LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Comment le cinéma répond-il à nos questions ?

Comment le cinéma répond-il à nos questions ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Qui est Dieu ? Dans quel monde vivons-nous ? À quoi bon la loi ?... Et si les cinéastes étaient plus sages que les philosophes ?

Comment le cinéma répond-il à nos questions ?
Comment le cinéma répond-il à nos questions ? Crédits : Flashpop - Getty

La sagesse du 7ème art est le titre d’un essai de Jean-Philippe Costes qui vient de paraître aux éditions Liber.
Comme on le comprend dès ce titre, l’idée est bien de saisir la sagesse qui se déploie au sein du cinéma. La démarche s’inscrit dans un mouvement actuel, depuis Deleuze, de philosopher à partir des films, avec des cinéastes, en compagnie d’acteurs, d’intrigues et de mise en scène. 

Toutefois, les approches peuvent différer dans ce même mouvement : certains trouvent dans les films des incarnations parfaites de théories déjà existantes quand d’autres s’emploient à dégager une philosophie propre à un genre cinématographique ou à une filmographie particulière (c’est le sens des semaines que nous faisons ici aux Chemins, comme philosopher avec Cronenberg ou avec Rohmer). 

Et puis, il y a l’approche de Jean-Philippe Costes avec ce livre : se saisir des grandes questions philosophiques : Dieu existe-t-il, la vie a-t-elle un sens, quelle est l’origine du mal, ou encore, que signifie être libre ?... Et y trouver une réponse dans les films. Vous voyez la différence : ni illustrations, ni mise en questions ou problématisations à travers la mise en scène et le jeu, mais des réponses à des problèmes philosophiques. 

Comment les cinéastes répondent-ils à nos questions les plus philosophiques ? Quelle sagesse proposent-ils à travers leurs films ? Réponse avec quelques cas pratiques décortiqués par Jean-Philippe Costes dans son livre : 

Les Monty Python et "La vie de Brian"

Quelle question peuvent bien poser les Monty Python et quelle réponse y apportent-ils ?
La question, c’est tout simplement : en qui ou en quoi croit-on quand on croit en Dieu ? Question que l’on peut décliner en d’autres interrogations : qui est Dieu ? Quelles sont ses qualités ? Qu’est-ce qu’être divin ? 

La réponse des Monty Python est sans appel, et évidemment drôle, absurde : Dieu est humain, trop humain, beaucoup trop humain même, entendez par là : insensé, risible, ridicule, dérisoire. D’une part, parce que les humains ne peuvent croire qu’en une créature qu’ils ont imaginés à leur propre image, et d’autre part, parce que les humains sont eux-mêmes ridicules, insensés, voués à l’absurdité de la vie. 

Le syllogisme est implacable et par là-même la réponse l’est aussi : qui est dieu ? Il n’est rien d’autre qu’un homme, et croire en lui ne relève que d’une « envie très pressante ». 

Robert Zemeckis et "Retour vers le futur"

"Dans quel monde vivons-nous ?" est la question qui se pose avec ce film et Robert Zemeckis y répond avec une réponse proche de celle de Leibniz et Voltaire : nous vivons dans le meilleur des mondes possibles. Regardez son héros : Marty McFly, celui-ci ne cherche pas autre chose qu’à recréer, dans le passé, le monde dans lequel il grandit. Il ne cherche pas à le changer, mais à le stabiliser, à le retrouver tel quel. 

Jean-Philippe Costes voit ainsi dans toute la filmographie de Zemeckis, qu’il s’agisse des Retour vers le futur, de Seul au monde ou de Forrest Gump, une ode à l’optimisme. Voir le monde dans lequel avec optimisme, moins par naïveté, mais parce que quand on le quitte, on se rend compte qu’il est le moins pire, telle est la sagesse de Zemeckis. 

Ridley Scott et "Thelma et Louise" 

La question que pose Ridley Scott dans Thelma et Louise pourrait être « pourquoi respecter la loi ? » et la réponse : parce qu’elle est sacrée, parce que la loi trace la ligne infranchissable entre humanité et in-humanité, entre humains et animaux. Mais quelle loi ? Les normes arbitraires et injustes des hommes ou les lois fondamentales que l’on établit pour soi ? 

Qu’il s’agisse des Monty Python, de Zemeckis, de Scott, ou de Chaplin, Spielberg ou encore Kazan, chaque cinéaste répond par l’image, mais ce qui est montré ne laisse pas forcément transparaître leur réponse…
Scott sacralise ainsi la loi tout en montrant de l’illégalité, les Monty Python désacralisent la religion tout en la montrant... À vous de voir maintenant ce qui apparaît sur vos écrans. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......