LE DIRECT
Qu'est-ce qui est essentiel ?

Qu'est-ce qui est essentiel ?

58 min
À retrouver dans l'émission

La crise du covid a bouleversé nos vies, y redéfinissant l'essentiel. Le commerce prioritaire de l’un n’est pas celui de l’autre, et quand le plus important semble à Géraldine Mosna-Savoye d’acheter des bières, pour son partenaire, ça sera des pâtes. L'essentiel pourrait-il ne pas être essentiel ?

Qu'est-ce qui est essentiel ?
Qu'est-ce qui est essentiel ? Crédits : CSA Images - Getty

Depuis plusieurs semaines, un mot revient sans cesse dans les discours qui tournent en boucle, celui d’essentiel : "commerces essentiels", "retour" ou "concentration sur l’essentiel"… On n’y prête pas forcément attention, car là ne semble justement pas l’essentiel en ce moment. Et pourtant, cette crise en faisant tomber toutes nos habitudes, nos réflexes, en bouleversant tous nos concepts, n’a-t-elle pas de fait redéfini ce qu’était l’essentiel ? 

Cigarettes ou papier toilettes

Qu’est-ce que la normalité ?
Pour certains, c’est de voir les magasins et les bars rouvrir, pour d’autres, c’est de revenir au travail et de remettre leurs enfants à l’école. Et pour la plupart, c’est un peu tout ça ensemble. On est d’accord sur ce point : la normalité, c’est d’abord un monde sans covid, où l’on est libre d’aller et venir, de se toucher et de respirer sans masques. Pourtant, aussi anormal que ce monde sous covid puisse nous paraître, nous avons tous tenté de nous fabriquer en quelques semaines un semblant de normalité. 

Notre salon est devenu notre bureau, la chambre une salle de jeux, la supérette du coin le bout du monde, certains ont essayé de préserver un rythme de vie, entre travail et détente, quand d’autres en ont profité pour tout bouleverser. Quoiqu’il en soit, notre univers s’est rétréci, et tout a été à redéfinir… chacun à sa manière, en fonction de ce qui lui semblait essentiel.
Nourriture, cigarettes, connexion internet, une heure sans entendre crier son enfant, papier toilettes ou livres à lire… même si on est tous d’accord sur l’essentiel (manger, avoir accès à des soins, ne pas être isolé ou en danger), chacun a pourtant eu son idée de ce qui, pour lui, était essentiel à ce moment-là. Le commerce essentiel de l’un n’est pas le commerce essentiel de l’autre, et quand la priorité me semble d’acheter des bières, pour mon partenaire, ça sera des pâtes…
D’où ma question : pourquoi ce qui m’est essentiel n’est-il pas foncièrement essentiel ? 

Géométrie variable 

La liste de courses est un très bon exemple de cet essentiel à géométrie variable. On s’est beaucoup moqué, par exemple, des pénuries de papier toilette, mais après tout, pourquoi pas ? pourquoi ça ne serait pas une chose essentielle pour beaucoup, ou l’idée que l’on peut se faire de l’essentiel ? 

Pourquoi, pour moi, avoir des bières dans le frigo est-il plus important que des livres dans ma bibliothèque ou que des pâtes dans le placard ? pourquoi, pour ma fille, est-il plus important d’avoir des jouets que des compotes ? pourquoi certains peuvent-ils se passer de pain mais pas de Netflix ?
On pourrait voir là une simple différence de goûts, une affaire de préférences ou d’ignorance de ce qui est bon ou pas… mais quand même, pourquoi ce qui me fait tenir, moi, laisse-t-il indifférent un autre ? pourquoi ce qui empêche ma mère de sombrer dans le désespoir me semble, à moi, dérisoire ?
Non seulement l’essentiel n’est pas, par essence, essentiel, essentiel en soi, aux yeux de tous, mais en plus, il semble avoir cette capacité de nous séparer les uns des autres. Quand on y pense, comment d’ailleurs être encore d’accord sur l’essentiel quand il semble si divers, si élastique ?

L'essentiel superflu 

J’ai pu lire que cette crise du covid avait le mérite de nous révéler ce qui devait être essentiel pour tous. Ecouter les oiseaux, manger de manière raisonnée, ne plus dépenser d’argent bêtement dans des futilités… Mais voilà tout le problème : l’essentiel est plastique, protéiforme et parfois difforme. Et même dans les moments comme cette crise où tout se rétrécit, l’essentiel, lui, ne se réduit pas, il change… de forme. 

Au fond, ce qui est fou avec l’essentiel, ce n’est pas seulement qu’il n’est pas foncièrement essentiel, c’est qu’il est même souvent superflu, c’est “du plus”.
Et contre toute attente, je ne crois pas que l’on ait tous ouvert les yeux sur lui, mais bien, au contraire, on les a tous refermés sur ce qui nous semblait, à nous, faire la différence. Mais rien n’est à désespérer, peut-être sera-t-on d’accord et réunis par ce qui fait la différence ? 

Sons diffusés :

  • Actualités du 20/04/2020 sur Euronews
  • Chanson de Gerry Joly, Papier de toilette
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......