LE DIRECT
Portrait d'Olympe de Gouges (1748–1793)

Elever la voix avec Olympe de Gouges

5 min
À retrouver dans l'émission

Une biographie de l’auteure de La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne paraît, l’occasion de lui redonner la parole et d’élever notre voix.

Portrait d'Olympe de Gouges (1748–1793)
Portrait d'Olympe de Gouges (1748–1793) Crédits : Alexander Kucharsky (1741 – 1819)

La biographie d’Olympe de Gouges, par Michel Faucheux, est sortie hier en Folio, dans l’excellente collection « biographies ». Olympe de Gouges cette collection : on peut dire que j’étais ravie en découvrant cette parution. J’allais enfin pouvoir découvrir la vie de l’auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, mais aussi le contexte et les conditions de son œuvre : ses autres écrits politiques et ses pièces de théâtre… J’allais surtout pouvoir découvrir comment, non pas une femme, mais une auteure avait fait entendre sa voix au moment où tous les citoyens élevaient la leur… 

Dès l’ouverture de cette biographie, le parti-pris est d’orienter la réflexion moins sur le sexe ou le genre d’Olympe de Gouges que sur sa voix, sa prise de parole et la place prise dans un espace public qui est alors en plein bouleversement et restructuration. Et ça, c’est un parti-pris intéressant : non pas dire quelle était la voix d’Olympe de Gouges, mais comment elle a fait entendre sa voix. 

Car on l’imagine bien, sa voix n’a pas été monotone : tantôt dramaturge ou écrivain politique, tantôt fille, mère ou veuve, tantôt femme et citoyenne, tantôt accusatrice ou elle-même accusée, déjà féministe, marquée, colorée en tout cas, par le moment et le lieu d’où elle s’exprime… D’où venait la voix d’Olympe de Gouges ? D’où parlait-elle ?

Née il y a 270 ans, en 1748, disparue en 1793, guillotinée sous la Terreur, pour s’en être prise à Robespierre, Olympe de Gouges s’appelait d’abord Marie Gouze. C’est elle qui choisit de prendre le second prénom de sa mère, Olympe, et de jouer sur son patronyme… manière de se créer un nom, de se préparer à jouer un rôle et à prendre la parole d’une certaine place… 

Avant le rôle politique, Olympe de Gouges a d’abord pris la parole et place sur une scène de théâtre, à l’image, en cela, d’un XVIIIème siècle passionné autant de politique que de théâtre. Auteure d’une quinzaine de pièces, on retrouve dans celles-ci, un engagement politique, et inversement, ses écrits politiques (il y en a au moins une cinquantaine) sont marqués par le théâtre : la scène devient une tribune, et la politique une scène de théâtre où les arguments, les débats et les oppositions sont mis en scène. 

Citons à cet égard : sa pièce Zamore et Mirza, ou l’heureux naufrage dans laquelle elle dénonce l’esclavage, le Philosophe corrigé, pièce qu’elle préface d’un autoportrait où elle clame avec  sincérité, moins ce qu’elle est, que l’honnêteté de ses engagements, et puis, la pièce Molière chez Ninon qui marque son désir d’être entendue comme auteure et grande voix de l’Histoire…   

On voit bien, encore une fois, que c’est moins l’identité de la voix qui compte pour Olympe de Gouges, que sa portée : comme elle le dit au début de ce texte écrit en mai 1789, Le cri du sage, par une femme : « Il est temps d’élever la voix », employant souvent d’ailleurs ce terme de « cri » (on le retrouve dans son texte Le cri de l’innocence). Mais crier pour dire quoi ? 

Crier pour dire quoi et prendre la parole pour être entendu par qui ? Telles sont les deux questions qui restent avec Olympe de Gouges : elle s’est inventée un nom et elle s’est inventée par la parole. Elle a ainsi voulu exister dans l’espace public, d’abord et avant tout… De cette scène publique et historique, elle a ensuite été éclipsée, marginalisée, elle reprend vie aujourd’hui, grâce aux mouvements féministes, à ce genre de biographie qui lui redonnent un nom, mais grâce aussi à sa propre voix qu’elle a forgée. 

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......