LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lapsus quand tu nous tiens !

Lapsus quand tu nous tiens !

5 min
À retrouver dans l'émission

Que faut-il penser des lapsus ? Faut-il y croire, en rire ou les deux ? Révèlent-ils toujours quelque chose ?

Lapsus quand tu nous tiens !
Lapsus quand tu nous tiens ! Crédits : Planet Flem - Getty

Mais je vous dis que je suis coupable !

Souvenez-vous, c’était au moment des attentats du 13 novembre 2015. Jawad Bendaoud était apparu à la télévision en disant qu’il avait effectivement logé deux personnes chez lui, mais qu’il n’avait aucune idée du fait que ces deux personnes étaient en réalité des terroristes armés jusqu’aux dents, prêts à passer à l’action à tout moment. Son interview avait fait le tour des réseaux sociaux provocant larmes, hystérie et rire, tout le monde se demandant s’il était effectivement complètement à la ramasse ou fou dangereux ou même les deux à la fois. Le mystère reste à ce jour entier. D’autant que vendredi dernier, dernier jour d’audience de son jugement en appel pour avoir logé deux des djihadistes des attentats du 13 novembre, le même Jawad Bendaoud a décidé de marquer les esprits. Celui qui a été relaxé en première instance avait la possibilité de s’adresser aux victimes qui se sont constituées partie civile. Il a assuré qu’il n’avait dit que la vérité, avant de conclure, je cite : « Si vous me condamnez, vous condamnez un coupable ! » C'est moche ! On a instantanément une pensée pour son avocat, l’immense et brillant Xavier Nogueras.

Lapsus et vie publique

En même temps, que celui qui n’a jamais commis un lapsus ici jette la première pierre ! Ensuite, évidemment, un petit lapsus en privé ça n’est pas un grand lapsus en public. Pour vous en persuader, je vous propose un petit medley composé par l’émission Quotidien cet été.
Si vous êtes un adepte, chaque année de nombreux sites font des medleys des meilleurs lapsus des hommes politiques de l’année, c’est totalement addictif.

Ça, Surmoi et Moi

Mais les lapsus révèlent-ils toujours quelque chose ?
Le débat est évidemment entièrement ouvert... Le terme de lapsus a été inventé par Freud dans son livre Psychopathologie de la vie quotidienne. Il peut se définir, si l’on suit Freud, comme toute erreur verbale ou écrite qui apparaît comme une manifestation de l’inconscient. En effet, toujours selon Freud, des pensées ou des croyances inacceptables sont réprimées par la conscience et les lapsus sont la libération de ces contenus latents chez la personne éveillée, tout comme les actes manqués, tandis que les rêves sont cette même libération mais chez la personne endormie.
Un lapsus ne survient donc jamais au hasard, il témoigne toujours d’un conflit intérieur.
En effet, le psychisme est divisé en trois parties, le Ça, le Surmoi et le Moi.
Pour aller vite, le Ça est lieu de l’immoral, des désirs inavouables et des opinions inavouées. Ces désirs et ces opinions se heurtent ensuite à la censure du Surmoi qui opère comme un filtre et qui permet au Moi de ne formuler que des désirs et des opinions moralement acceptables. Il y a donc une lutte permanente entre le Ça qui n’obéit qu’au principe de plaisir, c’est-à-dire à cet inconscient qui ne cherche qu’à satisfaire ses pulsions sans tenir compte de la réalité et du Moi qui obéit, lui, au principe de réalité, c’est-à-dire au conscient, qui cherche à s’adapter à la réalité et à ses exigences.
Un lapsus est donc un surgissement du Ça qui aurait loupé le passage par le Surmoi. Paradoxalement, ou pas d’ailleurs, plus on a de Surmoi, c’est-à-dire plus on fait d’effort inconscient pour se réprimer, et plus on s’expose à ces surgissements du Ça. En même temps, les critiques de la psychanalyse ne manquent pas et vous les connaissez. Karl Popper considérait ainsi qu’il ne s’agissait pas d’une science, tandis que le philosophe Alain s’inquiétait de ce que cette théorie déresponsabilise totalement l’homme. Sartre jugeait, lui, que cette histoire de censure n’était qu’une vaste supercherie.
Nous ne sommes pas là pour trancher, même si, souvent, le lapsus paraît cruellement révélateur.
En attendant, s’il n’est pas toujours révélateur, il est toujours diablement comique !

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......