LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Paul Sartre, 1964

Sartre en Situations

5 min
À retrouver dans l'émission

Quel est le rapport entre Giacometti, la colonisation, l’absolu et André Gorz ? Tout simplement Jean-Paul Sartre qui a abordé tous ces sujets dans ses dix livres intitulés "Situations", publiés entre 1947 et 1976, rassemblés autour d'une idée commune : le concept de situation. Que signifie-t-il ?

Jean-Paul Sartre, 1964
Jean-Paul Sartre, 1964 Crédits : Dominique BERRETTY/Gamma-Rapho - Getty

Les éditions Gallimard collection Blanche proposent une nouvelle édition revue et augmentée par Arlette Elkaïm-Sartre des Situations de Jean-Paul Sartre.

Chaque Situations se présente comme un recueil d’articles écrits par le philosophe et rassemblés par période.
Depuis 2010, Arlette Elkaïm-Sartre a entrepris de rééditer ces recueils dont le cinquième est paru en décembre dernier. 

À la fois épars dans le temps et dans les sujets, tous ces textes ont pourtant une idée commune, celle, comme le titre l’indique, de « situation », concept incontournable chez Sartre. Que faut-il entendre par là ? Comment Sartre définissait-il ce terme, et par là-même ces textes, leur portée, et du coup, la voix du philosophe dans l’espace public ? 

Le double sens de l’engagement

Ils sont beaucoup, artistes ou intellectuels, comme Serge Reggiani, à avoir été influencés par Sartre et son idée d’engagement.
« Engagé » signifie alors : être engagé dans un contexte, historique, social, politique et économique, mais aussi s’y engager dans un certain sens, c’est-à-dire y prendre position, s’y situer. D’où ce lien assez évident entre engagement et situation.

Dans le Vocabulaire de Sartre, l’engagement se définit en effet comme « l’attitude de l’individu qui prend conscience de sa responsabilité totale face à sa situation et décide d’agir pour la modifier ou la dénoncer ». 

Quand Sartre écrit sur son époque, à travers ces articles, conférences et critiques, entre autres, il n’écrit donc pas seulement sur une situation à laquelle il assiste, dont il serait seulement spectateur, il prétend d’emblée s’y engager. 

Mais pourquoi ? En quoi appartenir à une époque et s’en faire le spectateur, qu’il s’agisse de peinture ou de guerre, présuppose-t-il forcément de prendre position ? Peut-on être engagé de fait dans une situation sans prendre un engagement ? 

Dévoiler le monde de son point de vue, mais à qui ? 

Les Situations de Sartre se penchent sur trois types d’objet. Pour le résumer vraiment très grossièrement : 

  • Il y a les textes sur l’art, des artistes aux genres (on trouve par exemple des réflexions sur Faulkner, Cartier-Bresson ou les mobiles de Calder)
  • Les textes sur la politique (réactions à un événement ou considérations globale d’un mouvement, de l’Occupation en France à la guerre d’Algérie)
  • Et enfin des impressions sur les mœurs étrangères (New-York, par exemple dans Situations II, où Sartre y décrit autant le conformisme que les bars de New-York). 

En cela, Sartre explore bien le concept de situation, et ce lien entre idées et idéologie, à travers ces textes : parce qu’il est engagé de fait dans une situation, mais aussi parce qu’il s’y engage, il dévoile le monde du point de vue de sa propre conscience.
Mais à qui le dit-il ? Et par qui peut-il être entendu ? Cette thèse, d’écriture engagée en situations, n’enferme-t-il pas la parole de Sartre et de tout auteur dans son époque ? Si elle oblige à la prise de position, peut-elle parler à tous ?

Doit-on forcément s’engager et prendre ses responsabilités ?

Peut-on dissocier être engagé (malgré soi) et s’engager (de soi-même), contexte et situation ? Pour Sartre, non. Et la réponse se trouve justement dans une des Situations les plus connues : Situations III : « qu’est-ce que la littérature ? ».
Dans ce troisième volume, il soulève trois questions : qu’est-ce qu’écrire ? Pourquoi écrire ? Pour qui écrit-on ?, et y répond avec l’idée de communication d’un message d’un auteur à ses lecteurs. 

Ce qui se passe à travers l’écriture, c’est en effet, je cite, que : « l'écrivain a choisi de dévoiler le monde et singulièrement l'homme aux autres hommes, pour que ceux-ci prennent en face de l'objet ainsi mis à nu, leur entière responsabilité »… 

La situation comme lieu d’engagement, d’écriture, de communication et de responsabilité, tout cela tend ainsi à faire du philosophe un porte-parole, et même à l’y condamner.
Reste alors cette question : peut-on écrire ailleurs qu’en situation ? Comment assumer cet engagement de ne pas se situer ?

Sons diffusés :

  • Archive de Serge Reggiani sur les Situations de Sartre (ORTF, Bibliothèque de poche, novembre 1969)
  • Archive de Jean-Paul Sartre sur son parcours de l’existentialisme au marxisme (France Inter, Radioscopie, 1973)
  • Archive de Jean-Paul Sartre sur l’écriture (TF1, avril 1980)

Bibliographie

Situations, VJean-Paul SartreGallimard, collection Blanche, 2018

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......