LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La fin des temps
Épisode 3 :

Comment ne rien faire face à la fin des temps ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Chacun sa manière de fêter la rentrée : certains y voient un début quand d’autres nous rappellent que nous nous rapprochons encore un peu plus de la fin des temps. C’est le cas de Pierre-Henri Castel avec son essai hâtif sur la fin des temps. Savoir que la fin des temps est proche, est-ce si grave ?

La fin des temps
La fin des temps Crédits : Michael Klippfeld - Getty

Pierre-Henri Castel, philosophe, publie Le mal qui vient aux éditions du Cerf.

Tyrannie de la peur

Qu’il s’agisse de guerre nucléaire, de crise politique ou de catastrophe climatique, chacun semble réagir différemment face à la fin des temps, entre déni et crise de panique. Mais au fond, n’est-ce pas la même réaction, à savoir : la peur… ?

A lire les essais sur le sujet (depuis Karl Jaspers jusqu’à Jean-Pierre Dupuy), on pourrait, certes, distinguer deux formes de peur : la peur qui mobilise, qui responsabilise, chacun pensant infléchir le cours des choses grâce à une prise de conscience, OU la peur qui paralyse, chacun vivant prostré ou dans le déni, dans l’attente de la catastrophe à venir. 

Mais il s’agit bien dans les deux cas de… peur. Il existe pourtant une autre manière de réagir, et c’est celle proposée par Pierre-Henri Castel : accepter que le mal est inéluctable, qu’il est même déjà là, qu’on le sait, qu’on en est sûr et certain, mais qu’on n’en a pas peur et qu’on n’y fera rien.  

Telle est la thèse, jamais soutenue, face à la fin des temps : ne pas y voir un mal nécessaire et paralysant, ni un mal accidentel et évitable grâce à notre libre-arbitre. 

Ne pas changer le monde, mais soi-même

Si la fin du monde est déjà là, si le mal est déjà fait, que faire ? Ou mieux : comment faire pour accepter de ne rien faire ? Comment accepter de vivre sans lendemain ? Comment même déjà accepter qu’il n’y ait pas de lendemain ? Comment admettre cette idée d’inéluctabilité ? 

Au-delà des représentations apocalyptiques ou post-apocalyptiques qui subliment ou mobilisent les esprits, Pierre-Henri Castel nous pousse à transformer ce que l’on pense de soi, et non le cours du monde.

On se croyait tout puissants, conduits à perdurer par-delà les générations, capables de choisir une destinée, ou, au contraire, on se croyait condamnés à la faiblesse, voués à la finitude et au pessimisme, aux passions et la passivité, nous ne sommes peut-être ni l’un ni l’autre. 

Car ce qu’il reste à faire ne relève paradoxalement pas de l’action ni du projet dans le monde, mais de la conversion de soi et du regard porté sur le monde : pourquoi voir comme un mal la fin des temps et le fait de ne rien faire ? Pourquoi vouloir le changer et le nier ? Pourquoi le frapper d’une force morale qu’il s’agirait de modifier ? 

Le mal sans le mauvais

Dans un essai précédent, Pierre-Henri Castel s’était déjà penché sur cette notion de mal avec Sade (Pervers : analyse d’un concept, suivi de Sade à Rome), l’idée ici est moins de la suivre dans des œuvres que de voir le mal à l’œuvre, mais surtout de l’imaginer et de l’envisager autrement. 

Et si le mal nous procurait du plaisir ou était désormais la seule occasion de se réjouir ? Et si l’autodestruction n’avait au fond rien de mauvais mais qu’on la regardait comme quelque chose de mauvais ? Et si le mal qui arrive n’avait donc rien de mauvais ? 

Sade, mais aussi Nietzsche : Vivre sans lendemain, par-delà bien et mal, la démarche de cet essai a des allures nietzschéennes, l’enjeu étant de transformer non pas les choses mais d’abord nous-mêmes. Plus que la fin des temps, l’enjeu n’est-ce pas nous, avant tout ? 

EXTRAITS : 

- Pier Paolo Pasolini, Salo
- Russell Mulcahy, Resident Evil

Bibliographie

Le Mal qui vientPierre-Henri Casteléditions du Cerf, 2018

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......