LE DIRECT
Pourquoi être zen ?
Épisode 3 :

Pourquoi être zen ?

5 min
À retrouver dans l'émission

« Zen, soyons zen », vous connaissez la chanson de Zazie ? C’est celle qu’on nous chante tous les jours : détendez-vous ! Comment se forcer à se détendre ?

Pourquoi être zen ?
Pourquoi être zen ? Crédits : George Peters - Getty

J’en rappelle le principe : j’essaie chaque vendredi de déconstruire toutes ces injonctions mi-développement personnel mi-philosophiques que l’on nous martèle à tort et à travers, injonctions telles que s’aimer soi-même, prendre le temps, ou encore, et c’est le sujet du jour : être zen. 

L’idée m’est venue alors que je cherchais un livre sonore pour enfants, vous savez ce sont ces livres pour les tout-petits qui leur font découvrir des univers grâce à des ambiances sonores. Il y a par exemple les animaux de la ferme, le jazz, les comptines du monde… et comme je l’ai découvert la semaine dernière : le zen, avec J’aime être zen, aux éditions Gallimard jeunesse.

Aimer être zen

Il y a le "lever du soleil" pour commencer "en douceur" la journée avec les oiseaux et les rayons du soleil. On trouve aussi "Montages du Tibet", présenté comme une ambiance "très apaisante"… Il y a aussi : "Autour de la mare" pour "observer la nature", ou encore "nuit d’été" pour s’endormir en "sentant la nature autour de soi". 

Bon, je vous le dis tout de suite : sur les enfants, ça ne marche pas du tout.
En même temps, pourquoi ai-je pensé une seule seconde que ça pouvait marcher ? Il n’y a que moi qui pouvais lire sur la couverture du livre "J’aime être zen", ça ne pouvait parler qu’à un adulte, déjà formaté par ce mot "zen". 

Et c’est ça qui est intéressant : pas le fait que l’on formate nos enfants dès leur plus jeune âge, à partir de nos propres inquiétudes, désirs ou projections, même si c’est une question grave, mais le fait que l’on veuille qu’une personne, même au début de sa vie, soit zen.
Entendez qu’elle soit détendue, qu’elle commence la journée en douceur, avec les oiseaux, qu’elle soit apaisée au son de la montagne, ou qu’elle parvienne à sentir la nature autour d’elle…
Pourquoi être zen à tout prix ? 

Se forcer à se détendre 

Plus connu que ce livre pour enfants, on a tous entendu une fois dans sa vie cette chanson de Zazie, j’espère d’ailleurs que vous l’aurez tous dans la tête aujourd’hui. Rien de moins zen que ce refrain qui joue d’ailleurs sur l’ironie de cette injonction à être zen tout en hurlant de l’être. C’est d’ailleurs le paradoxe du zen : se forcer à se détendre. 

Ça me fait souvent penser à cette idée chez Rousseau dans Le Contrat social : de forcer une personne à être libre.
Rien de moins intuitif : si on me force, je ne suis pas libre, donc pourquoi vouloir forcer quelqu’un à être libre. C’est la même chose pour le zen : si on me force à être détendue, je suis forcée, tendue, donc, je ne peux pas être zen.
Je sais bien que le zen ne se réduit pas à cette simple idée de détente. Je sais bien que le zen est même un concept, noble, puissant, qui a une longue histoire. Mais l’édulcoration du zen n’est pas le problème qui m’interpelle aujourd’hui, le problème, c’est plutôt cet appel à la détente, cette valorisation intense et incessante à la détente à travers la formule magique « sois zen ».
Mais pourquoi faudrait-il se détendre ? 

Seule la tension nous électrise

Étymologiquement, le zen est la méditation en position assise, en position zazen. Comme on l’a entendu, c’est tout un dispositif, des mains, des jambes, de la respiration, de l’esprit. Loin d’être donné, d’être immédiate en un coup d’ambiance sonore de forêt ou de montagne, être détendu se mérite, se travaille. C’est donc un effort.
Et c’est là qu’on retrouve cette drôle d’idée de se forcer à être détendu, mais aussi là qu’on trouve cette drôle d’idée reçue qu'être détendu, c’est bien, c’est mieux. On se force pour aller mieux.
Pourquoi être tendu fait-il peur ? Pourquoi être en tension est-il repoussant ?
Avez-vous déjà discuté, travaillé, vécu avec quelqu’un qui médite ? Il a peut-être l’univers dans ses mains, mais il n’est pas en contact avec le vôtre. On repousse la tension, on présuppose qu’elle est dangereuse, mais n’est-ce pas elle qui nous agite, qui nous mobilise, qui nous électrise ? Sans elle, la vie serait bien molle. 

Sons diffusés :

  • Ambiances sonores extraites de J’aime être zen, Gallimard jeunesse
  • Chanson de Zazie, Zen
  • Guide de méditation zen
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......