LE DIRECT
Portrait de Friedrich Nietzsche ( 1844 - 1900 ), philosophe allemand (Portrait ofgerman philosopher Friedrich Nietzsche) Gravure du 19eme siecle

Encore une bonne année avec Nietzsche !

6 min
À retrouver dans l'émission

Comment fêter, encore une fois, la nouvelle année ?

Portrait de Friedrich Nietzsche ( 1844 - 1900 ), philosophe allemand (Portrait ofgerman philosopher Friedrich Nietzsche) Gravure du 19eme siecle
Portrait de Friedrich Nietzsche ( 1844 - 1900 ), philosophe allemand (Portrait ofgerman philosopher Friedrich Nietzsche) Gravure du 19eme siecle Crédits : Collection privee ©Isadora/Leemage - AFP

Pour ce premier Journal de l'année, je vous propose de commencer l'année avec Nietzsche et ce livre de Stéphane Floccari (paru aux éditions Encre Marine). Vous êtes sûrement fatigués, pas très bien réveillés, ou au contraire, très en forme, prêts pour cette nouvelle année... Vous avez en tout cas la tête pleine de souhaits. Oui, la fin d'une année et le début d'une autre sont toujours l'occasion de faire les comptes et d'énumérer la liste de ses attentes, l'occasion de faire l'inventaire pour soi, des années passées et à venir. 

Les mauvaises langues (et la plupart des philosophes) diront que le mois de janvier est celui des souhaits et les autres ceux où ils ne se réalisent pas, d'autres diront aussi qu'il est bien paradoxal de faire pour soi des vœux, alors que tout le monde fait la même chose, et d'autres, encore, diront que le 1er janvier, ce n'est qu'une occasion, un jour comme les autres, et que seules les conventions calendaires en font un tournant. Sans oublier tous ceux, les critiques de la superstition, qui ne verront dans ce moment dévolu à faire des choix pour la nouvelle année qu'une manière de se livrer au destin...

Peu importe... les arguments sont nombreux pour ne rien faire de ce nouvel an et ne pas y voir la promesse de l'aube. Et pourtant, un philosophe, qui semble éloigné de cette rumeur annuelle du monde avec son éternel retour, a fait du nouvel an l'occasion d'une philosophie... c'est Nietzsche !

« Pour la nouvelle année. Je vis encore, je pense encore : je dois encore vivre, car je dois encore penser. Sum, ergo cogito ; cogito, ergo sum. Aujourd'hui, chacun ose exprimer son vœu et sa pensée la plus chère : soit ! Je veux donc dire moi aussi ce qu'aujourd'hui je me souhaitais à moi-même et quelle pensée a cette année été la première à traverser mon cœur – quelle pensée doit être le fondement, la garantie et la douceur de toute pensée à venir ! Je veux toujours plus apprendre à voir la nécessité dans les choses comme le beau – ainsi serai-je l'un de ceux qui rendent belles les choses. Amor fati : que cela soit à présent mon amour ! Je ne veux mener aucune guerre contre le laid. Je ne veux pas accuser, je ne veux pas même accuser les accusateurs. Que détourner le regard soit mon unique négation ! Et, en tout et pour tout, et en grand : je veux, en n'importe quelle circonstance, n'être rien d'autre que quelqu'un qui dit oui. »

En un seul aphorisme, écrit après des nouvel an tragiques, où la joie a côtoyé la maladie, le miracle la catastrophe, en un seul aphorisme donc écrit en 1882, au moment de la rédaction du Gai savoir (vous pouvez le relire à la 4ème partie, c'est l'aphorisme 276), Nietzsche dit ainsi un grand « oui ». Il déclare ainsi, et c'est le titre de cet aphorisme, le premier mois de l'année, « Saint-Janvier ». 

Il y a peu à ajouter à partir de ces très belles lignes... si ce n'est deux ou trois choses à demander à Nietzsche : comment faire de ce « oui » un « oui », c'est-à-dire un véritable acquiescement ? Et à quoi ? A quoi dire oui, à quelle nouveauté, s'il s'agit « encore » de vivre, « encore » de penser ?

Nos amis, mauvaises langues et philosophes, n'ont pas tout à fait tort : quand on fait des vœux, on souhaite certaines choses, telles la santé, le bonheur, la réussite, etc., et quand on fait ces vœux, on ne les choisit pas, on les souhaite seulement... De la même manière, quand Nietzsche veut être quelqu'un qui dit oui, n'est-ce pas là un vœu pieu ? 

Nietzsche ne vous délivrera pas une recette pour faire de ce nouvel an le début d'un grand oui. En revanche, comme le rappelle Stéphane Floccari, il garde des fêtes de fin d'année en famille ou avec Wagner, à Tribschen, le souvenir d'une « intimité confortable », pas celle qui endort et anesthésie, mais celle d'une heureuse impression, qui tranche et frappe dès qu'elle se rappelle à nous. Ce grand oui est sûrement celui tourné vers cette impression qu'on aimerait retrouver, mais si elle ne se répète pas... eh bien, on dira quand même oui. 

MUSIQUES -Nietzsche, Nuit de la Saint-Sylvestre  

-Wagner, Siegfried-Idyll 

Bibliographie

Nietzsche et le nouvel an

Nietzsche et le nouvel anEncre marine, 2017

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......