LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Simone Veil en 1977

Simone Veil, un héritage humaniste

4 min
À retrouver dans l'émission

Simone Veil est décédée le le 30 juin dernier. Trente-six personnalités témoignent de sa pensée et lui rendent hommage dans un ouvrage qui paraît ce mois-ci aux éditions LexisNexis.

Simone Veil en 1977
Simone Veil en 1977 Crédits : Gilbert UZAN/Gamma-Rapho - Getty

Les éditions LexisNexis publient Simone Veil, un héritage humaniste : Trente-six personnalités témoignent de sa pensée. Préface de Jean et Pierre-François Veil.

Des Mélanges particuliers à l’image d’une destinée unique

Les Mélanges juridiques sont des ouvrages dédiés par leurs pairs ou leurs élèves à des personnalités du monde juridique et réalisés à l’occasion de leur départ en retraite ou de leur disparition.
Attention ! Les articles qui s’y trouvent ne sont pas des souvenirs ou des récits sur la personnalité en question, ce sont des articles de fond sur des sujets divers et variés, articles qui sont souvent d’ailleurs d’une qualité exceptionnelle car une liberté entière est laissée aux contributeurs.
Les Mélanges dont j’aimerais vous parler aujourd’hui sont ceux qui ont été publiés par LexisNexis ce mois-ci en l’honneur de Simone Veil, qui nous a quittés le 30 juin dernier.
Dans la préface, ses deux fils, Jean et Pierre-François Veil, préviennent qu’il s’agit néanmoins de Mélanges particuliers. Je cite : « En réalité, cette œuvre ne fait que s’apparenter à de tels Mélanges puisqu’en raison du parcours, de la personnalité singulière et de la dimension publique de la vie de notre mère, l’ouvrage devait, dès sa conception, s’enrichir de témoignages, de documents, de discours, de photos... » Tout est vrai, le livre que l’on tient entre les mains est un grand et beau livre. Il aborde, tour à tour, toutes les grandes causes que Simone Veil a épousées durant sa vie ou plutôt ses mille vies. Déportée à l’âge de 16 ans à Drancy, puis à Auschwitz, celle qui se prénomme alors Simone Jacob fait partie des rares rescapés des camps de la mort.

La magistrate

Elle revient à Paris à la Libération et s’inscrit à la Faculté de Droit et à l’Institut d’études politiques de Paris. En 1954, elle devient magistrate et est affectée, en 1957, à l’administration pénitentiaire. C’est donc très naturellement que la première partie de l’ouvrage est consacrée à la pénitentiaire avec des articles revenant, toujours en regard de l’action menée par Simone Veil, sur la détention et l’état des prisons, l’administration pénitentiaire, la condition des femmes détenues ou encore les questions de santé en prison. Après l’administration pénitentiaire, Simone Veil est nommée à la Direction des Affaires civile et du Sceau et plus précisément au Bureau en charge du Droit de la famille. C’est à cette période qu’elle décide d’instituer un Conseil supérieur de l’adoption. C’est elle qui orchestre d’ailleurs les concertations de juristes et psychiatres qui donnent lieu à la loi du 11 juillet 1966 qui constitue, encore aujourd’hui, notre droit en matière d’adoption. La deuxième partie de l’ouvrage est donc consacrée à la filiation adoptive, sa mise en place, mais aussi ses aspects plus pratiques, la protection de l’enfance et la métamorphose du lien familial.

La femme politique

Après vingt ans dans la magistrature, Simone Veil entame une carrière politique qui durera également vingt ans, soit comme ministre, soit comme parlementaire européen. Le grand tournant, c’est sa nomination en tant que Ministre de la Santé en 1974. C’est elle, comme vous le savez, qui porte la loi sur la dépénalisation de l’avortement avec mesure et courage. La question des femmes et de leur émancipation occupe donc une grande partie de l’ouvrage avec des témoignages précieux, dont celui de Clara Gaymard et celui de Jacques Toubon. D’autres sujets y sont abordés, comme l’éthique biomédicale, l’indisponibilité du corps humain, la coparentalité ou encore la parité, autant de sujets qui ont occupé Simone Veil pendant toutes ses années au gouvernement. À l’engagement pour la santé et le droit des femmes suit l’engagement européen, puisque Simone Veil devient, en 1979, la première femme présidente du Parlement européen. Le Parlement européen a alors peu de pouvoirs, mais Simone Veil réussit à lui donner une grande visibilité au travers d’un combat constant en faveur des droits de l’homme. Les différents articles rassemblés dans cette partie consacrée à l’Europe permettent de se replonger dans l’histoire de la construction européenne avec un article particulièrement intéressant d’Anne Levade qui rappelle tous les débats autour du projet de donner une Constitution à l’Europe.

Un engagement constant en faveur des libertés publiques et de la mémoire

Après vingt ans de carrière politique, en 1998, Simone Veil devient membre du Conseil constitutionnel, puis, en 2008, devient présidente d’un comité de réflexion dont l’objet était d’envisager les principes susceptibles d’être gravés dans le Préambule de la Constitution. On comprend alors, si on n’était pas déjà pleinement convaincu, l’importance que revêtait pour Simone Veil, tout au long de sa vie, la réflexion et la défense des libertés publiques. Cette même année, Simone Veil est reçue à l’Académie française. Sur son épée d’Immortelle elle demande que soit gravé le numéro tatoué sur son bras par les Nazis à Auschwitz, 78 651, ainsi que les devises de la République française et de l’Union européenne « Liberté, égalité, fraternité » et « In varietate concordia ». La partie des Mélanges consacrée à la Mémoire est sans nul doute la plus poignante et révèle le caractère complètement exceptionnel de la destinée de Simone Veil, né à Nice en 1927 et inhumée au Panthéon en 2017.
Avec la contribution de 36 personnalités, ces Mélanges consacrés à Simone Veil ont tout d’un sépulcre vivant intellectuel et intime.

Bibliographie

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......