée par eux comme un enrichissement de la visite, et une nouvelle approche du patrimoine. Le ministère met en place une charte censée apporter des réponses à la fois au visiteur et aux musées, garantissant à la fois la liberté pour tous de prendre des photos, et le respect des œuvres et des autres visiteurs, avec l’interdiction notamment de la perche à selfie et du flash. Elle proclame aussi que « la pratique photographique dans les musées contribue de manière pertinente à l'éducation du regard dans le contexte d'une démocratisation de la fréquentation des collections permanentes et des expositions temporaires ». Un clip est même diffusé pour promouvoir les prises de vue dans les musées.

Pourtant les interdictions subsistent, pourquoi ?

Les raisons sont multiples. Dans le cas des expos temporaires, les musées expliquent qu’il s’agit de respecter le vœu des collectionneurs privés qui prêtent les œuvres et refusent souvent qu’elles soient prises en photo. Là encore, juridiquement une telle demande ne tient pas puisqu’on l’a vu, ils ne détiennent aucun droit incorporel sur les œuvres qu’ils possèdent, et que les musées s’engagent de toute façon par contrat à protéger les œuvres. Ils auraient donc théoriquement le droit avec eux pour résister aux demandes des prêteurs. Oui, mais on le sait, surtout quand il s’agit de toiles de maitres, obtenir des prêts relève souvent même pour les plus grands musées du chemin de croix, et ce sont les préteurs qui, dans le rapport de force ont le pouvoir, et peuvent choisir arbitrairement ou non de prêter leur œuvres. Difficile donc de ne pas céder. Pour le reste, il semblerait surtout que le fait d’autoriser ou non la photographie relève avant tout de positions idéologiques, voire de parti pris « esthétique » de certains directeurs de musées.

Le selfie rend les musées plus "cool"; La chanteuse Beyonce fait un selfie lors de sa visite au Louvre  en octobre 2014
Le selfie rend les musées plus "cool"; La chanteuse Beyonce fait un selfie lors de sa visite au Louvre en octobre 2014 Crédits : Instagram de Beyonce

Alors que la plupart des grands musées américains, non seulement autorisent mais encouragent la prise de photos et de selfies, pour rendre leur image plus « cool », le Musée d’Orsay de 2000 à 2015 a formellement interdit toute photo dans son enceinte. Le patron d’Orsay, Guy Cogeval revendiquait son choix dans un catalogue d’exposition :

C’est une des raisons pour lesquelles nous avons interdit de prendre des photos dans les salles. Les visiteurs ne regardaient plus… et empêchaient les autres de voir. Je me suis aperçu de cette barbarie qui commençait à surgir, lors de mes dernières années d‘enseignement à l‘École du Louvre. J‘avais la clé qui permettait d‘entrer directement de l‘école dans les salles du Louvre. On passait alors de l‘amphithéâtre au musée avec l‘ensemble de mes élèves. On se retrouvait dans les salles rouges de la peinture de David et Delacroix. Et la dernière année, certains m‘ont dit : « Mais nous, on a un ordinateur et les images qu‘on voit sur notre portable sont plus belles, plus flatteuses. On peut agrandir un détail ad libitum. » Je me suis dit : « Mon dieu, on est en train de rentrer dans une époque de barbarie. » Parce que les générations précédentes étaient, elles, absolument fascinées, avec le cœur qui battait lorsqu‘on était devant les tableaux eux-mêmes. .

Rappel à l'entrée de la Documenta d'Ilya et Emilia Kabakov en 2014, ou il est interdit de prendre des selfies
Rappel à l'entrée de la Documenta d'Ilya et Emilia Kabakov en 2014, ou il est interdit de prendre des selfies Crédits : Zoé Sfez

Le musée d’Orsay a fini par lever cette interdiction sous la pression de la rue de Valois en 2015. Certaines institutions semblent défendre aussi une certaine image à travers leur politique en matière de photo. C’était le cas par exemple du Grand Palais lors de l’exposition Monumenta, qui autorisait les photos, mais pas les selfies.

Chroniques
8H50
5 min
L'Actualité musicale
Le rock gascon d’Inspector Cluzo
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......