LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pourquoi la philo de la mode est-elle si peu stylée ?

Pourquoi la philo de la mode est-elle si peu stylée ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Les philosophes sont stylés : Sartre et ses lunettes, Beauvoir et ses turbans, Deleuze et son chapeau... et les problématiques pour une philosophie de la mode ne manquent pas. Pourquoi, alors, penser la mode semble ôter tout le plaisir qu'il y a à admirer un vêtement ou composer un look ?

Pourquoi la philo de la mode est-elle si peu stylée ?
Pourquoi la philo de la mode est-elle si peu stylée ? Crédits : George Peters - Getty

C’est aujourd’hui le dernier jour de la fashion week à Paris.
Il y a quelques minutes, c’était le défilé Chanel, dans quelques heures, pour la dernière, ce sera Louis Vuitton. Je ne vais pas vous faire l’éternel laïus sur la philosophie et la mode : il y a bien une philosophie de la mode. Pourtant, si j’aime les deux, je trouve qu’elles ne vont pas ensemble… Ensemble, elles deviennent ennuyeuses, abstraites, jargonnantes, impersonnelles… Je perds tout à la fois le plaisir de m’habiller et de réfléchir. Dois-je renoncer à les associer ? Dois-je penser nue et m’habiller sans y penser ?

La philosophie, si peu stylée

Les codes du vêtement, tel qu’en parle Roland Barthes, le rapport au temps, entre éphémère et intemporel, la notion de cycle et de répétition, la question de la silhouette, la dimension ostentatoire du superflu, le problème de ce qui est montré ou pas…
Les problématiques pour construire une pensée de la mode ne manquent pas. Elles sont d’ailleurs adaptables aux époques et aux saisons, car les stylistes se mettent désormais au défi des religions, des genres et de l’écologie….
Et pourtant, je dois dire que la philosophie de la mode m’a toujours semblé manquer la mode elle-même. Et ce, à deux titres : 

  • il ne reste rien dans cette philosophie du plaisir qu’il y a à regarder un vêtement, à se composer un look, à détailler les tendances, à jauger une coupe, à essayer des vêtements, à décrypter un style…. Lisez Le système de la mode de Barthes, c’est loin d’être plaisant…
  • de là, la philosophie de la mode m’a toujours semblé vaine… À l’image de la mode, sûrement, qui ne prétend pas être plus que ça… Mais celle-ci, justement, en n’étant rien, devient tout, en étant accessoire, elle réussit à devenir essentielle… ce que ne réussit pas la pensée de la mode !

Comment la philosophie peut-elle donc être si peu stylée, c’est un mystère…. Peut-on le résoudre ? 

Foucault et son cuir

Qu’est-ce que le style en philosophie ? C’est peut-être ça la vraie question, et plutôt que d’y répondre avec des définitions, je me suis dit qu’il valait mieux se tourner vers les philosophes eux-mêmes : pourquoi Foucault portait-il un col roulé et une veste en cuir ? Que ressentait Diderot dans sa vieille robe de chambre ? Pourquoi Simone de Beauvoir aimait-elle tant mettre des turbans ? Sartre serait-il Sartre sans ses lunettes ?

Depuis l’invention de Google et du formidable Google images, j’aime bien regarder de quoi a l’air tel ou tel philosophe.
Je suis toujours autant stupéfaite par la coiffure de Baruch Spinoza et le beau chapeau de Gilles Deleuze. Les philosophes sont stylés, mais pourquoi n’en ont-ils pas tous parlé ? Pensent-ils qu’un vêtement sert seulement à tenir chaud ? Ont-ils seulement pris ce qui était à disposition ? 

Je ne peux pas y croire… La parole s’accorde au paraître. Et Foucault sans son cuir aurait sûrement écrit la même Histoire de la sexualité, mais on ne l’aurait pas écouté de la même manière. Dans un livre génial qui vient de sortir, le Vestiaire de la littérature, deux chapitres sont ainsi consacrés aux looks des écrivains, avec cette question qui parlera à tout le monde : comment à la fois marquer sa singularité par l’habit, faire parler son esprit à travers le tissu, se définir à travers le vêtement, sans être réduit à sa parure ? 

Pour une philosophie de la mode quotidienne et singulière 

Lainages, gants, fichus, smoking, pulls en laine… sans être le sujet des livres, sans être le concept de nos théories, ils habillent pourtant les mots, les idées et leurs auteurs. Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, avec leur exposition médiatique, ont compris la charge politique et morale de leurs habits. Rousseau a décidé de porter une tenue arménienne pour se démarquer de ses origines roturières et du milieu aristocratique. 

Mais plus que la politique et le social, il y a la question de la légitimité : serais-je prise au sérieux si j’arrivais ici en jogging ? Et puis, il y a la question de l’image : si j’arrivais en culotte, est-ce que je ne passerais pas pour quelqu’un de tête en l’air ? Est-ce que ma parole serait la même ? Evidemment, il y a des codes, des dosages, des équilibres, mais comment trouver le bon ? C’est toujours un casse-tête, un vrai problème philosophique, qui suscite l’étonnement quotidien et singulier. Nous aider à le résoudre serait là une vraie philosophie de la mode ! 

Sons diffusés :

  • Archive de Roland Barthes, dans l'émission Recherche de notre temps, France Culture, 07/02/67
  • Anthony Vaccarello, dans l'émission Boomerang, France Inter, 26/09/19
  • Chanson de David Bowie, Fashion
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......