LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait d'Alexis de Tocqueville, huile sur toile de Théodore Chassériau, château de Versailles, 1850
Épisode 2 :

Alexis de Tocqueville, "De la Démocratie en Amérique"

5 min
À retrouver dans l'émission

L’été est l’occasion de lire ou de relire les grands classiques de la philosophie. Aujourd’hui, Alexis de Tocqueville et sa visionnaire Démocratie en Amérique...

Portrait d'Alexis de Tocqueville, huile sur toile de Théodore Chassériau, château de Versailles, 1850
Portrait d'Alexis de Tocqueville, huile sur toile de Théodore Chassériau, château de Versailles, 1850 Crédits : Wikicommons

Je rappelle le principe : j’ai choisi de vous parler chaque jour d’un livre de philo qui change la vie. C’est une sélection totalement subjective. Chacun peut proposer la sienne. Place aujourd’hui, au plus fin, nuancé, au meilleur : Tocqueville et sa Démocratie en Amérique

Le penseur de la démocratie et de ses dérives

Alexis de Tocqueville et son chef-d’œuvre : De la démocratie en Amérique. Beaucoup cité, il est pourtant souvent peu étudié. Dans les librairies, il est d’ailleurs classé un peu n’importe où, en socio, en histoire ou en philo. Je ne dirais pas que Tocqueville est pour autant inclassable, c’est juste qu’on ne sait pas comment le lire et l’étiqueter. 

Le mieux est pourtant de s’en tenir à l’essentiel : c’est l’un des plus grands penseurs de la démocratie : tout ce que l’on rencontre aujourd’hui, il l’a perçu, il y a plus de 150 ans, en 2 volumes et un peu plus de 1000 pages. L’uniformisation des mœurs, le problème du racisme, l’essence de la révolution, les dérives de l’égalité et de la liberté, la tyrannie de la majorité, autrement dit : tous les traits du despotisme démocratique.

La démocratie comme manière d’être

Comme Houellebecq, je suis restée scotchée en lisant Tocqueville : printemps 2006, coincée chez moi pour cause de manifestations anti-CPE, après plusieurs jours d’oisiveté devant la télé, je décide, par ennui, de rendre un devoir maison optionnel sur les 1ères lignes de La démocratie en Amérique. Celles où il dit, je cite, que « parmi les objets nouveaux qui l’ont attiré aux Etats-Unis, l’égalité des conditions l’a le plus vivement frappé », parce qu’elle « donne à l’esprit public une certaine direction, un certain tour aux lois ; aux gouvernants des maximes nouvelles, et des habitudes particulières aux gouvernés. »

Contrainte de commenter ça, je poursuis ma lecture, et je n’en sors pas. Car ce qui est fou, ce n’est pas seulement de dire que la démocratie a ses dérives mais d’abord qu’un principe politique a des effets moraux : il produit des « habitudes, opinions, sentiments, usages » uniformes.  Autrement dit : un gouvernement n’est pas seulement démocratique, tout un peuple, chaque individu l’est aussi, au plus profond de lui, jusque dans sa manière de sentir (je conseille sur ces points le volume 2 de La démocratie, là Tocqueville parle des sources de la poésie en démocratie, du soin pris aux affaires publiques, de l’importance du bien-être, de l’éducation des jeunes filles, etc.). Et ça, c’est fou. Parce que ça pose une question fondamentale : suis-je vraiment libre même dans une société libre ?

Ni à gauche ni à droite

Aron, Houellebecq, BHL, une autre chose m’a aussi marqué en lisant Tocqueville, une question à laquelle j’ai souvent été confrontée : peut-on l’aimer sans être conservateur ? Peut-on pointer les dérives de l’égalité sans être un libéral de droite ? Tocqueville est-il d’ailleurs de gauche ou de droite ? Au fond, ça revient à se demander à quelles conditions on peut ou doit aimer tel ou tel auteur. Evidemment les affinités politiques ont une importance, mais ce qui me ravit à chaque fois que je lis De la démocratie en Amérique, c’est que je suis à chaque fois surprise par la manière dont Tocqueville prend parti mais toujours en pesant le pour et le contre. Pas inclassable, au contraire : la vraie classe.

Sons diffusés : 

  • Archive de Raymond Aron, diffusée en février 1963
  • Lecture de De la démocratie en Amérique, II, 4, 7 par Michel Houellebecq
  • Archive de Bernard-Henri Lévy en 2006, INA
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......